Rue Marbeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

16e arrt
Rue Marbeau
Image illustrative de l’article Rue Marbeau
La rue Marbeau vue depuis la rue Pergolèse.
Situation
Arrondissement 16e
Quartier Porte-Dauphine
Début 54, rue Pergolèse
Fin 38, boulevard Marbeau
Morphologie
Longueur 203 m
Largeur 12 m
Géocodification
Ville de Paris 5918
DGI 5991
Géolocalisation sur la carte : 16e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 16e arrondissement de Paris)
rue Marbeau
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
rue Marbeau
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Marbeau est une voie du 16e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Marbeau est une voie publique située dans le nord-ouest du 16e arrondissement de Paris. Elle débute au 54, rue Pergolèse et se termine au 38, boulevard Marbeau et boulevard de l'Amiral-Bruix (un des boulevards des Maréchaux, entre la porte Dauphine et la porte Maillot), face à l'angle sud du square Alexandre-et-René-Parodi.

La rue suit un axe nord-ouest/sud-est. Bien que dénommée « rue », elle est plus longue et plus large que le boulevard Marbeau (203 mètres de long et 12 mètres de large contre 96 mètres et 6 mètres).

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom de la famille anciennement propriétaire des terrains allant du Trocadéro à la place Dauphine[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La création de la villa Dupont résulte de l’acquisition en 1851 par M. Marbeau d’un terrain vendu par adjudication, élément de l’ancienne propriété de Casimir Périer, au sud de la porte Maillot entre la rue du Petit-Parc, actuelle rue Pergolèse et la route militaire des fortifications, actuel boulevard de l'Amiral-Bruix, jusqu’à l’emplacement de l’actuelle avenue Foch. Ce terrain faisait partie de l'ancienne faisanderie également dénommé "Petit-Parc" qui s'étendait en longueur au nord du parc principal du château de la Muette, "Grand Parc", à l'emplacement actuel de l'OCDE jusqu'à l'avenue de la Grande-Armée formant la limite des anciennes communes de Neuilly et de Passy. Le terrain de cette dépendance du château fut vendu comme bien national en 1796 au comte de Saint-Simon puis cédée à Casimir Périer futur ministre de Louis-Philippe[2]. Un échange de parcelles fut ensuite opéré avec Paul Dupont propriétaire du terrain voisin[3].

La voie est classée dans la voirie parisienne par un arrêté du .

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

No 26 : dernière demeure de Raymond Poincaré (1860-1934).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997, etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 96.
  2. Marie-Laure Crosnier Lecomte, Guide du promeneur dans le 16è, Paris, Parigramme, (ISBN 284096 036 2), p. 219
  3. Gérard Dautzenberg, Villas, hameaux et cités de Paris, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, , 274 p. (ISBN 2-905-118-97-0), « Villa Dupont », p. 135-136
  4. terresdecrivains.com[réf. non conforme].
  5. Photo légendée de l'époque sur Gallica.
  6. Extrait d'un article du journal Ouest-Éclair du 16 octobre 1934, sur Gallica.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]