Rue Lord-Byron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
8e arrt
Rue Lord-Byron
L'ambassade pakistanaise, rue Byron.
L'ambassade pakistanaise, rue Byron.
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Faubourg-du-Roule
Début rue de Chateaubriand
Fin avenue de Friedland
Morphologie
Longueur 263 m
Largeur 11 m
Historique
Création 1825
Géocodification
Ville de Paris 5692
DGI 5751

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
rue Lord-Byron
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Lord-Byron est une voie du 8e arrondissement de Paris. Elle commence rue de Chateaubriand et se termine avenue de Friedland.

Histoire[modifier | modifier le code]

La voie a été ouverte comme voie privée en 1825 sur les terrains de l'ancienne Folie Beaujon par la Société du quartier de la Chartreuse Beaujon, formée entre trois spéculateurs : Fortunée Hamelin (1776-1851), l'une des plus fameuses Merveilleuses sous le Directoire, et MM. Cottin et Rougevin.

Le poète anglais Lord Byron (1788-1824) aurait habité, ainsi que Théophile Gautier, une maison située à l'emplacement du no 16[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • no 18 : Hôtel de Jules Comte, membre de l'Institut, directeur de la Revue de l'Art ancien et moderne (en 1910)[1].

Bâtiments détruits[modifier | modifier le code]

  • no 1 : Hôtel de M. Durieu de Lacarelle (en 1910)[1].
  • no 4 : Dans « un petit hôtel d'aspect élégant et mystérieux »[2], Blanche Delacroix rencontra en 1889 le roi des Belges Léopold II, dont elle allait devenir la maîtresse jusqu'à la mort du souverain.
  • no 5 : Hôtel de style néo-Renaissance (en 1910)[1].

Adresses notables[modifier | modifier le code]

Habitants célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Rochegude, Op. cit., p. 97
  2. Baronne de Vaughan, Presque Reine : Mémoires de ma vie, Paris, Le Livre de Paris, , 255 p., p. 21

Sources[modifier | modifier le code]

  • Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910