Cette page est en semi-protection longue.

Rudi Garcia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir García.

Rudi Garcia
Image illustrative de l’article Rudi Garcia
Garcia en poste à l'AS Rome en 2014.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Olympique de Marseille (entraîneur)
Biographie
Nom Rudi José Garcia
Nationalité Drapeau : France Française
Naissance (54 ans)
Lieu Nemours (Seine-et-Marne)
Taille 1,80 m (5 11)
Poste Milieu offensif puis entraîneur
Parcours junior
Saisons Club
1970-1979Drapeau : France AS Corbeil-Essonnes
1979-1982Drapeau : France ES Viry-Châtillon
1982-1983Drapeau : France LOSC Lille
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1983-1988Drapeau : France LOSC Lille 068 0(4)
1988-1991Drapeau : France SM Caen 057 0(1)
1991-1992Drapeau : France FC Martigues 013 0(0)
1983-1992Total138 0(5)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
2001 Drapeau : France AS Saint-Étienne 005v, 04n, 08d
2002-2007 Drapeau : France Dijon FCO 093v, 61n, 60d
2007-2008 Drapeau : France Le Mans UC 018v, 11n, 15d
2008-2013 Drapeau : France LOSC Lille 129v, 67n, 60d
2013-2016 Drapeau : Italie AS Rome 061v, 34n, 23d
2016- Drapeau : France Olympique de Marseille 057v, 25n, 26d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Rudi Garcia, né le à Nemours, est un footballeur français devenu entraîneur. Il est actuellement l'entraîneur de l'Olympique de Marseille.

Il a notamment entraîné le LOSC Lille et l'AS Rome.

Carrière

Carrière de joueur

Rudi Garcia est né le à Nemours. Ses parents le prénomment Rudi en référence à Rudi Altig, célèbre cycliste allemand[1]. Dès son plus jeune âge, Rudi Garcia vit dans le monde du football : son père José, joueur professionnel a joué pour Dunkerque[2]. Devenu entraineur de Corbeil, il y inscrit son fils qui y évoluera jusqu'au niveau Cadet. Corbeil ne possédant pas d'équipe cadets nationaux, Rudi part jouer à Viry-Châtillon. On y décèle déjà des prédispositions de milieu offensif, passeur plus que buteur.

Appelé dans l'équipe première qui évolue en Troisième division dès sa première année junior, il quitte Viry-Châtillon alors que le club accède à la Deuxième division. Le baccalauréat D en poche[3], il signe, à sa majorité, à Lille où il sera deux ans au statut de stagiaire et quatre ans comme joueur professionnel. Il a joué environ 170 matchs au sein du club nordiste dont il portera les couleurs jusqu'en 1988. (il jouera entre autres aux côtés de Jean-Michel Vandamme, Pascal Plancque, Alain Fiard, Jean-Pierre Mottet, Jean-Luc Buisine, occupant tous des responsabilités dans le staff technique de Lille en 2008.)[4]. Il y marque 4 buts à son poste de milieu offensif. Il marque son tout premier but sous les couleurs du LOSC, le vendredi 14 décembre 1984 lors de la 20e journée de championnat. Lille se déplace au Parc des Princes pour affronter le Paris Saint-Germain. Les deux équipes sont au coude à coude et à égalité 2 buts partout. On se dirige vers un match nul. Mais Garcia offre la victoire à ses coéquipiers en marquant le but de la victoire. Buts lillois de Savic, Meudic et Garcia.

À l'issue de ce long contrat lillois, il part pour Caen, promu en D1, entrainé alors par Robert Nouzaret puis par Daniel Jeandupeux. Trois ans plus tard, il a la possibilité de rester à Caen, mais il souhaite se relancer en rejoignant Martigues. Hélas pour lui, des blessures à répétition (gros problèmes de dos, grave blessure au genou) à l'âge de 28 ans l'obligent à mettre un terme précoce à sa carrière professionnelle.

Il vit ensuite une période en retrait des terrains, entre 1992 et 1994. Il s'inscrit à l'université en vue de sa reconversion. Il obtient un DEUG et une licence en STAPS à Orsay, des brevets d’État premier et second degré d’entraîneur de football, son certificat pour diriger un centre de formation de football. Parallèlement, il travaille également pour CanalSatellite en réalisant dans un premier temps des interviews de terrain, puis par la suite en devenant un consultant en cabine.

Carrière d'entraîneur

AS Corbeil-Essonnes (1995-1998)

En 1995, il retourne à Corbeil pour y diriger l'équipe de Division d'honneur à deux mois de la fin de la saison. Suivent un maintien, une saison en milieu de tableau et une place de deuxième qui se termine sur un barrage perdu pour la montée en CFA2. Sa participation au sein du club francilien a d'abord été comme entraîneur-joueur pendant deux ans (de 1994 à 1996), puis entraîneur uniquement entre 1996 et 1998.

