Rue Henri-Chevreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevreau (homonymie).
20e arrt
Rue Henri-Chevreau
Rue Henri-Chevreau au niveau de l'entrée de la voie V20, désormais (2015) appelée Villa Henri-Chevreau.
Rue Henri-Chevreau au niveau de l'entrée de la voie V20, désormais (2015) appelée Villa Henri-Chevreau.
Situation
Arrondissement 20e arrondissement
Quartier Belleville
Début 81, rue de Ménilmontant
Fin 98, rue des Couronnes
Morphologie
Longueur 240 m
Largeur 10 m
Historique
Création 1853
Dénomination 1853
Géocodification
Ville de Paris 4485
DGI 4545

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
rue Henri-Chevreau
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Henri-Chevreau est une rue située dans le 20e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Odonymie[modifier | modifier le code]

Cette voie tient son nom d'Henri Chevreau (1823-1903), ministre français de l'Intérieur et éphémère préfet de la Seine à la suite de la destitution d'Haussmann.

Historique[modifier | modifier le code]

À l'angle de la rue de la Mare, présence du café théâtre "Le popul'air".

Cette rue a été ouverte en deux phases :

  1. La section entre les rues de Ménilmontant et de la Mare est ouverte sous sa dénomination actuelle par une délibération du Conseil municipal de Belleville du 23 mai 1853 avant d'être classée dans la voirie parisienne par le décret du 23 mai 1863.
  2. Par un décret du 25 mars 1878, elle est prolongée, sous le même nom, entre la rue de la Mare et la rue des Couronnes.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Le numéro 5 a abrité le siège de la Fédération communiste révolutionnaire, ancêtre de la Fédération communiste anarchiste en 1912.

Au 10 se tint dès 1880 la première répartition de La Bellevilloise[1].

Dans les années 1940, au 34 était situé le fabricant d'appareils photos GAP – Georges Paris Appareils.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Quand la colère monte... à Ménilmontant », parisrevolutionnaire.com, (consulté le 23 décembre 2014)