Rue Pierre-et-Marie-Curie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre et Marie Curie.

5e arrt
Rue Pierre-et-Marie-Curie
image illustrative de l’article Rue Pierre-et-Marie-Curie
Vue de la rue : à droite l'institut de géographie et celui de biologie physico-chimique.
Situation
Arrondissement 5e
Quartier Val-de-Grâce
Début 14, rue d'Ulm
Fin 189, rue Saint-Jacques
Morphologie
Longueur 206 m
Largeur 12 m
Historique
Création 1909
Dénomination Arrêté du
Ancien nom Rue Pierre-Curie
Géocodification
Ville de Paris 7382
DGI 7424

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Pierre-et-Marie-Curie
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Pierre-et-Marie-Curie est une voie située dans le quartier du Val-de-Grâce du 5e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Si le côté nord de la rue est bordé par des immeubles d’habitation, le côté sud longe le campus Curie, construit sur l’emplacement de l’ancien couvent de la Visitation, acquis par l’université de Paris avec le concours de l’État, de la ville de Paris et du prince Albert Ier de Monaco, à qui l’université, en l’inscrivant en tant que membre bienfaiteur, céda un terrain de 1 000 m2 pour y bâtir un institut océanographique.

Le campus est essentiellement propriété de l’université Pierre-et-Marie-Curie[1] et héberge notamment l’institut Curie, l’Institut de biologie physico-chimique du CNRS, le laboratoire de chimie, physique, matière et rayonnement de l'UPMC, des laboratoires de l’École nationale supérieure de chimie de Paris-ENSCP ParisTech, les instituts Henri-Poincaré[2] (CNRS-UPMC), géographique et océanographique, la Fondation sciences mathématiques de Paris[3], la Société mathématique de France et la Société de mathématiques appliquées et industrielles.

La rue Pierre-et-Marie-Curie est desservie à proximité par la station Gare du Luxembourg du (RER)(B) et les lignes de bus RATP 21 27 38 82 84 85 89.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle tire son nom des époux Pierre et Marie Curie, célèbres physiciens et prix Nobel, en raison de la présence de l'Institut du radium (constitué des pavillons Pasteur, Curie et du pavillon des Sources, qui contenait les échantillons radioactifs) qu'ils ont fondé et qui deviendra l'institut Curie[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Dans le courant du IIIe siècle, cette ancienne zone qui date de la période romaine de Lutèce, située sur la montagne Sainte-Geneviève est progressivement abandonnée. Il faudra attendre quatorze siècles avec l'installation du couvent de la Visitation pour que la ville s'étende à nouveau sur ce terrain perdu. En 1632, ce couvent de la Visitation des Dames de Saint-Michel, construit selon des plans de François Mansart, reprend l'alignement de la rue du Faubourg-Saint-Jacques (actuelle rue Saint-Jacques). Le jardin du couvent s'étend beaucoup plus à l'est, jusqu'à l'actuelle rue d’Ulm. Le plan le plus ancien conservé, dit « de Bâle », montre qu'avant cette implantation il existait une zone de cultures peu bâtie, reflétant probablement la situation au Moyen Âge. En effet, à cette époque, nous sommes en dehors de la ville matérialisée par l'enceinte de Philippe Auguste. En 1910, l'Institut océanographique remplace l'ancien couvent de la Visitation, entre-temps déserté.

La rue actuelle est ouverte en 1909 et s'est appelée « rue Pierre-Curie » jusqu'au [5] avant que l'adjonction du nom de Marie Curie ne soit décidée.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'UPMC, www.upmc.fr.
  2. Site de l’institut Henri-Poincaré, www.ihp.jussieu.fr.
  3. Site de la Fondation sciences mathématiques de Paris, www.sciencesmaths-paris.fr.
  4. « Histoire de l'institut Curie », www.curie.fr.
  5. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. 271.
  6. Selon la plaque commémorative apposée sur l'immeuble.
  7. a et b Plaque commémorative sur l'immeuble.
  8. Hélène Eristov et Sylvie Robin, « Un îlot d'habitation de Lutèce au Haut-Empire : le site de la rue Pierre-et-Marie-Curie », dans Cahiers de la Rotonde, Paris, no 20, 1998, p. 5-59, 36. fig., 4 planches couleurs hors texte.