Royal Football Club Seraing (17)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
R. FC Seraing
Logo du R. FC Seraing
Généralités
Nom complet Royal Football Club Seraing
Surnoms les « Métallos »
Noms précédents FC Seraing (1905-1924)
R. FC Sérésien (1924-1994)
Fondation durant l'année 1904
Disparition
Couleurs Rouge et Noir
Stade stade du Pairay (1906-1996)
Championnat actuel Disparu

Maillots

Kit left arm.png
Kit body blackhorizontal.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Domicile
Kit left arm.png
Kit body.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Extérieur

Le Royal Football Club Seraing, dénommé Royal Football Club Sérésien jusqu'en 1994, était un club belge de football porteur du matricule 17. En 1996, en sérieuses difficultés financières, il a été absorbé (aucune fusion officielle) par le Standard de Liège, porteur lui du matricule 16.

Le nom de R. FC Sérésien est repris par l'ancien club de Seraing RUL ayant le matricule 23. Le conseil d'administration de ce club est composé essentiellement d'anciens joueurs, dirigeants et supporters du matricule 17.

Le FC Sérésien (17) a débuté ses activités entre 1900 et 1904. Il a participé au Championnat belge de Division 1 dans les années 80 et 90. Il s'y est notamment classé à la 3e place finale au terme de la saison 1993-1994, soit deus ans avant de disparaître !

Repères historiques[modifier | modifier le code]

  • 1900 : Avril 1900, fondation du FOOTBALL CLUB SÉRÉSIEN. Ce cercle disparaît en 1901.

  • 1904 : Dans le courant de l'année 1904 est reconstitué le FOOTBALL CLUB SÉRÉSIEN (1900-1901), sous le nom de FOOTBALL CLUB SERAING, dans le quartier des Biens communaux.
  • 1905 : , affiliation de FOOTBALL CLUB SERAING à UBSSA en qualité de « club débutant ». le , FOOTBALL CLUB SERAING est reconnu « club effectif ».
  • 1906 : durant l'année 1906, FOOTBALL CLUB SERAING s'installe sur un site de la « rue de la Boverie » sur un terrain appartenant à la société de John Cockerill. Il s'agit déjà du site de l'actuel stade du Pairay.
  • 1924 : , FOOTBALL CLUB SERAING change son appellation et devient FOOTBALL CLUB SÉRÉSIEN. À l'occasion de la saison 1924-1925, le FC Sérésien dispute sa première saison en séries nationales, dans ce qui est à l'époque appelé la « Promotion » (2e niveau national).
  • 1926 : , première publication du registre des n° matricule de l'URBSFA dans le journal « La Vie Sportive », organe officiel de la fédération. FOOTBALL CLUB SÉRÉSIEN se voit attribuer le matricule 17.
  • 1927 : Reconnu « Société Royale » vers le , FOOTBALL CLUB SÉRÉSIEN (17) adapte sa dénomination en ROYAL FOOTBALL CLUB SÉRÉSIEN (17) à partir du .
  • 1994 : , ROYAL FOOTBALL CLUB SÉRÉSIEN (17) change sa dénomination en ROYAL FOOTBALL CLUB SERAING (17).
  • 1996 : , en grandes difficultés financières, ROYAL FOOTBALL CLUB SÉRÉSIEN (17) disparaît absorbé par le ROYAL STANDARD DE LIÈGE (16). Le matricule 17 est démissionné le même jour.

Évolution sportive[modifier | modifier le code]

