Rue Vilin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
20e arrt
Rue Vilin
Vue de la rue Vilin vers la rue Piat, en 1892
Vue de la rue Vilin vers la rue Piat, en 1892
Situation
Arrondissement 20e arrondissement
Quartier Belleville
Début rue des Couronnes, 29
Fin rue Julien-Lacroix, 63
Morphologie
Longueur 80 m
Largeur 12 m
Géocodification
Ville de Paris 9797
DGI 9809

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
rue Vilin
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Vilin est une rue située dans le 20e arrondissement de Paris, en France.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue Vilin est ouverte en 1846[1]. À l'origine, elle partait de la rue des Couronnes, se poursuivait en ligne droite vers le nord-est, en pente douce, sur 200 mètres environ, avant de se terminer par un escalier d'une cinquantaine de marches qui rejoignait la rue Piat. La chaussée était pavée, les trottoirs étroits, sans arbre. La circulation y était peu importante, du fait de l'escalier au bout, qui la rendait quasiment semblable à une impasse. C'était un terrain de jeu idéal pour les enfants, aimant dévaler l'escalier, ou jouer tranquillement au ballon dans la rue.

Elle porte le nom du propriétaire des terrains, M. Vilin, qui était architecte, et qui fut maire de Belleville en 1848.

La rue a été substantiellement modifiée en 1988, quand le Parc de Belleville a été créé, l'amputant de sa moitié supérieure entre la rue Julien-Lacroix et la rue Piat.

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

L'écrivain Georges Perec y a vécu, au numéro 24, de 1936 à 1942, et y est souvent retourné, notamment pour l'écriture de son livre W ou le Souvenir d'enfance. Un film documentaire de Robert Bober de 1992 En remontant la rue Vilin (Fipa d'argent 1992), retrace, à l'aide de photographies anciennes, la destruction progressive de ce cadre du Paris ancien.

Des photographes tels que Robert Doisneau ou Willy Ronis l'ont immortalisé dans plusieurs de leurs photos, notamment l'escalier à l'extrémité de la rue que l'on peut voir dans Ménilmontant de René Guissart (1936), Sous le ciel de Paris de Julien Duvivier (1951), Un acte d'amour d'Anatole Litvak (1953), Du rififi chez les hommes de Jules Dassin (1955), Rafles sur la ville de Pierre Chenal, Orphée de Jean Cocteau, Le Ballon rouge d'Albert Lamorisse (rue vilin) et Casque d'or de Jacques Becker(1957).

L'ancien tracé a partiellement disparu dans un jardin municipal : le Parc de Belleville, à flanc de coteau.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Stéphane, Dictionnaire des noms de rues, éditions Mengès, 1977, 1981, 1984, 1986, page 723.