Rue Boileau (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue Boileau.

16e arrt
Rue Boileau
Image illustrative de l’article Rue Boileau (Paris)
Rue Boileau au niveau de la rue Molitor.
Situation
Arrondissement 16e
Quartier Auteuil
Début 31, rue d'Auteuil
Fin 188, avenue de Versailles
Morphologie
Longueur 975 m
Largeur 12 m
Historique
Création Avant 1730
Dénomination 1792
Ancien nom Rue des Garennes
Géocodification
Ville de Paris 1068
DGI 1058

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Boileau
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Boileau est une voie du 16e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Boileau est une voie publique située dans le 16e arrondissement de Paris. Elle commence au 31, rue d’Auteuil et se termine au 188, avenue de Versailles. Orientée grossièrement nord-sud, elle est longue de 975 mètres et large de 12.

Le quartier est desservi par les lignes (M)(9)(10), aux stations Michel-Ange - Auteuil, Michel-Ange - Molitor, Exelmans, Église d’Auteuil et Chardon-Lagache et par les lignes de bus RATP 22 52 62.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Nicolas Boileau.

Elle est nommée en l'honneur du poète français Nicolas Despréaux, dit Boileau (1636-1711), qui habita cette rue.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette voie de l'ancienne commune d'Auteuil, indiquée sur le plan de Roussel de 1730, est appelée au XVIIe siècle « rue des Garennes », nom provenant d'un lieu-dit qui existait au XVe siècle.

Elle débutait alors à la jonction des rues Molière et Grande-Rue dont la réunion a formé l'actuelle rue d'Auteuil. Elle conduisait à la potence de la justice des seigneurs d'Auteuil qui se trouvait à proximité de l'actuelle place de la Porte-de-Saint-Cloud.

C’est dans cette rue des Garennes, qui portera plus tard son nom, que Nicolas Boileau achète une maison le 10 août 1685 pour la somme de 8 000 livres. Elle consiste « en un corps de logis appliqué à deux étages, outre le rez-de-chaussée, une cour, une écurie et remise de carrosse et un jardin clos de murs[1] ».

La rue prend sa dénomination actuelle en 1792 et est classée dans la voirie parisienne par un décret du 23 mai 1863.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 7 : le dramaturge Nicolas Evreïnoff (1879-1953) a vécu à cette adresse. Une plaque lui rend hommage.
  • No 14 : siège du groupe NRJ.
  • No 14 : emplacement de la mairie du village d'Auteuil entre 1844 et les années 1870 (le bâtiment est incendié lors de la Commune de Paris en 1871)[2].
  • No 17 : école élémentaire d'application.
  • No 26 : la maison de Nicolas Boileau se situait à ce numéro[3].
  • No 34 : hôtel Roszé, construit en 1891 par Hector Guimard[4].
  • No 37 : à cette adresse vécut dans les années 1930 le danseur, peintre et sculpteur américain Paul Swan, décrit comme « le plus bel homme du monde[5] ». Un projet immobilier est en cours à cet endroit (avril 2018), avec la construction annoncée d'un hôtel de tourisme de 25 chambres.
  • No 38 : entrée du hameau Boileau, villa créée en 1838 (quartier privé) dans ce qui était à l'époque une banlieue de Paris.
  • No 40 : bâtiment de l'ambassade d'Algérie en France et École internationale algérienne Malek Bennabi ; construit en 1906 pour le peintre Lucien Simon par les architectes Joachim Richard et Henri Audiger et décoré par les céramistes Alphonse Gentil et Eugène Bourdet.
  • No 42 : ambassade de Namibie en France.
  • No 62 : ambassade du Viêt Nam en France.
  • No 67 : laboratoire de Gustave Eiffel. Inauguré en 1912 au croisement avec la rue de Musset, il s'agit de l'un des premiers laboratoires aérodynamiques du monde. En 1920, l'ingénieur le lègue aux services techniques de l'aéronautique. En 1929, il est affecté à la Chambre syndicale des industries aéronautiques[6].
  • No 68 : à ce numéro a été tourné le film La Grande Bouffe.
  • No 84 : villa Cheysson et villa Mulhouse. La villa Cheysson fait partie d'un ensemble de 3 petites rues, nommées villas, formant avec la villa Dietz-Monnin et la villa Émile-Meyer une entité appelée villa Mulhouse. Édifiée à partir de 1860 et achevée en 1892, la villa Mulhouse comprend 67 pavillons.
  • No 102 : le peintre Maximilien Luce avait son atelier à ce numéro à partir de 1900[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Berriat-Saint-Prix, Œuvres complètes de Boileau, Paris, 1837.
  2. « Mairie du 16e arrondissement », equipement.paris.fr (consulté le 19 avril 2017).
  3. « Nicolas Boileau », Société historique d'Auteuil et de Passy, www.histoire-auteuil-passy.org.
  4. Protections patrimoniales, 16e arrondissement, Ville de Paris, Règlement du PLU, tome 2, annexe VI, p. 340 à 432.
  5. Janis Londraville et Richard Londraville, The Most Beautiful Man in the World: Paul Swan, from Wilde to Wahrol, University of Nebraska Press, 2006.
  6. « Laboratoire d'aérodynamisme de Gustave Eiffel à Paris 16e Arrondissement », monumentum.fr, consulté le 23 mars 2019.
  7. Vanessa Lecomte, « Chronologie », Marina Ferretti Bocquillon (dir.), Maximilien Luce néo-impressionniste, Giverny, Musée des impressionnismes Giverny, Milan, Silvana Editoriale, 2010, p. 122 et 125.

Voir aussi[modifier | modifier le code]