Rue Beautreillis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

4e arrt
Rue Beautreillis
Voir la photo.
Rue Beautreillis vue en direction de la rue des Lions-Saint-Paul.
Voir la plaque.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Arsenal
Début 2, rue des Lions-Saint-Paul
Fin 43, rue Saint-Antoine
Morphologie
Longueur 231 m
Largeur 10 m
Historique
Création 1555
Dénomination 6 septembre 1838
Ancien nom Rue du Pistolet, rue Gérard-Beauquet
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Beautreillis
Géolocalisation sur la carte : 4e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 4e arrondissement de Paris)
Rue Beautreillis
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Beautreillis est une rue du 4e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Beautreillis, quasi-parallèle aux rues Saint-Paul et du Petit-Musc, commence à la rue des Lions-Saint-Paul et se termine à la rue Saint-Antoine. Elle croise successivement les rues Charles-V et Neuve-Saint-Pierre. Comme de nombreuses voies du vieux Paris, sa largeur, étroite, est inégale et son bâti garde trace de sa longue histoire avec des maisons, hôtels ou immeubles de différentes époques.

Le quartier est desservi par la ligne (M)(7) à la station Sully - Morland, par les lignes (M)(1)(5)(8) à la station Bastille et par les lignes de bus RATP 6976.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Son nom, attribué en 1555, est un souvenir de l'hôtel de Beautreillis, qui fut bâti à l'emplacement de l’hôtel Saint-Pol et qui tenait son nom des treilles qui s'élevaient contre les murs de son jardin[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Elle est citée sous les noms de « rue Girard-Bocquet »[2] et « rue de Beau-trillis » dans un manuscrit de 1636 où le procès-verbal de visite indique qu'elle est « trouvée orde, salle et pleine de boues et immundices ».

Par décision ministérielle du , la longueur de cette voie a été portée de 188 m à 231 m par absorption de la « rue Gérard-Beauquet » (du nom du propriétaire de l'hôtel de Beautreillis), ancienne rue du Pistolet[3].

C'est à la barricade parallèle à la rue Beautreillis sur la rue Saint-Antoine que fut tué le général Négrier durant les journées de juin 1848.

En 1881, une pétition des habitants des rues Beautreillis, Charles-V, Lions-Saint-Paul et du Petit-Musc est adressée à la ville de Paris, pour se plaindre que ces voies soient dépourvues d’eau potable et réclamer l’ouverture d’une fontaine publique[4].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques-Maximilien Saint-Victor, Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu’à nos jours, 1822-1827, sur Gallica.
  2. On nommait ainsi la partie de la « rue Beautreillis » qui va de la rue des Lions à la rue Charles-V, alors rue Neuve-Saint-Paul.
  3. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. 168.
  4. « Séance du 9 juillet 1881 », Bulletin de la ville de Paris, Paris, 18 juillet 1881, sur Gallica.
  5. Charles Coligny, La chanson française : histoire de la chanson et du caveau, 1876.
  6. Jules Claretie, Victorien Sardou, 1883.
  7. « Autour de la Littérature », sur revues-litteraires.com.
  8. « Immeuble », Plateforme ouverte du patrimoine (POP).
  9. Gustave Pessard, Nouveau dictionnaire historique de Paris, Paris, 1904, sur Gallica.
  10. Olivier Nuc, « Sur les traces parisiennes de Jim Morrison », Le Figaro,‎ 17-18 octobre 2020, p. 30 (lire en ligne).
  11. E. Dhérissart, Une Prière pour Baudelaire, 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]