Rue Cases-Nègres (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rue Cases-Nègres

Réalisation Euzhan Palcy, Michel Loulergue
Scénario Euzhan Palcy, Michel Loulergue, avec les conseils de François Truffaut, d'après un roman de Joseph Zobel
Acteurs principaux
Sociétés de production SUMAFA Productions
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 101 minutes
Sortie 1983

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Rue Cases-Nègres[n 1] est un film français réalisé par Euzhan Palcy, sorti en 1983.

Il s'agit d'une adaptation du roman de Joseph Zobel La Rue Cases-Nègres publié en 1950. La réalisatrice martiniquaise a obtenu pour ce premier film de nombreux prix, dont le Lion d'Argent 1983 et le César de la meilleure première œuvre 1984.

Situé au début des années 1930 chez les ouvriers agricoles de la Martinique, le film montre le quotidien d'un enfant noir que sa grand-mère pousse à étudier au collège et que son instituteur aide à accéder au lycée.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Présentation générale[modifier | modifier le code]

« Pour toutes les rues Cases-Nègres du monde... »

Le film débute à Rivière-Salée, un village d'ouvriers agricoles du Gouvernorat de Martinique, en . Il met en scène le combat d'une grand-mère, M'man Tine, afin que son petit-fils José, qu'elle élève seule, jouisse d'une bonne éducation et d'une instruction lui permettant de devenir fonctionnaire et, ainsi, lui éviter de travailler sa vie durant dans les champs de cannes à sucre. José est initié à la tradition et aux cultes des anciens par son ami Médouze, le vieux sage du village. Monsieur Roc l'instituteur sera un soutien constant pour le jeune garçon. La fin du film est placée à mi-mai 1931[2].

Synopsis détaillé[modifier | modifier le code]

José, le protagoniste, est un jeune garçon vivant dans une partie rurale de la Martinique dans les années 1930. Beaucoup de gens autour de lui, dont sa grand-mère, Ma'Tine, avec qui il vit, travaillent dans les champs de canne à sucre où ils sont harcelés et mal payés par le patron blanc. Ma'Tine est chroniquement malade, souffre de plusieurs épisodes cardiaques, mais continue de s'en remettre et continue son travail pour soutenir Jose.

José, un orphelin, a pour figure paternelle un homme âgé nommé Medouze qui aime lui raconter des histoires sur l'Afrique. José va à l'école sur l'insistance de sa grand-mère, qui ne veut pas qu'il finisse par travailler dans les champs, destin probable de la plupart de sa classe. Medouze disparaît et José le trouve mort dans un champ de canne. Afin de gagner son propre déjeuner, Jose est amené à faire des travaux ménagers pour une femme qui vit près de l'école, ce qui l'amène à être en retard à plusieurs reprises pour les cours et à avoir des ennuis. Malgré cela, José excelle dans ses cours de français et dans son écriture.

À l'école, José se lie d'amitié avec un garçon mulâtre nommé Léopold, mais le père blanc de Léopold ne veut pas qu'il s'associe aux travailleurs du champ noir. Lorsqu'il passe devant et voit jouer José et Léopold, il ordonne à Léopold de monter dans la voiture mais, en essayant de récupérer le cheval que Léopold montait, il reçoit un coup de pied dans l'estomac, ce qui entraîne de graves blessures. Sur son lit de mort, son père refuse de reconnaître formellement Léopold comme son fils, estimant qu'un mulâtre ne doit pas porter le nom de famille. Léopold, dévasté par le rejet de son père, s'enfuit de chez lui et disparaît.

José obtient des notes élevées aux tests et obtient une bourse partielle pour fréquenter le lycée de Fort-de-France, la capitale. Une autre élève, une fille, gagne également une place à l'école, mais son père l'a déjà promise à d'autres personnes et ne lui permet pas d'y aller. José lui donne sa montre à gousset pour lui exprimer ses condoléances. Sa grand-mère l'accompagne dans la capitale, travaillant comme blanchisseuse pour les riches ménages blancs pour payer le reste des frais et leurs frais de subsistance. Ils parviennent à trouver une petite remorque à utiliser comme maison grâce à l'amie de José Carmen qui conduit le bateau entre la zone rurale et Fort-de-France.

José fait face à la pression autour de lui, notamment de la part d'un de ses professeurs. Lorsqu'il écrit un essai sur la vie des Noirs pauvres, il est accusé de plagiat, alors il s'enfuit de l'école et retourne dans sa petite cabane en ville. Le professeur se rend chez lui et dit à José qu'il a été accusé à tort, offrant des excuses et une bourse complète à l'école et des allocations. José gagne assez d'argent pour soulager Ma'Tine de son travail de blanchisseuse.

Plus tard, Jose retourne à Black Shack Alley après que sa grand-mère a eu une crise cardiaque alors qu'il rentrait chez lui d'un voyage chez un fabricant de vêtements local pour faire à Jose un nouveau costume. José voit Léopold se faire arrêter pour avoir volé le registre du patron pour prouver qu'il volait les ouvriers sur leurs gains. Alors que sa grand-mère meurt, José est lancé dans un avenir qu'il ne peut contrôler, mais continuera à écrire sur sa maison et la souffrance de ses frères.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le titre n'est pas toujours respecté correctement dans les sources, notamment du fait d'une différence entre le titre du livre, La Rue Cases-Nègres, et celui du film, Rue Cases-Nègres (tel qu'il apparaît à l'écran). Par exemple, le registre public[1] du Centre national de la cinématographie (CNC) le connaît sous La Rue Cases-Nègres, et l'Internet Movie Database écrit le titre Rue cases nègres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Registre public
  2. Le vendeur du journal Le Temps crie : « Le président Dou-mer as-sas-siné » : no 25823 du

Liens externes[modifier | modifier le code]