Rue Basse-Porte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rue Basse-Porte
Situation
Coordonnées 47° 13′ 16″ nord, 1° 33′ 29″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Hauts-Pavés - Saint-Félix
Début Rue Jeanne-d'Arc
Fin Rue de Bel-Air
Morphologie
Type Rue
Longueur 160 m
Histoire
Création XIXe siècle
Anciens noms Passage de l’Abattoir
Rue Moquechien
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Rue Basse-Porte
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Rue Basse-Porte
Géolocalisation sur la carte : Nantes
(Voir situation sur carte : Nantes)
Rue Basse-Porte

La rue Basse-Porte est une voie de Nantes, en France, situé dans le quartier Hauts-Pavés - Saint-Félix.

Description[modifier | modifier le code]

La rue est bitumée, ouverte à la circulation automobile. Rectiligne et longue de 160 mètres, elle relie la rue Jeanne-d'Arc à la rue de Bel-Air[1]. Elle ne rencontre aucune autres rues.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Après avoir été nommée « Passage de l’Abattoir », puis « Rue Moquechien »[2], elle son nom actuel à la suite d'une délibération du conseil municipal du , qui lui attribue le nom d'une ancienne voie qui fut remplacé par la rue Jeanne-d'Arc[3],[1]. Son nom évoque l'une des portes qui permettait de franchir la ceinture de fortifications qui entouraient le faubourg du Marchix depuis l'époque du gouverneur de Bretagne, le duc de Mercœur[4].

Historique[modifier | modifier le code]

La voie fut créée en même temps que la construction des abattoirs municipaux en 1821 et sera ouverte à la circulation en 1892, entrainant la suppression des grilles de clôture qui contrôlaient son accès[5].

Ces abattoirs, rasés en 1934 seront remplacés par l'actuel marché de Talensac, inauguré en 1937 qui borde le tronçon sud de la rue.

Durant la seconde quinzaine d', les 18 platanes bordant la rue sont abattus. En effet, deux d'entre eux étaient porteurs d'un champignon contagieux et mortel pour cette essence : le chancre coloré. C'est première fois que celui-ci décelé dans le nord-ouest de la France. La ville souhaite profité de cette occasion pour diversifier son patrimoine arboré en les remplaçant par de nouvelles espèces[6].

Architecture et bâtiments remarquables[modifier | modifier le code]

Salle Paul-Fort[modifier | modifier le code]

  • Au no 9, se trouve la « salle Paul-Fort » qui accueillit dès 1973, la « Maison de la Culture de la Loire-Atlantique » nouvellement créée (herbergée auparavant salle Francine-Vasse sous le nom de « Théâtre club ») jusqu'à son déménagement au Grand T en 1983. Elle est depuis géré par l'association culturelle La Bouche d'air, dont la vocation est l'organisation de concerts, principalement de chanson française. Le sous-sol de la salle est occupé par un club de jazz, Le Pannonica.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Basse-Porte (rue) », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 1er juillet 2015).
  2. Nom qui ne doit pas être confondu avec l'actuel rue homonyme, anciennement « ruelle Moquechien ».
  3. Pied 1906, p. 8.
  4. « Les fortifications Mercœur », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 1er juillet 2015).
  5. Pied 1906, p. 1.
  6. Nantes Métropole | Ville de Nantes, « Nantes protège ses platanes contre le chancre coloré », sur metropole.nantes.fr (consulté le 6 août 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]