Rue Lord-Byron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

8e arrt
Rue Lord-Byron
Image illustrative de l’article Rue Lord-Byron
L'ambassade pakistanaise, rue Lord-Byron.
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Faubourg-du-Roule
Début Rue de Chateaubriand
Fin Avenue de Friedland
Morphologie
Longueur 263 m
Largeur 11 m
Historique
Création 1825
Dénomination 1825
Géocodification
Ville de Paris 5692
DGI 5751

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Lord-Byron
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Lord-Byron est une voie du 8e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle commence rue de Chateaubriand et se termine avenue de Friedland.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom du poète anglais George Noël Gordon, Lord Byron (1788-1824).

Historique[modifier | modifier le code]

La voie a été ouverte, sous sa dénomination actuelle, comme voie privée en 1825 sur les terrains de l'ancienne folie Beaujon par la Société du quartier de la chartreuse Beaujon, formée entre trois spéculateurs : Fortunée Hamelin (1776-1851), l'une des plus fameuses Merveilleuses sous le Directoire, et MM. Cottin et Rougevin.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Bâtiments détruits[modifier | modifier le code]

  • No 1 : hôtel de M. Durieu de Lacarelle (en 1910)[1].
  • No 4 : dans « un petit hôtel d'aspect élégant et mystérieux[2] », Blanche Delacroix rencontra en 1889 le roi des Belges Léopold II, dont elle deviendra la maîtresse jusqu'à la mort du souverain.
  • No 5 : hôtel de style néo-Renaissance (en 1910)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Rochegude, op. cit., p. 97.
  2. Baronne de Vaughan, Presque reine : mémoires de ma vie, Paris, Le Livre de Paris, , 255 p., p. 21.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910.