  • 1931 : Redescendu en 1926, au nouvellement créé 3e niveau qui a hérité du nom de « Promotion », le R. FC Sérésien remonte au 2e étage qui s'appelle « Division 1 ». Le matricule 17 y évolue pendant 21 ans. Ne se classant que 14e sur 16 dans sa série du niveau 2, le R. FC Sérésien ne s'y maintient pas et glisse en « D3 ».
  • 1952 : Nouvelle réforme des compétitions avec la création d'un 4e niveau national qui hérite du nom de « Promotion ». Les trois premiers deviennent la « Division 1 », « Division 2 » et « Division 3 ».
  • 1958 : Le R. FC Sérésien accède à la « Division 2 ». Un retour peu glorieux en termes de résultats. 14e en 1959 avec un tout petit point de mieux que le R. FC Renaisien (premier descendant), le matricule 17 finit dernier l'année suivante et retourne en « D3 ».
  • 1965 : Nouvelle accession à la « Division 2 ». Cette fois le séjour dure 4 saisons. Le matricule 17 termine au 4e rang avec cinq unités de retard sur le champion Waregem. Classement identique en 1967 à neuf longueurs de Beveren lequel conquiert un second titre de rang. Dernier en 1969, les « Métallos » retrouvent la la « D3 ».
  • 1970 : Une décennie de galère. Le matricule 17 connaît un recul dans la hiérarchie avec deux descente en « Promotion » en 1973 et en 1978. Heureusement pour le club, les séjours au 4e niveau sont brefs (2 et 1 saison). Excepté les deux titres obtenus au 4e étage, la plus belle saison est l'exercice 1976-1977 durant lequel le club finit troisième en « Division 3 » derrière Hasselt et Namur. Hélas, douze mois plus tard, c'est une nouvelle relégation en « Promotion ».
  • 1979 : Deux titres consécutifs ramènent les « Rouges et Noirs » en « Division 2 » au bout de onze ans d'absence. En 1981, le matricule 17 termine « vice champion », cinq points derrière Tongres, mais loupe son tour final remporté par le KV Mechelen
  • 1981 : Montée en Division 1 ! Champion avec un point de plus que le Beerschot, le R. FC Sérésien devient le 6e club de la Province de Liège à atteindre la plus haute division belge, cinquante-deux ans après le 5e (Montegnée).
  • 1984 : , le R. FC Sérésien est déclaré en faillite. Des mesures transitoires sont prises afin d'alléger l'endettement. Après un maintien assuré avec un 13e rang puis deux cinquièmes places, le ciel s'obscurcit au-dessus du Pairay en raison du manque d'argent.
  • 1987 : Quatorzième puis seizième, le matricule 17 est relégué en « D2 » en compagnie de Berchem.
  • 1988 : « Le ver est dans le fruit ». Le soucis financiers pénalisent les Métallos qui ne font mieux qu'une 12e place.
  • 1990 : Le matricule 17 connaît un joli sursaut lors de la saison 1988-1989 quand il lutte pour le titre. Celui-ci échoit finalement au Ekeren et le tour final à La Gantoise. Un an plus tard, Seraing termine avant-dernier et descendant. Comme trois ans plus tôt, c'est Berchem sport qui l'accompagne à l'étage inférieur.
  • 1991 : La chute en « D3 » est rapidement amortie, notamment par l'arrivée d'un nouveau soutien financier en la personne de l'entrepreneur Gérald Blaton. Le R. FC Sérésien est au coude-à-coude avec le K. VK Tienen. Un « test-match » doit désigner le champion. Au stade André Dumont du K. RC Genk, le matricule 17 s'impose 1-0 et retrouve l'antichambre de l'élite.
  • 1993 : Retour en Division 1. Comme douze ans plus tôt, le Seraing coiffe les lauriers devant le Beerschot. Les « Métallos » se sont donné les moyens de faire aboutir leurs ambitions. Dans l'effectif rouge et noir, on note Lars Olsen, capitaine du Danemark champion d'Europe 1992. Cette même saison, le club atteint les quarts e finale de la Coupe de Belgique.
  • 1994 : L'Europe ! Sous la direction de l'ancien international Georges Heylens, le matricule 17 dispose d'un noyau compétitif, avec notamment un trio brésilien: Edmílson, Isaias et Wamberto. Le club termine sur le podium et se qualifie pour la Coupe de l'UEFA. Les autorités communales, sollicitées pour que le stade du Pairay soit mis en conformité avec les exigences de l'UEFA, demandent en contrepartie que le nom de la localité apparaisse dans celui du club. Celui-ci devient ainsi le R. FC Seraing.
  • 1994 : Dans le cadre de la Coupe de l'UEFA 1994-1995, Seraing est opposé au FK Dynamo Moscou. Battus à domicile (3-4) Menés 0-4, les Sérésiens marquent trois buts lors des 23 dernières minutes., les « Métallos » s'imposent dans la capitale russe (0-1). Ayant marqué d'avantage en déplacement, les Moscovites sont qualifiés.
  • 1996 : L'Histoire du club nonagénaire s'arrête abruptement. Lassé par le football, son milieu particulier et aussi de perdre trop d'argent, le Président Blaton conclut un accord avec le Standard de Liège qui absorbe le matricule 17, dont le matricule est démissionné. En l'espace de quelques semaines, des milliers fans se retrouvent sur le carreau.

