Rue de Chanaleilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chanaleilles.

7e arrt
Rue de Chanaleilles
Image illustrative de l’article Rue de Chanaleilles
Rue de Chanaleilles en 2012. Au premier plan, à gauche : un côté de l'ambassade de Suède puis l'hôtel de Tocqueville. Au fond, la rue Vaneau.
Situation
Arrondissement 7e
Quartier Invalides
Début 24, rue Vaneau
Fin 17, rue Barbet-de-Jouy
Morphologie
Longueur 117 m
Largeur 11 m
Géocodification
Ville de Paris 1741
DGI 1737

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Chanaleilles

La rue de Chanaleilles est une voie du 7e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue de Chanaleilles est une voie publique située dans le 7e arrondissement de Paris. Elle débute au 24, rue Vaneau et se termine au 17, rue Barbet-de-Jouy.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom du lieutenant-colonel de l'Armée d'Afrique comte Sosthène de Chanaleilles.

Historique[modifier | modifier le code]

L'hôtel de Chanaleilles.
  • No 2 : l'hôtel de Chanaleilles, construction basse et allongée dont les jardins s'étendaient autrefois jusqu'à la rue de Babylone, a été bâti au XVIIIe siècle (extrême fin du règne de Louis XVI) mais ses dispositions et sa décoration intérieures ont été très remaniées par la suite. L'aile moderne sur les jardins a été édifiée dans les années 1960 pour l'armateur Stavros Niarchos, qui devint propriétaire de l'hôtel et le fit restaurer. La salle de bains circulaire en sous-sol aménagée (après 1799) pour Mme Tallien est l'une des plus anciennes de Paris[1]. Sosthène de Chanaleilles y habitait avec ses parents lors de son baptême en 1844. Les façades et toitures, sauf l'aile moderne sur les jardins, les boiseries anciennes et les stucs de la galerie, les parquets en bois des îles et le jardin ont été inscrits sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du [2].
Le no 4, rue de Chanaleilles, où habitèrent René Char et Albert Camus.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Gady, Les Hôtels particuliers de Paris du Moyen Âge à la Belle Époque, Paris, Éditions Parigramme, 2008, 328 p. (ISBN 978-2840962137), p. 167.
  2. Notice no PA00088706, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]