AS Saint-Étienne (2001)

Grâce à Gérard Soler et Robert Nouzaret, il rejoint l'AS Saint-Étienne qui évolue alors en deuxième division. Préparateur physique pendant deux saisons, il occupe ensuite d'autres fonctions : l'étude de la stratégie des adversaires ou l'élaboration et le visionnage du jeu des Verts. Petit à petit, son rôle devient celui d'adjoint, qu'il remplit auprès de Robert Nouzaret en , puis de John Toshack à l'automne, avant de prendre la direction de l'équipe première à la trêve () en collaboration avec Jean-Guy Wallemme, lorsque Toshack repart en Espagne. En , le duo est remplacé par Alain Michel alors que Jean-Guy Wallemme quitte le club dans la foulée. L'avenir de Rudi Garcia est alors en suspens, les différentes fonctions que le club forézien souhaite lui confier ne lui conviennent pas. Par suite, il est licencié à la mi-, au plus mauvais moment pour retrouver un club. Il reprend alors son activité de consultant. Parallèlement, il passe son diplôme d'entraîneur professionnel de football, ex-3e degré[5].

Dijon FCO (2002-2007)

Au printemps 2002, il est contacté par le Dijon FCO avec lequel il signe un contrat le . À Dijon, il professionnalise le club et contribue à la montée en Ligue 2 lors de la saison 2003-2004. Le club bourguignon dispute même une demi-finale de Coupe de France à Châteauroux où il est défait 2-0.

Le Mans Union Club 72 (2007-2008)

Le , il devient entraîneur du Mans avec lequel il termine 9e du championnat de France de Ligue 1 et demi-finaliste de la Coupe de la Ligue.

LOSC Lille (2008-2013)

Rudi Garcia, entraîneur du LOSC lors du trophée des champions en 2011.

Le , il rompt son contrat avec Le Mans pour s'engager avec Lille où il succède à Claude Puel[6]. Pour sa première saison son équipe se classe cinquième de Ligue 1.

Le , à la surprise générale, le club le limoge, alors qu'il venait de qualifier l'équipe en Ligue Europa, mais qu'il entretenait de mauvaises relations avec le directeur général Xavier Thuilot[7]. Le , la direction du club revient sur sa décision et se sépare du dirigeant. Le président et actionnaire Michel Seydoux, propose alors à Rudi Garcia de revenir entrainer Lille, ce qu'il accepte[8]. Pour sa deuxième saison sur le banc nordiste, l'entraineur est rejoint par son ancien joueur au Mans, Gervinho. Ce dernier inscrit 18 buts en championnat, et le club se classe quatrième du championnat. Aimé Jacquet déclarera voir en lui l'un des meilleurs espoirs des bancs français[9].

En 2010-2011, il remporte son premier titre majeur en battant le Paris Saint-Germain en finale de la Coupe de France par un score de 1-0. Le , au Parc des Princes, son club réalise un doublé historique en remportant le titre de champion de Ligue 1, après un match nul 2-2 contre ce même PSG. Il est élu meilleur entraineur de la saison lors des Trophées UNFP du football. Il fait aussi partie des dix entraîneurs nommés au titre de meilleur entraîneur mondial de l'année 2011[10].

En 2011-2012, pour sa dernière saison au stadium de Villeneuve-d'Ascq, le club retrouve la Ligue des champions et termine troisième de Ligue 1. Pour sa cinquième et dernière année dans le Nord, Rudi Garcia entre dans la nouvelle enceinte (qui sera ensuite nommée stade Pierre-Mauroy) et participe de nouveau à la Ligue des champions. Après les nombreux départs de joueurs cadres d'année en année, le club perd Eden Hazard cette saison-là et régresse dans la hiérarchie du championnat (sixième). Le technicien décide alors d'arrêter sa collaboration avec le LOSC et de rejoindre la serie A[11].

AS Rome (2013-2016)

Rudi Garcia qui dirige un entraînement avec l'AS Rome en 2014.

Le , Rudi Garcia est nommé entraîneur de l'AS Rome pour une durée de deux ans[12]. Il y retrouve son protégé Gervinho, recruté à Arsenal, avec qui il a remporté le championnat de France en 2011.

Rudi Garcia réussit alors le meilleur début de saison de l'histoire de la Série A en remportant ses dix premiers matchs, mieux que les huit victoires de la Juventus de Giovanni Trapattoni et Michel Platini en 1985-1986[13]. À cette occasion, il bat aussi un record européen détenu alors par le Real Madrid 1968-1969 et Chelsea de 2005-2006, et qui ne sera égalé qu'en 2015-2016 par le Bayern Munich. Le club de la Louve s'installe en tête du championnat qu'il n'a plus remporté depuis 2001. Le match nul concédé sur le terrain du Torino ne lui permet toutefois pas d'égaler Tottenham qui avait remporté ses onze premiers matchs en 1960.

Mais l'AS Rome ne parvient pas à tenir ce rythme et finit par être distancée par la Juventus, qui comptera 17 points d'avance en fin de saison. C'est la première fois depuis 2009-2010 que l'équipe de la Louve atteint la deuxième place.

La saison suivante ressemble à la précédente. En effet, l'AS Rome arrive à rivaliser avec la Juventus jusqu'à la moitié de la saison. Cependant, la Roma ne tient pas le rythme et se retrouve distancée par la Juventus et lutte même pour la 2e place, avec le voisin la Lazio Rome.

Selon La Repubblica, il est sollicité lors de l'été 2015 par le Real Madrid pour remplacer Carlo Ancelotti mais décline la proposition. Le club espagnol se reporte alors sur Rafael Benítez[14].

Il est démis de ses fonctions le 13 janvier 2016 et remplacé par Luciano Spalletti[15].

Le 17 mai 2016, TF1 l'annonce comme commentateur des matchs de l'Euro 2016. Il conserve ce poste de consultant aux côtés de Christian Jeanpierre pour le Mondial 2018.

Olympique de Marseille (2016-)

Le , il devient entraîneur de l'Olympique de Marseille qui vient tout juste d'être racheté par Frank McCourt[16]. Rudi Garcia avait failli rejoindre l'OM à la fin de l'année 2001, année durant laquelle le directeur sportif de l'OM Bernard Tapie cherchait un successeur à Tomislav Ivić sur le banc olympien. C'est finalement Albert Emon qui fut nommé entraîneur[17].

Il débute son parcours avec l'OM par un match nul et vierge lors du « classique » en déplacement au Paris Saint-Germain, mettant un terme à une série de dix défaites consécutives de l'OM face à son rival. Lors du mercato hivernal, le club se renforce avec le retour de Dimitri Payet et les signatures de Morgan Sanson et Patrice Évra. À l'issue de la saison 2016-2017, il termine cinquième avec l'OM et décroche une place en Ligue Europa.

Au début de la saison 2017-2018 le club peine à trouver un remplaçant à Bafétimbi Gomis et recrute Konstantínos Mítroglou lors du dernier jour du mercato. Bien renforcé par le flamboyant Luiz Gustavo, l'OM lutte pour le podium jusqu'à la dernière journée mais termine finalement à la quatrième place du championnat. Au niveau européen, le club réalise un long parcours (dix-huit matchs) avant d'atteindre la finale que son équipe dispute après une qualification contre le Red Bull Salzbourg (3-2 sur l’ensemble des deux matchs, après prolongation). Lors de l'ultime marche, les hommes de Rudi Garcia s'inclinent face à l'Atlético de Madrid emmené par Antoine Griezmann (0-3 à Lyon).

En 2018-2019, le technicien compte trois champions du monde dans son effectif avec Steve Mandanda, Adil Rami et Florian Thauvin. Durant le mercato estival 2018, il permet de faire venir à l'Olympique de Marseille un joueur qu'il avait eu sous ses ordres à l'AS Rome, Kevin Strootman. Le 5 septembre 2018, il participe au 20e Forum des entraîneurs des clubs de l'élite de l'UEFA à Nyon en compagnie de ses homologues étrangers tels que Diego Simeone, José Mourinho, Carlo Ancelotti, Massimiliano Allegri ou encore Rafael Benitez. Ce forum aborde les thèmes relatifs aux aspects technico-tactiques du jeu et à son évolution, à l’harmonisation des périodes de transfert et aux questions d’arbitrage[18].

Le , il prolonge son contrat avec l'Olympique de Marseille jusqu'en 2021[19].