Succession[modifier | modifier le code]

Matricule 23[modifier | modifier le code]

Les installations de la rue de la bovferie et du stade du Pairay étant libres de tout occupant, la commune de Seraing accepte l'arrivée d'une autre club de la région. On parle de la Royale Union Liégeoise porteuse du matricule 23 de l'ancien R. FC Bressoux lequel a fusionné avec Le R. Jupille FC quatre ans plus tôt.

Le matricule 23 adopte alors la dénomination de Seraing RUL. Après le délai alors réglementaire de dix ans, ce cercle reprend l'appellation historique de « R. FC Sérésien », alors que sa direction intègre de nombreux anciens sympathisanets et dirigeants de l'ex-matricule 17.

Matricule 167[modifier | modifier le code]

En 2014, l'historique matricule 23 est englouti dans une « fusion douteuse » avec le matricule 94 qui s'appelle alors le FC Charleroi.

L'emploi de l'expression « fusion douteuse » ne sous-entend pas d'éventuelles malversations mais dénonce le caractère ubuesque du montage qui est opéré à cette époque. Pour rester bref, rappelons qu'il concerne quatre clubs R. FC Sérésien (23), FC Charleroi, R. Charleroi-Fleurus et R. Francs Borains (167) , débouche sur le renommage de trois et la disparition du quatrième. Le R. Charleroi-Fleurus et le FC Charleroi « appartiennent » au même Président, Monsieur Roberto Leone qui veut se retirer du football. Dans les difficultés financières, accrues suite à son accession à la « Division 2 », le matricule 197 du R. Francs Borains est vendu à un groupe qui le déménage du Borinage à Seraing (où il devient d'abord Seraing United). Des sympathisants borains souhaitant conserver un club s'accorde avec Monsieur Leone qui leur cède le matricule 5192 (qui reprend l'ancienne appellation de Francs Borains - Le « Royal » revenant par la suite). Concernant le matricule 94 du FC Charleroi, il est fusionné avec le 23 (en délicatesse financière et qui disparaît ). Cette fusion est motivée par le souhaite de conserver un « label élevé » concernant les équipes d'âge. L'année suivante, le matricule 94 est déménagé à La Louvière !

Il est très important de noter que ni le matricule 23 et certainement encore moins le n°167 N'ONT STRICTEMENT RIEN À VOIR avec l'historique R. FC Sérésien (matricule 17) !

Coupe de l'UEFA 1994-1995[modifier | modifier le code]

Pour sa grande découverte des compétitions européennes, le R. FC Seraing est opposé à une équipe qui comme lui s'est classée troisième de son championnat national. On sait depuis que malheureusement cette expérience continentale reste la seule du vénérable matricule 17.

Match aller[modifier | modifier le code]

R. FC Seraing :
Gardien de but 1 Marc Huysmans
2 Serge Kimoni
3 Benjamin Debusschere
4 Rudy Ducoulombier Remplacé après 59 minutes 59e
5 Marc Schaessens
6 Alain De Nil
7 Manu Karagianis
8 Edmílson
9 Wamberto
10 Patrick Teppers Averti après 83 minutes 83e
11 Roger Lukaku
Remplaçants:
16 Axel Lawarée Entré après 59 minutes 59e 
Entraîneur:
Georges Heylens
FK Dynamo Moscou :
Gardien de but 1 Andrey Smetanin
2 Sergey Timofeev
3 Oleg Samatov
4 Sergey Shulgin Carton jaune Carton jauneCarton rouge 89e
5 Aleksandr Smirnov
6 Andrey Chernyshov
7 Denis Klyuev
8 Dmitriy Cherychev
9 Omar Tetradze Remplacé après 76 minutes 76e Averti après 62 minutes 62e
10 Andrey Ivanov
11 Igor Simutenkov Averti après 87 minutes 87e
Remplaçants:
13 Aleksandr Borodkine Entré après 76 minutes 76e 
Entraîneur:
Konstantin Beskov

Pour la manche aller, disputée à domicile, l'entraîneur Heylens prend un risque tactique en laissant de côté le Zaïrois Ngombo pour aligner une défense inédite. C'est Serge Kimoni (qui n'a plus joué en Belgique depuis quatre ans) qui est préféré à celui que la presse sportive belge a élu meilleur Sérésien quelques jours plus tôt à Ekeren en Championnat. Autre modification, Rudi Ducoulombier est désigné comme « libero », poste où il n'a jamais encore été convaincant. Cette option aurait pu s'avérer catastrophique sans une fin de match époustouflante des « Métallos ». En première période, les « Rouges et Noirs » ne débutent pas trop mal mais... prennent l'eau.

