Rue Soufflot (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soufflot.

5e arrt
Rue Soufflot
image illustrative de l’article Rue Soufflot (Paris)
Rue Soufflot vue depuis le Panthéon.
Situation
Arrondissement 5e
Quartier Sorbonne
Val-de-Grâce
Début 12-21, place du Panthéon
Fin 63, boulevard Saint-Michel
Morphologie
Longueur 265 m
Largeur 30 à 31 m
Historique
Création 1760 et 1846
Dénomination 1807
Ancien nom Rue du Panthéon-Français
Géocodification
Ville de Paris 8657
DGI 9041

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Soufflot
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Soufflot est une voie située à la jonction des quartiers de la Sorbonne et du Val-de-Grâce du 5e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle relie le boulevard Saint-Michel où il borde le jardin du Luxembourg à la place du Panthéon.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La rue doit son nom à Jacques-Germain Soufflot (1713-1780), architecte du Panthéon de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

Le tracé de la voie reprendrait celui de l'ancien decumanus[1]. Le forum de Lutèce, centre de la vie religieuse, civique et commerciale de la cité antique s'étendait dans l'axe de la rue Soufflot entre le cardo maximus ou Via superior de l'actuelle rue Saint-Jacques, principal axe nord-sud et le cardo de l'actuel boulevard Saint-Michel. Son existence a été découverte au milieu du XIXe siècle par l'archéologue Théodore Vacquer.

La partie de la place du Panthéon à la rue Saint-Jacques est aménagée vers 1760 en même temps que la nouvelle église Sainte-Geneviève, actuel Panthéon, pour lui donner une perspective. Sa création par l'architecte de l'église entraine la destruction des bâtiments du collège de Lisieux et des maisons du côté nord de la rue de la Bretonnerie supprimée[2].

A la fin du XVIIIe siècle, la place devant l'église et l'amorce de la rue avaient une forme évasée irrégulière au départ de la rue Saint-Jacques, sauf la partie de l'école de droit édifiée par Soufflot de 1771 à 1774 à l'angle de la future place du Panthéon.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Du 3 au 9, rue Soufflot.

Cette partie de la rue a été régularisée au cours du XIXe siècle, côté nord par le prolongement de la faculté de droit sur le modèle de Soufflot jusqu'à la rue Saint-Jacques, côté sud par la mairie du 5e arrondissement, construite de 1846 à 1850 à l'imitation de la faculté de droit, et par les immeubles des numéros 3 et 9, celui-ci très étroit, « immeuble placard » construit sur une parcelle résiduelle.

Les immeubles des numéros 5 et 7 construits en 1734 en bordure de l'ancienne rue de la Bretonnerie adossée à l'enceinte de Philippe Auguste ont cependant été conservés. Leur orientation en biais par rapport à l'alignement est un témoignage du tracé de la fortification médiévale dont des vestiges ont été découverts en 1922 lors de travaux dans la Mairie. Les marches témoignent, par ailleurs, des travaux de nivellement de la rue.

Démolition pour élargissement après 1859 (photo de Charles Marville).

Son prolongement prévu à l'origine jusqu'à l'actuel boulevard Saint-Michel a été réalisé de 1846 à 1847 sur les plans de Soufflot qui prévoyaient un léger évasement à partir du boulevard Saint-Michel pour mise en perspective du Panthéon.

Cette partie a été élargie à partir de 1859 par Haussmann sur un plan strictement parallèle avec destruction et remplacement des immeubles datant d'une quinzaine d'années.

Enceinte de Philippe Auguste.

Cette partie de la rue Saint-Jacques au boulevard Saint-Michel fut aménagée sur les terrains de l'ancien couvent des Jacobins faisant disparaître ses derniers vestiges et également ceux du remparts de Philippe Auguste dont le tracé en biais reliait l'actuelle rue Victor-Cousin à la porte Saint-Jacques qui était située entre les numéros 172 et 151 bis de la rue Saint-Jacques[3].

Ce prolongement a également fait disparaître la rue Sainte-Hyacinthe établie à l'emplacement des anciens fossés extérieurs au mur de Philippe Auguste. La rue Paillet la remplace en partie.

La rue Soufflot s'est appelée « rue du Panthéon-Français » sous la Révolution, et a été renommée « Soufflot » en 1807[4].

Au XIXe siècle, la rue Soufflot reçoit la visite régulière d'une célébrité du Quartier latin : la Femme au perroquet, portant un ara au poing et distribuant jouets et bonbons aux enfants[5].

Le jour de son investiture, le , le président François Mitterrand remonte, depuis la place Edmond-Rostand, la rue Soufflot vers le Panthéon afin de déposer des roses sur les tombeaux de Jean Moulin, Victor Schœlcher et Jean Jaurès.

La rue Soufflot est généralement remontée par le cortège funéraire lors du transfert d'une personnalité au sanctuaire du Panthéon.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • La rue est citée dans plusieurs chansons au XXe siècle comme Quartier Latin, de Léo Ferré et Place des grands hommes, de Patrick Bruel.
  • No 13 : siège de la librairie et des Éditions A. Pedone, classé.
  • No 20 : c'est à cet emplacement que se situait au XIIIe siècle le Parloir aux bourgeois, siège de la municipalité parisienne.
  • No 24 : dans cet immeuble se trouvait la librairie de l'éditeur Cotillon et de son successeur F. Pichon, libraire du conseil d'État en 1889. L'immeuble a également été habité par le neurophysiologiste Alfred Vulpian[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Rouleau, Le Tracé des rues de Paris, Presses du CNRS, 1988, p. 38.
  2. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, (lire en ligne), p. 624-625.
  3. Alexandre Gady, La Montagne Sainte-Geneviève et le Quartier Latin, Hoëbeke, 1998, (ISBN 9782842300678), p. 176 et 177.
  4. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. 528.
  5. L. de B. « La Femme au perroquet », Le Monde Illustré du 24 octobre 1868, p. 272.
  6. Selon la plaque commémorative apposée sur l'immeuble.