Rue Pasquier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
8e arrt
Rue Pasquier
Rue Pasquier vue du boulevard Haussmann
Rue Pasquier vue du boulevard Haussmann
Situation
Arrondissement 8e arrondissement
Quartier Quartier de la Madeleine
Début Boulevard Malesherbes, 6
Fin Rue du Rocher, 1
Morphologie
Longueur 480 m
Largeur 12 m
Historique
Création 1792
Dénomination décret du 2 octobre 1865
Ancien(s) nom(s) Rue de la Madeleine
Géocodification
Ville de Paris 7009
DGI 7082

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Pasquier
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 52′ 22″ N 2° 19′ 25″ E / 48.872799, 2.323496

La rue Pasquier est une voie du 8e arrondissement de Paris. Elle commence boulevard Malesherbes et rue de la Ville-l'Évêque et se termine rue de Rome.

Histoire[modifier | modifier le code]

La rue de la Madeleine allait à l'origine de la rue du Faubourg-Saint-Honoré à l'ancienne église de la Madeleine, située au début de l'actuel boulevard Malesherbes, à peu près à l'angle où la rue Pasquier rejoint la rue de la Ville-l'Évêque[1].

Elle fut prolongée jusqu'à la rue des Mathurins sur des terrains appartenant à M. de Monttessuy et provenant du couvent des religieuses Bénédictines de la Ville l'Évêque (V. rue de l'Arcade). Une délibération du corps municipal du 16 février 1792 autorisa l'ouverture de cette voie dont le procès-verbal de réception fut dressé le 29 février[2]. Sa largeur fut alors fixée à 9,74 mètres. Cette largeur fut confirmée par une décision ministérielle du 19 juillet 1808 avant d'être portée à 12 mètres par une ordonnance royale du 5 juin 1839

En 1862, la rue fut prolongée au nord jusqu'à la rue de la Pépinière. En 1863, le tronçon situé au nord du boulevard Malesherbes fut rebaptisé rue Pasquier en l'honneur du chancelier Pasquier (1767-1862), Préfet de police sous l'Empire, plusieurs fois ministre (Justice, Affaires étrangères) sous la Restauration, chancelier de France et président de la Chambre des pairs sous la monarchie de Juillet.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Bâtiments détruits[modifier | modifier le code]

  • no 42 : « Joli pavillon » (en 1910) selon le marquis de Rochegude[3]

Habitants célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette partie forme aujourd'hui une section de la rue Boissy-d'Anglas.
  2. Lazare, Op. cit., p. 404
  3. a et b Rochegude, Op. cit., p. 16
  4. numérotation supprimée
  5. Source : Paris, les résidences tocquevilliennes sur le site www.tocqueville.culture.fr (consulté le 28 février 2009)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Félix Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, Imprimerie de Vinchon, 1844-1849
  • Charles Lefeuve, Les anciennes maisons de Paris. Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, Paris : C. Reinwald, 5e édition, 1875, 5 vol.
  • Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910