Rue Treilhard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
8e arrt
Rue Treilhard
Rue Treilhard vue depuis la rue de Miromesnil.
Rue Treilhard vue depuis la rue de Miromesnil.
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Quartier de l'Europe
Début 48 rue de la Bienfaisance
Fin Rue de Téhéran, place de Narvik
Morphologie
Longueur 215 m
Largeur 12 m
Historique
Création 1865
Dénomination décret du
Géocodification
Ville de Paris 9423
DGI 9429

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Treilhard
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Treilhard est une voie du 8e arrondissement de Paris. Elle commence no 48, rue de la Bienfaisance et se termine rue de Téhéran et place de Narvik.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ouverte en 1865, la rue Treilhard a reçu sa dénomination en l'honneur du jurisconsulte Jean-Baptiste Treilhard (1742-1810), l'un des rédacteurs du Code civil.

Il a existé – entre le boulevard Mazas (actuel boulevard Diderot) et la rue Traversière – une première rue Treilhard, déclarée d'utilité publique par une ordonnance royale du 17 décembre 1840[1]. Elle a été dénommée par une autre ordonnance du 5 aout 1844[2]. Cette rue est supprimée en 1847 lors de la création de la rue de Lyon[3].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • no 8-20 : Marché Treilhard : Établi en 1875 sur l'emplacement de l'ancienne rue de Francfort, dans le quadrilatère délimité aujourd'hui par les rues Treilhard, Mollien, Maleville et Corvetto. Il a été diminué en 1906 par l'installation du garage d'automobiles dit de Messine[4].


Habitants célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), , « Ordonnance royale du 17 décembre 1840 », p. 171.
  2. Ibid., « Ordonnance royale du 5 août 1844 », p. 191
  3. Ibid., « Ordonnance royale du 27 novembre 1847 », p. 232
  4. a et b Rochegude, Op. cit., p. 51.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910