Royaume de Man et des Îles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Royaume de Man et des Îles
Reeriaght Vannin as ny h-Ellanyn (gv)

Suðreyjar ok Norðreyjar (non)
Kingdom of Mann and the Isles (en)

10791164/1266

Description de cette image, également commentée ci-après

Le royaume de Man et des Îles à la fin du XIe siècle

Informations générales
Statut Monarchie
Histoire et événements
1079 Godred Crovan conquiert l'île de Man
1164 Séparation du Sodor en royaume de Man et royaume des Hébrides
1266 Traité de Perth : annexion des deux royaumes au royaume d'Écosse
Rois
(1er) 1079-1095 Godred Crovan
(Der) 1252-1266 Magnus III de Man

Entités précédentes :

  • Royaume viking de Dublin

Entités suivantes :

Le royaume de Man et des Îles, aussi connu sous le nom de royaume des Îles était un royaume norrois qui exista dans les îles Britanniques entre 1079 et 1266.

Ce royaume se divisait en deux parties : une constituée des îles du sud (les Hébrides et l'île de Man), nommée Sodor (Suðr-eyjar), et une autre des îles du nord (les Orcades et les Shetland), nommée Norðr (Norðr-eyjar). Les souverains portaient le nom latin de Rex Manniae et Insularum (« roi de Man et des Îles »). Ce royaume ne constitue pas une entité ininterrompue au cours de sa période d'existence. Si certains rois sont complètement indépendants, la plupart d'entre eux ont des suzerains en Norvège, en Irlande, en Angleterre, en Écosse et dans les Orcades. Au total, ces îles recouvrent une superficie de 8 300 kilomètres carrés et s'étendent sur cinq cent kilomètres du nord au sud.

L'influence Viking sur ces terres apparaît dès la fin du VIIIe siècle et s'il ne fait aucun doute que la dynastie des Uí Ímair a joué un rôle important à cette époque, les sources à propos des dates et des détails des différents chefs de ce territoire sont confuses jusqu'au milieu du Xe siècle. L'hostilité entre les rois des Îles et les dirigeants de l'Irlande ainsi que l'intervention du royaume de Norvège (soit directement, soit au travers de son vassal qu'est le Comte des Orcades), sont des éléments récurrents de l'histoire de ce royaume.

L'invasion par Magnus III de Norvège, à la fin du XIe siècle, entraîne une brève période où la Norvège exerce un contrôle direct sur le royaume. Toutefois, rapidement, les héritiers de Godred Crovan permettent à celui-ci de redevenir largement indépendant. Finalement, l'intervention de Somerled, qui prend le contrôle du royaume, met fin à cette période puisqu'à sa mort en 1164, le royaume est divisé en deux. Un siècle plus tard, les îles deviennent partie intégrante du royaume d'Écosse, à la suite du traité de Perth de 1166.

Aujourd'hui encore, l'évêque de l'île de Man porte le titre d'« évêque de Sodor et Man ».

Formation[modifier | modifier le code]

Le royaume de Man et des Îles est constitué par le roi celto-norrois Godred Crovan lorsqu'il soustrait l'île de Man au pouvoir des Vikings de Dublin en 1079. Godred échoue lors de ses deux premières tentatives d'invasion de l'île. Ce n'est que lors de sa troisième tentative qu'il remporte une victoire près de Ramsey (bataille de Skyhill). Auparavant, les Îles étaient passées sous puissance scandinave suite aux invasions de Vikings de 700 à 900 environ. Jusqu'à l'arrivée de Godred, celles-ci étaient administrées par les royaumes norrois de Dublin et des Orcades.

Sources[modifier | modifier le code]

La présence de l'abbaye d'Iona, sur l'île d'Iona, permet d'être bien documentée sur les événements de la région entre le milieu du VIe siècle et le milieu du IXe siècle. Toutefois, à partir de 849, au moment où les reliques de Colomba d'Iona sont déplacées du fait des invasions vikings, les sources écrites locales disparaissent pendant trois siècles. Ainsi, les sources à propos des Hébrides et du nord de l'Écosse pour la période allant du VIIIe et XIe siècles sont presque exclusivement irlandaises, anglaises ou noiroises. Le principal texte norois est la Orkneyinga saga, qui doit être étudié avec prudence car il est basé sur des traditions orales couchées sur le papier au début du XIIIe siècle seulement par un moine islandais. Les sources anglaises et irlandaises sont plus contemporaines mais elles tendent à introduire un biais dans le récit historique, en raison du fait que l'archipel des Hébrides deviennent un territoire de langue noiroise durant la période considérée. Les sources archéologiques découvertes dans l'archipel sont assez limitées, notamment au regard de ce qui a été exhumé pour les époques du Néolithique et de l'âge du Fer.

Extension[modifier | modifier le code]

Le royaume de Man et des Îles s'étendait sur les îles du nord de la mer d'Irlande et les terres à l'ouest de la côte occidentale de l'Écosse. Il incluait :

La situation évolua en 1153 avec la mort de deux rois de la région : David Ier d'Écosse et Amhlaibh de l'île de Man. Somerled, maître de l'Argyll et du Kintyre, attaqua trois ans plus tard l'Écosse et l'île de Man dans l'espoir de s'en emparer. Man était alors dominée par Goraidh mac Amhlaibh, le beau-frère de Somerled[1]. Le 6 janvier 1156, Goraidh fut battu par la flotte de Somerled à l'ouest d'Islay. Celui-ci s'empara du royaume mais laissa au vaincu les Hébrides extérieures et Man.

À l'occasion de ce découpage de 1156, les trois fils de Somerled devinrent rois d'une région chacun à la mort de leur père (1164) :

Goraidh (Godfred V de Man) et ses descendants, eux, conservèrent l'île de Man et les Hébrides extérieures jusqu'en 1248.

Deux descendants de Somerled, Jon mac Dungadr (1249-1263) et Duggall mac Ruaidri (1263-1266), furent ensuite rois des Hébrides intérieures qui s'affranchissaient alors définitivement de l'union avec Man, comme vassaux de Håkon IV de Norvège, pendant que Man seule restait aux descendants de Godfred jusqu'en 1266.

Le royaume de Man avait une grande influence dans l'extrême-ouest de l'Écosse et dans certaines zones à l'est de l'Irlande, comme le Furness, le Whithorn, l'Argyll et le Galloway. À un certain moment, le royaume de Man et des Îles est devenu un domaine dépendant des rois de Dublin et des rois de Jorvik.

La fin du royaume de Man et de celui des Hébrides[modifier | modifier le code]

Les deux royaumes furent cédés à l'Écosse à l'occasion du traité de Perth (1266).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Somerled avait épousé Raghnailt, fille du défunt roi de Man, Amhlaibh.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]