Des tirs de loin de Marc Schaessens alertent le gardien russe, puis les Sérésiens se font plus discrets offensivement. On joue depuis 19 minutes quand les Moscovites bénéficient d'un coup franc axial. Simutenko décale légèrement vers la droite pour Smirnov. qui cadre une frappe bourrée d'effet. Le portier Huysmans est surpris par la trajectoire en « S ». Il se couche en tentant de poser les mains sur le ballon mais ne peut l'arrêter (0-1). Six minutes plus tard, le flanc droit de la défense est pris de vitesse quand Samatov lance Klyuev dans son couloir droit. Le centre retombe dans la foulée de Cheryshev qui, en glissade, réussit une belle reprise de près (0-2). On approche du repos quand Benjamin Debusschere se fait piéger. L'arrière central accompagne l'ailier Simutenkov sur l'extérieur gauche par rapport à son but. Le Russe effectue un crochet intérieur et l'arrière étend la jambe. L'arbitre italien n'hésite pas un seconde et accorde un coup de réparation. La pseudo-victime transforme le penalty. « 0-3 » à la mi-temps, le matricule 17 a foiré ses grands débuts européens.

Juste après l'heure de jeu, Dmitriy Cheryshev démarre de la ligne médiane et prend tout la défense de vitesse d'un sprint plein axe, puis se joue de la sortie d'Huysmans pour faire « 0-4 ». Dans la faible assistance (4.000 personnes pour la grande première européenne du club, c'est une déception) plus personne ne voudrait miser un kopeck sur les locaux. Et pourtant ! En l'espace de 23 minutes, Seraing plante trois buts et relancent substantiellement l'intérêt de leur voyage à Moscou.

Trois minutes après le quatrième goal russe, Schaessens délivre un coup franc depuis l'aile droite sérésienne. Le cuir surmonte toute le grand rectangle et retombe dans le petit juste après le second poteau. Wamberto effectue un contrôle et canonne dans le plafond (1-4). Peu après, Schaessens cadre la lucarne sur un autre coup franc, mais le portier Smetanin capte l'essai en plein vol. À l'entrée du dernier quart d'heure, Schaessens est plus en réussite quand il tente un tir axial qui traverse la surface de réparation en bondissant et termine dans le coin (2-4). La fin de partie est proche quand Sergey Shulgin se voit montrer un secon carton jaune pour avoir retenu Edmílson par le maillot sur l'aile gauche sérésienne. Peu après, Teppers joue rapidement un autre coup franc accordé à la droite de la cage russe. Debusschere reçoi le ballon devant le rectangle et s'applique pour centrer en profondeur. Edmílson bondit le plus haut et assène un coup de front gagnant (3-4). [1]

Match retour[modifier | modifier le code]

FK Dynamo Moscou :
Gardien de but 1 Andrey Smetanin
2 Sergey Timofeev Averti après 77 minutes 77e
3 Oleg Samatov
4 Sergey Nekrasov
5 Aleksandr Smirnov Remplacé après 38 minutes 38e
6 Andrey Chernyshov
7 Denis Klyuev
8 Dmitriy Cherychev Averti après 64 minutes 64e
9 Erik Yakhimovich
10 Andrey Ivanov
11 Igor Simutenkov
Remplaçants:
13 Aleksey Koutsenko Entré après 38 minutes 38e 
Entraîneur:
Konstantin Beskov
R. FC Seraing :
Gardien de but 1 Harald Heinen
2 Danny Ngombo
3 Benjamin Debusschere
4 Rudy Ducoulombier
5 Marc Schaessens Averti après 43 minutes 43e
6 Alain De Nil
7 Manu Karagianis Averti après 71 minutes 71e
8 Edmílson Remplacé après 46 minutes 46e
9 Axel Lawarée Remplacé après 61 minutes 61e Averti après 40 minutes 40e
10 Patrick Teppers
11 Roger Lukaku
Remplaçants:
14 Jean-Marie Houben Entré après 46 minutes 46e 
16 Christophe Vandenbergh Entré après 61 minutes 61e 
Entraîneur:
Georges Heylens

Pour connaître le plaisir du succès dans le domaine sportif, la nécessité d'une réussite minimum est incontournable. Pour ce déplacement dans la capitale russe, le R. FC Seraing, qui s'est notablement compliqué la tâche en concédant quatre buts à domicile, manque singulièrement de chance. L'obligation de gagner par deux goals d'écart se retrouve sérieusement mise à mal par divers coups du sort. Alignant cette fois Ngombo, le coach Heylens positionne ses garçons en « 4-3-3 » sans Wamberto.

Les Moscovites n'ont plus l'aisance du match aller. Principalement parce que les Liégeois ne commettent plus la même erreur de se ruer à l'offensive sans penser à la couverture. Le gardien allemand Heinen, préféré à Huysmans, met quelques minutes avant d'être en plein confiance puis se montre brillant sur le premier envoi dangereux de la partie : un tir de loin de Smirnov. Blessé celui-ci doit quitter ses équipiers vers la 38e minute. Huit minutes plus tôt, le Dynamo l'a échappé belle quand un superbe essai du jeune Lawarée à percuter le montant d'un Smetanin impuissant. Pendant le repos, le coach sérésien doit remplacer Edmílson blessé par Houben. À l'analyse finale, le nouveau venu n'est pas aussi performant. Mais rappelons à sa décharge, qu'à déjà 32 ans le joueur n'a plus le même tonus que celui qu'il affiche sous les vareuses du Club Liégeois ou d'Anderlecht.

Comble de malchance, à l'heure de jeu, Seraing perd un deuxième attaquant sur les trois alignés. Axel Lawarée est suppléé par le tout jeune Christophe Vandenberg (20 ans et 18 jours). Peu avant de devoir quitter la pelouse, Lawarée a réussi un magnifique retourné, miraculeusemenbt détourné par un gardien Smetanin en grande forme. Le matricule 17 est mlême carrément maudit quand un tir de Lukaku frappe le montant. Quand bien servi par un centre d'Alain De Nil, Marc Schaessens arme un envoi victorieux, la moitié du chemin est faite... mais il ne reste que quatre minutes au chronomètre de l'arbitre danois. S'offrant une victoire en déplacement, le R. FC Seraing sort la tête haute de sa première, et malheureusement seule, expérience continentale.

De père en fils...[modifier | modifier le code]

Deux joueurs qui s'affrontent dans ce trente-deuxième de finale aller/retour de la Coupe de l'UEFA ont des fils qui par la suite deviennent aussi joueurs de football professionnels. Des fils qui s'affrontent pendant de la phase finale de l'Euro 2020. Le Sérésien Roger Lukaku et le Moscovite Dmitriy Cheryshev sont déjà le papa, respectivement, de Romelu (1 an) et de Denis (4 ans).

Frise chronologique[modifier | modifier le code]

Chronologie
  1904 à 1931 Création et développement du club
  1931 à 1951 Intégration à la Division 1B en 1931 (second niveau). Maintien à ce niveau (1B ou 1A)
  1952 à 1958 Création de la Division 3 en 1952. Le RFC Serésien y est versé.
  59 et 60 D2
  61 à 65 D3
  66 à 69 D2
  70 à 73 D3
  74 et 75 Promotion
  76 à 78 D3
  79 Promotion
  80 D3
  81 et 82 D2
  83 à 87 D1
  88 et 89 D2
  90 et 91 D3
  92 et 93 D2
  93 à 96 D1 Absorption et disparition du matricule en 1996

Résultats dans les divisions nationales[modifier | modifier le code]

Statistiques clôturées, club disparu

Palmarès[modifier | modifier le code]

Bilan[modifier | modifier le code]

Saisons jouées en nationales
Niv Divisions Jouées Titres TM Up TM Down
I 1re nationale 8 0
II 2e nationale 33 2 3
III 3e nationale 25 4
IV 4e nationale 3 2
V 5e nationale 0 0
 
  TOTAUX 69 8 3 0
  • TM Up= test-match pour départager des égalités, ou toutes formes de Barrages ou de Tour final pour une montée éventuelle.
  • TM Down= test-match pour départager des égalités, ou toutes formes de Barrages ou de Tour final pour le maintien.