Statistiques

Statistiques de joueur

Statistiques de Rudi Garcia au 2 novembre 2017[20]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Total
Division M B M B M B
1983-1984 Drapeau de la France LOSC Lille Division 1 3 0 - - 3 0
1984-1985 Drapeau de la France LOSC Lille Division 1 11 1 3 0 14 1
1985-1986 Drapeau de la France LOSC Lille Division 1 20 2 3 0 23 2
1986-1987 Drapeau de la France LOSC Lille Division 1 23 1 3 1 26 2
1987-1988 Drapeau de la France LOSC Lille Division 1 14 0 1 0 15 0
Sous-total 71 4 10 1 81 5
1988-1989 Drapeau de la France SM Caen Division 1 14 1 3 1 17 2
1989-1990 Drapeau de la France SM Caen Division 1 28 0 - - 28 0
1990-1991 Drapeau de la France SM Caen Division 1 15 0 - - 15 0
Sous-total 57 1 3 1 60 2
1991-1992 Drapeau de la France FC Martigues Division 2 13 0 - - 13 0
Sous-total 13 0 - - 13 0
Total sur la carrière 141 5 13 2 154 7

Statistiques d’entraîneur

Mis à jour le 4 septembre 2018

Club Début Fin Résultats
M V N D % Victoires
Drapeau : France AS Saint-Étienne 17 5 4 8 29.41
Drapeau : France Dijon FCO 1er juillet 2002 30 juin 2007 214 93 61 60 43,46
Drapeau : France Le Mans UC 72 1er juillet 2007 30 juin 2008 44 18 11 15 40,91
Drapeau : France LOSC Lille 1er juillet 2008 12 juin 2013 256 129 67 60 50,39
Drapeau : Italie AS Rome 12 juin 2013 13 janvier 2016 118 61 34 23 51,69
Drapeau : France Olympique de Marseille 20 octobre 2016 en cours 100 53 24 23 53
Total 749 359 201 189 47.93

Palmarès

En tant qu'entraîneur

Distinctions en tant qu'entraîneur

Il remporte le Trophée UNFP du meilleur entraîneur de Ligue 1 en 2011 et est élu meilleur entraîneur français de l'année par le magazine France Football à trois reprises en 2011, 2013 et 2014. Il est de nouveau nommé aux trophées UNFP des meilleurs entraîneurs de Ligue 1 Conforama pour la saison 2017-2018 qui est remporté par Unai Emery, entraîneur du PSG.

Vie privée

Il est divorcé de Véronique avec qui il a eu trois filles Léna, Carla et Éva[21].

Le 18 septembre 2014 sur Twitter il officialise sa relation amoureuse avec Francesca Brienza, animatrice de AS Roma TV et ex-reine de beauté[22].

Publication

Annexes

Notes et références

  1. Commentaire de Rudi Garcia dans l'émission 100% Foot à la suite du portrait de la « Commission de discipline » par Julien Cazarre
  2. Comment Rudi Garcia hisse le Losc au sommet
  3. Côte-d'or magazine no 73
  4. LOSC.fr
  5. DFCO : Rudi Garcia nouveau patron technique
  6. Rudi Garcia: « Lille, une opportunité à saisir... »
  7. Rudi Garcia, les raisons d’une éviction
  8. Rudi Garcia reste entraîneur de Lille
  9. LIGUE 1 Une nouvelle saison s'ouvre samedi…
  10. http://www.footlille.com/breve-losc-29631-garcia-entraineur-mondial-de-2011-.html
  11. Rudi Garcia quitte le LOSC pour l'AS Roma
  12. http://www.asroma.it/en/news/06/12/2013_rudi_garcia/
  13. Serie A : la Roma dans l’histoire, Footmercato.net, le 27 octobre 2013
  14. « Le Real Madrid aurait préféré Garcia à Benitez », (consulté le 15 décembre 2015).
  15. "Roma, Spalletti è ufficiale. Finisce l’era Garcia", Gazzetta dello Sport, http://www.gazzetta.it/Calcio/Serie-A/Roma/13-01-2016/ora-ufficiale-spalletti-ritorna-roma-finisce-l-era-garcia-140248699963.shtml
  16. « Olympique de Marseille : Rudi Garcia nommé entraîneur », sur rtl.fr,
  17. « Olympique de Marseille : Rudi Garcia nommé entraîneur », sur butfootballclub.fr,
  18. « Échange d’opinions entre les entraîneurs des clubs et l’UEFA », sur fr.uefa.com, (consulté le 22 octobre 2018)
  19. Rudi Garcia prolonge son contrat avec l'OM jusqu'en 2021 (officiel)
  20. « Fiche de Rudi Garcia », sur footballdatabase.eu
  21. https://books.google.fr/books?id=up7bAgAAQBAJ&pg=PT3&lpg=PT3&dq=rudi+garcia+l%C3%A9na+carla+et+eva&source=bl&ots=X3VeD4xtm5&sig=8Z-NCw7eZqeFD8JYMim6oR_alEU&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjQ6-Otg73KAhVG7xQKHXA-B-YQ6AEIRjAK#v=onepage&q=rudi%20garcia%20l%C3%A9na%20carla%20et%20eva&f=false
  22. http://www.purepeople.com/article/rudi-garcia-as-rome-le-coach-francais-a-seduit-francesca-une-bombe-italienne_a147766/1

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :