Rue d'Aboukir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aboukir (homonymie).
image illustrant Paris
Cet article est une ébauche concernant Paris.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

2e arrt
Rue d’Aboukir
Paris rue d'aboukir.jpg
Situation
Arrondissement 2e
Quartier Mail
Début 2 rue Vide-Gousset
2 place des Victoires
Fin 285 rue Saint-Denis
Morphologie
Longueur 870 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination 2 octobre 1865
Ancien nom Voir texte
Géocodification
Ville de Paris 0036
DGI 0040

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue d’Aboukir
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue d’Aboukir est une rue du 2e arrondissement de Paris. Elle a été nommée, comme les voies adjacentes à la place du Caire, d'après une victoire remportée en Égypte par l'armée française (1799). Elle est parallèle à la rue de Cléry, et partage avec elle la particularité de longer les fossés de l'enceinte de Charles V.

Article détaillé : Bataille d'Aboukir (1799).

La rue regroupe trois rues aux dénominations différentes

Ce site est desservi par les stations de métro Sentier et Strasbourg - Saint-Denis.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue des Fossés-Montmartre a porté primitivement le nom de rue du Fossé ou des Fossés et sous la Révolution, celui de rue des Fossés-Montmarat.

La rue Neuve-Saint-Eustache, ouverte en 1633, a été dénommée successivement rue Saint-Côme, rue du Milieu-du-Fossé, rue Neuve-Saint-Eustache (1641).

La rue Bourbon-Villeneuve, qui existait à la fin du XVIe siècle, a été dénommée successivement : rue Saint-Côme, rue du Milieu-du-Fossé, rue Bourbon (1639), rue Bourbon-Villeneuve, rue Neuve-Égalité (1792), rue d'Aboukir (1807), rue Bourbon-Villeneuve (1814), rue de Villeneuve (1830), rue d'Aboukir (1848), rue de Bourbon-Villeneuve.

Lieux notables[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Arthur Bernard, Paris rouge: 1944-1964 : les communistes français dans la capitale, Époque, Champ Vallon, 1991, pages 24-27.