Rue Grignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rue Grignan
{{#if:
Image illustrative de l'article Rue Grignan
Situation
Coordonnées 43° 17′ 31″ N 5° 22′ 35″ E / 43.292029, 5.37632343° 17′ 31″ Nord 5° 22′ 35″ Est / 43.292029, 5.376323
Arrondissement 1er et 6e
Tenant Rue de Rome
Aboutissant Place de la Corderie Henri-Bergasse
Morphologie
Type Rue
Longueur 640 m
Largeur 9,5 m
Histoire
Monuments Musée Cantini

Géolocalisation sur la carte : Marseille

(Voir situation sur carte : Marseille)
Rue Grignan

La rue Grignan est une voie située dans le 1er et 6e arrondissement de Marseille. Elle va de la rue de Rome à la place de la Corderie Henri Bergasse. Elle prolonge la rue Estelle.

Historique[modifier | modifier le code]

Elle doit son nom au lieutenant général en Provence, François Adhémar de Monteil, comte de Grignan, surtout connu pour avoir épousé Françoise de Sévigné, fille de la marquise de Sévigné. Le comte de Grignan avait fait construire un hôtel particulier qui occupait un vaste quadrilatère compris entre la rue Grignan, la rue Saint-Ferréol et la rue Montgrand. Cette résidence appartiendra par la suite à un riche négociant, Jean Payan, qui mourra sur l’échafaud le . L’ensemble sera loti en 1820 et sur une de ses parcelles sera construit au N° 15 le temple protestant[1].

Monuments remarquables[modifier | modifier le code]

  • Au N° 15 se situe le plus ancien temple protestant de Marseille, construit en 1825. Il a été rénové en 2011.
  • Au N° 17 s’élevait l’hôtel de Foresta-Collongue qui deviendra l’hôtel d’Orient où séjourneront Alphonse de Lamartine en août 1844, Honoré de Balzac en octobre 1845 et François-René de Chateaubriand en juin 1845[2].
  • Au N° 19 se trouve le musée Cantini. Cet hôtel est construit en 1694 par la famille Montgrand et abrite la Compagnie du Cap Nègre qui exploitait notamment le corail sur les cotes algériennes. Cet hôtel est ensuite acheté par le marbrier Jules Cantini qui en fait don en 1815 à la ville de Marseille pour y faire un musée[3].
  • Au N° 53, hôtel Guillaume de Paul où logera Masséna en 1815[4].
  • Au N° 66, église Saint-Charles.
  • Entre la rue Breteuil et la place de la Corderie Henri Bergasse, la rue Grignan longe le Palais de Justice.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Bouyala d'Arnaud, Évocation du vieux Marseille, les éditions de minuit, Paris, 1961.
  • Adrien Blés, Dictionnaire historique des rues de Marseille, Ed. Jeanne Laffitte, Marseille, 1989, (ISBN 2-86276-195-8).

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Bouyala d’Arnaud, Évocation du vieux Marseille, les éditions de minuit, Paris, 1961, p. 301
  2. André Bouyala d’Arnaud, Évocation du vieux Marseille, les éditions de minuit, Paris, 1961, p. 302
  3. Adrien Blés, Dictionnaire historique des rues de Marseille, Ed. Jeanne Laffitte, Marseille, 1989, p. 179, (ISBN 2-86276-195-8)
  4. Augustin Fabre, Les rues de Marseille, édition Camoin, Marseille, 1869, tome 4 p. 255