Rue Jouffroy-d'Abbans (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

17e arrt
Rue Jouffroy-d'Abbans
Image illustrative de l’article Rue Jouffroy-d'Abbans (Paris)
La rue Jouffroy d'Abbans, vue depuis la place du Nicaragua.
Situation
Arrondissement 17e
Quartier Plaine-de-Monceaux
Batignolles
Début 1, boulevard Pereire
Fin 80, avenue de Wagram
Morphologie
Longueur 1 100 m
Largeur 20 m
Historique
Dénomination 1994
Ancien nom Rue Jouffroy
Géocodification
Ville de Paris 4912
DGI 5031

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Jouffroy-d'Abbans
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Jouffroy-d'Abbans est une voie du 17e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Voie vue depuis la rue de Tocqueville.

La rue Jouffroy-d'Abbans est une voie publique située dans le 17e arrondissement de Paris. Elle débute au 1, boulevard Pereire et se termine au 80, avenue de Wagram.

Le carrefour avec le boulevard Malesherbes et la rue Ampère est nommé « place du Nicaragua[1] ». Le carrefour avec l'avenue de Villiers et la rue Brémontier forme la place Monseigneur-Loutil[2].

Ce site est desservi par la ligne (M)(3) à la station de métro Wagram.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de la rue honore le marquis Claude de Jouffroy d'Abbans (1751-1832), architecte naval, ingénieur et industriel français, inventeur des bateaux à vapeur.

Historique[modifier | modifier le code]

De à 1994, la rue était dénommée « rue Jouffroy[3] ». Elle est renommée « Jouffroy d'Abbans » par arrêté municipal du afin de mettre un terme aux confusions, notamment postales, avec la rue Sauffroy qui est située dans le même arrondissement.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 20 : groupe scolaire dû à l'architecte Edmond Paulin.
  • No 62 : à cette adresse habitait[4] et est mort Philippe Gille (1830-1901). Son fils, le pianiste Victor Gille (1884-1964), y est également né[5]. Philippe Gille avait fait installer deux balcons, l'un d'eux a été enlevé à la maison de Marat, l'autre à celle où descendit Charlotte Corday en arrivant à Paris[6].
  • No 66 : à cette adresse habitait en 1885 l'artiste peintre Thérèse de Champ-Renaud[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Place du Nicaragua », www.v2asp.paris.fr.
  2. « Place Monseigneur-Loutil », www.v2asp.paris.fr.
  3. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. 684.
  4. 1910 Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris, p. 35.
  5. Acte de naissance de René-Victor-Léo Gille sur le site des Archives de Paris 17e, le 28 avril 1884, acte no 1447, vue 29/31.
  6. Jules Hoche, Les Parisiens chez eux, 1883, p. 206.
  7. Catalogue de la 27e Exposition d'Amiens de 1885, organisée par les Amis des arts de la Somme, p. 21.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]