Classements saison par saison[modifier | modifier le code]

Ordre Saison Nom du club Niveau Classement final Remarques
1 1924-25 FC sérésien Promotion (D2) série A 8e/14
2 1925-26 FC sérésien Promotion (D2) série A 11e/14 Relégué![saisons 1]
3 1926-27 FC sérésien Promotion (D3) série C 9e/14
4 1927-28 R. FC sérésien Promotion (D3) série B 9e/14
5 1928-29 R. FC sérésien Promotion (D3) série C 9e/14
6 1929-30 R. FC sérésien Promotion (D3) série B 6e/14
7 1930-31 R. FC sérésien Promotion (D3) série C 2e/14 Relégué![saisons 2]
8 1931-32 R. FC sérésien Division 1 (D2) série B 5e/14
9 1932-33 R. FC sérésien Division 1 (D2) série B 4e/14
10 1933-34 R. FC sérésien Division 1 (D2) série B 7e/14
11 1934-35 R. FC sérésien Division 1 (D2) série B 6e/14
12 1935-36 R. FC sérésien Division 1 (D2) série A 10e/14
13 1936-37 R. FC sérésien Division 1 (D2) série A 11e/14
14 1937-38 R. FC sérésien Division 1 (D2) série A 8e/14
15 1938-39 R. FC sérésien Division 1 (D2) série B 12e/14
Compétitions interrompues
16 1941-42 R. FC sérésien Division 1 (D2) série A 14e/14 [saisons 3]
17 1942-43 R. FC sérésien Division 1 (D2) série A 14e/16
18 1943-44 R. FC sérésien Division 1 (D2) série B 7e/15
Compétitions interrompues
19 1945-46 R. FC sérésien Division 1 (D2) série B 15e/18
20 1946-47 R. FC sérésien Division 1 (D2) série A 8e/17
21 1947-48 R. FC sérésien Division 1 (D2) série B 10e/16
22 1948-49 R. FC sérésien Division 1 (D2) série A 7e/16
23 1949-50 R. FC sérésien Division 1 (D2) série B 9e/16
24 1950-51 R. FC sérésien Division 1 (D2) série A 14e/16
25 1951-52 R. FC sérésien Division 1 (D2) série B 14e/16 Relégué![saisons 4]
26 1952-53 R. FC sérésien Division 3 série A 5e/16
27 1953-54 R. FC sérésien Division 3 série B 4e/16
28 1954-55 R. FC sérésien Division 3 série A 4e/16
29 1955-56 R. FC sérésien Division 3 série B 11e/16
30 1956-57 R. FC sérésien Division 3 série A 6e/16
31 1957-58 R. FC sérésien Division 3 série B 1er/16 Champion et promu!
32 1958-59 R. FC sérésien Division 2 14e/16
33 1959-60 R. FC sérésien Division 2 16e/16 Relégué!
34 1960-61 R. FC sérésien Division 3 série B 8e/16
35 1961-62 R. FC sérésien Division 3 série B 2e/16
36 1962-63 R. FC sérésien Division 3 série B 6e/16
37 1963-64 R. FC sérésien Division 3 série A 2e/16
38 1964-65 R. FC sérésien Division 3 série B 1er/16 Champion et promu!
39 1965-66 R. FC sérésien Division 2 5e/16
40 1966-67 R. FC sérésien Division 2 5e/16
41 1967-68 R. FC sérésien Division 2 12e/16
42 1968-69 R. FC sérésien Division 2 16e/16 Relégué!
43 1969-70 R. FC sérésien Division 3 série B 3e/16
44 1970-71 R. FC sérésien Division 3 série A 13e/16
45 1971-72 R. FC sérésien Division 3 série B 10e/16
46 1972-73 R. FC sérésien Division 3 série A 15e/16 Relégué!
47 1973-74 R. FC sérésien Promotion série B 4e/16
48 1974-75 R. FC sérésien Promotion série C 1er/16 Champion et promu!
49 1975-76 R. FC sérésien Division 3 série B 6e/16
50 1976-77 R. FC sérésien Division 3 série B 3e/16
51 1977-78 R. FC sérésien Division 3 série B 15e/16 Relégué!
52 1978-79 R. FC sérésien Promotion série A 1er/16 Champion et promu!
53 1979-80 R. FC sérésien Division 3 série B 1er/16 Champion et promu!
54 1980-81 R. FC sérésien Division 2 2e/16 Tour final![saisons 5]
55 1981-82 R. FC sérésien Division 2 1er/16 Champion et promu!
