Rue de Birague

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

4e arrt
Rue de Birague
Image illustrative de l’article Rue de Birague
Rue de Birague vue de la rue Saint-Antoine.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Place des Vosges
Début 26, rue Saint-Antoine
Fin 1 et 2, place des Vosges
Morphologie
Longueur 112 m
Largeur Minimum : 11,80 m
Historique
Création 1605
Dénomination 1864
Ancien nom Rue Royale-Saint-Antoine (1605)
Rue du Pavillon du Roi
Rue des Fédérés (1792)
Rue Nationale (1792)
Rue des Vosges (1800)
Rue Royale Saint-Antoine (1814)
Géocodification
Ville de Paris 0987
DGI 0978

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Birague

La rue de Birague est une voie du 4e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom du cardinal de Birague (1506-1583), chancelier de France, qui possédait un hôtel particulier à proximité[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Cette rue est ouverte par lettres patentes de juillet 1605 pour desservir la nouvelle place des Vosges alors en cours de réalisation[2]. Elle est tracée sur l'emplacement de l'ancien hôtel royal des Tournelles[3]. Elle est alors nommée « rue Royale-Saint-Antoine[2] ».

En 1792, elle est renommée « rue des Vosges[2] » et reprend son nom d'origine en 1814[2].

Elle reçoit son nom actuel par un décret du 24 août 1864.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, t. 1, p. 198.
  2. a b c et d Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 605 [lire en ligne].
  3. Jean-Pierre Babelon, « Histoire de l'architecture au XVIe siècle », dans École pratique des hautes études. 4e section, Sciences historiques et philologiques. Annuaire 1975-1976, 1976, p. 695-714 [lire en ligne].

Liens externes[modifier | modifier le code]