Rue Villiers-de-L'Isle-Adam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villiers, de Villiers de L'Isle-Adam et L'Isle-Adam (homonymie).

20e arrt
Rue
Villiers-de-l'Isle-Adam
Image illustrative de l’article Rue Villiers-de-L'Isle-Adam
Rue vue en direction de la rue Pelleport.
Situation
Arrondissement 20e
Quartier Père-Lachaise
Début 21, rue Sorbier
Fin 81, rue Pelleport
Morphologie
Longueur 690 m
Largeur Entre les rues Sorbier et
des Pyrénées : 13 m
Au-delà : 8 m
Historique
Création Décret du 23 mai 1863
Dénomination Arrêté du 24 juin 1907
Ancien nom Sentier de la Cloche-à-l'Eau
Rue des Partants
Géocodification
Ville de Paris 9821
DGI 9844

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Villiers-de-l'Isle-Adam

La rue Villiers-de-L'Isle-Adam est une voie du 20e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle est située entre la rue Sorbier et la rue Pelleport.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom de l'écrivain français Auguste de Villiers de l'Isle-Adam (1838-1889).

Historique[modifier | modifier le code]

C'est à l'état de sentier qu'elle est indiquée sur le plan cadastral de 1812 sous le nom de « sentier de la Cloche-à-l'Eau ».

Cette voie qui délimitait en partie les communes de Belleville et de Charonne en 1839 faisait alors partie de la rue des Partants[1].

Par décret du 23 mai 1863, elle intègre la voirie parisienne avant de prendre sa dénomination actuelle par arrêté du 24 juin 1907.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

La plaque.

Il y a un escalier au niveau de la rue des Pyrénées, ce qui forme une impasse depuis la rue de la Chine.

La rue est piétonne entre la rue de la Bidassoa et la rue Sorbier.

Au no 54 se tient l'imprimerie de monsieur Juvenel, qui tira clandestinement pour la Résistance le journal France d’abord et de nombreux faux papiers entre 1942 et 1944, dont 36 000 fausses cartes d’identité[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Séance plénière de la Commission du Vieux Paris du 24 juin 2016, p. 18, api-site.paris.fr.
  2. « Quand la colère monte… à Ménilmontant », sur www.parisrevolutionnaire.com, (consulté le 23 décembre 2014).