56 1982-83 R. FC sérésien Division 1 13e/18
57 1983-84 R. FC sérésien Division 1 5e/18
58 1984-85 R. FC sérésien Division 1 14e/18
59 1985-86 R. FC sérésien Division 1 16e/18
60 1986-87 R. FC sérésien Division 1 17e/18 Relégué!
61 1987-88 R. FC sérésien Division 2 12e/16
62 1988-89 R. FC sérésien Division 2 2e/16 Tour final![saisons 6]
63 1989-90 R. FC sérésien Division 2 15e/16 Relégué!
64 1990-91 R. FC sérésien Division 3 série B 1er/16 Champion et promu!
65 1991-92 R. FC sérésien Division 2 3e/16 Tour final![saisons 7]
66 1992-93 R. FC sérésien Division 2 1er/16 Champion et promu!
67 1993-94 R. FC sérésien Division 1 3e/18 [saisons 8]
68 1994-95 R. FC sérésien Division 1 9e/18
69 1995-96 R. FC sérésien Division 1 16e/18
X 1996 Fusion avec le Standard de Liège, le matricule 17 disparaît.
1996-97 Seraing RUL (23) 1ere Provinciale
1997-98 Seraing RUL (23) 1ere Provinciale
1998-99 Seraing RUL (23) Promotion D 11/16
1999-00 Seraing RUL (23) Promotion D 9/16
2000-01 Seraing RUL (23) Promotion D 4/16 Tour Final
2001-02 Seraing RUL (23) Promotion D 4/16 Tour Final
2002-03 Seraing RUL (23) Promotion D 2/16 Promu via Tour Final
2003-04 Seraing RUL (23) Division 3 B 13/16
2004-05 Seraing RUL (23) Division 3 B 16/16 Relégation
2005-06 Seraing RUL (23) Promotion D 1/16 Champion et promu
2006-07 RFC Seraing (23) Division 3 B 8/16
2007-08 RFC Seraing (23) Division 3 B 11/16
2008-09 RFC Seraing (23) Division 3 B 15/16 Relégation
2009-10 RFC Seraing (23) Promotion D 4/16 Tour Final
2010-11 RFC Seraing (23) Promotion D 4/16
2011-12 RFC Seraing (23) Promotion D 15/16 Relégation
RFC Seraing (23) Séries provinciales
2014-15 Seraing United (167) Division 2 4/18
2015-16 RFC Seraing (167) Division 2 11/18
2016-17 RFC Seraing (167) Division 1 Amateur 7/16
2017-18 RFC Seraing (167) Division 1 Amateur 5/16
2018-19 RFC Seraing (167) Division 1 Amateur 7/16
2019-20 RFC Seraing (167) Division 1 Amateur 3/16 Promu
2020-21 RFC Seraing (167) D1B 2/8 Promu via test match


Anciens joueurs[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Notes sur les classements saison par saison[modifier | modifier le code]

  1. Le club est relégué vers le nouveau troisième niveau national, qui hérite du nom de Promotion.
  2. Le club termine à cinq points du champion, le RC Tirlemont mais est néanmoins promu grâce à l'ajout d'une seconde série de Division 1.
  3. La fédération belge décide qu'il n'y aura aucun relégué au terme de la saison, ce qui permet au club de se maintenir au deuxième niveau national.
  4. Le club est relégué à la suite de la réforme des séries nationales menant à la création d'un quatrième niveau.
  5. Le club termine à cinq points du champion, le KSK Tongres. Il participe ensuite au tour final pour la montée en Division 1 dont il termine dernier avec trois points.
  6. Le club termine à trois points du champion, le KFC Germinal Ekeren. Il participe ensuite au tour final pour la montée en Division 1 dont il termine deuxième avec six points.
  7. Le club participe au tour final pour la montée en Division 1 dont il termine troisième avec cinq points.
  8. Le club se qualifie pour la prochaine édition de la Coupe UEFA.

Références[modifier | modifier le code]

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]