Rue Boileau (Nantes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue Boileau.

Rue Boileau
Image illustrative de l’article Rue Boileau (Nantes)
Vue de la rue Boileau et du siège du Crédit lyonnais
Situation
Coordonnées 47° 12′ 53,02″ nord, 1° 33′ 38,26″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Tenant Place des Volontaires-de-la-Défense-Passive
Aboutissant rue Crébillon
Morphologie
Type Rue

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Rue Boileau

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Rue Boileau

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Rue Boileau

La rue Boileau est une rue du centre-ville de Nantes, dans le département de la Loire-Atlantique, en France.

Présentation[modifier | modifier le code]

C'est une des principales rues commerçantes du centre-ville. Elle relie la rue du Calvaire au nord à la rue Crébillon au sud, en croisant successivement la rue du Chapeau-Rouge, la rue Scribe et la rue Rubens.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Appelée auparavant « rue du Merle-Blanc », la rue a été baptisée de son nom actuel en hommage à Nicolas Boileau (1636-1711), poète, écrivain et critique français, historiographe de Louis XIV[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1822, la rue, plus courte, aboutissait à un escalier communiquant avec les rues Crébillon et Rubens[1]. Cette partie de la voie, échappant à l'urbanisation de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, était considérée comme étant habitée par des gens peu fréquentables. Le prolongement de la rue s'achève en 1844, après la destruction de bâtiments, notamment celle du « cirque du Chapeau-Rouge », qui doit son nom à la rue et à la cour du Chapeau-Rouge où il était installé[1]. Dans la salle où ce « cirque » se produit, un bal est donné à l'occasion de la visite de Napoléon Ier à Nantes en 1808[2].

En 1881, le siège nantais de la banque Crédit lyonnais est construit au no 4 de la rue[3].

Au début du XXe siècle, la rue est très commerçante. Y figurent notamment les magasins de vente de la biscuiterie LU (installée ici au no 5 depuis la création de l'entreprise en 1846) et de la Biscuiterie nantaise[4].

En 1922, le siège du Crédit lyonnais est détruit par un incendie. En 1924, l'architecte André Narjoux conduit la construction d'un nouvel immeuble de style Art déco, doté d'une immense verrière. La banque y est installée depuis[3].

La rue est très endommagée lors des bombardements de 1943. La galerie d'art Mignon-Cassard, au no 10 de la rue, est détruite le , lors de l'inauguration d'une exposition, ce qui provoque la mort de sa propriétaire, du peintre Carcasse et des invités. La galerie, reprise par Simone Mignon-Massart, la fille de la défunte, ne peut se réinstaller à la même adresse qu'après la reconstruction, en 1955. La galerie ferme en 1987[5].

En 1992[6], une plaque est apposée à la mémoire du résistant Pierre Audigé (1908-1944), installé en 1937 au no 9 de la rue comme chirurgien-dentiste, puis entré dans la résistance, arrêté à Caen par l'occupant allemand et exécuté[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Pied 1906, p. 31 et 32.
  2. Pajot 2010, p. 36.
  3. a et b Olart 2009, p. 52.
  4. Çà et là par les rues de Nantes, 1983, p. 109-110.
  5. Stéphane Pajot, « Il y a 20 ans, la fermeture de la galerie Mignon-Massart », Presse-Océan,‎ (lire en ligne).
  6. « Boileau (rue) », sur catalogue-archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 8 août 2017).
  7. « 9 rue Boileau. Actions résistantes de Pierre Audigé - Plaque commémorative », sur Vivre en temps de guerre, musée du château des ducs de Bretagne (consulté le 8 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Olart (photogr. Laurent Allenou), Nantes secret et insolite, Paris, Les Beaux Jours/Compagnie parisienne du livre, , 176 p. (ISBN 978-2-35179-040-3), p. 52.
  • Stéphane Pajot, Nantes histoire de rues, Les Sables d'Olonne, d'Orbestier, , 215 p. (ISBN 978-2-84238-126-4).
  • Édouard Pied, Notices sur les rues de Nantes, A. Dugas, , 331 p., p. 31-32.
  • Université de Nantes, Service formation continue dont université permanente, Çà et là par les rues de Nantes, Nantes, Reflets du passé, , 207 p. (ISBN 2-86507-016-6).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :