Royal Court Theatre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Royal Court Theatre
Royalcourttheatre.jpg
Présentation
Type
Fondation
Architectes
Bertie Crewe (en), Walter Emden (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Ouverture
Patrimonialité
Monument classé de Grade II (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Localisation
Pays
Division administrative
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte du Royaume-Uni
voir sur la carte du Royaume-Uni
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Angleterre
voir sur la carte d’Angleterre
Red pog.svg
Localisation sur la carte du centre de Londres
voir sur la carte du centre de Londres
Red pog.svg

Le Royal Court Theatre est un théâtre sans but lucratif londonien (Royaume-Uni), dans le quartier de Chelsea.

Au début du XXe siècle, il abrita la révolution du new drama avant d'abriter celle des années 1950.

Prix Europe pour le théâtre - Premio Europa per il Teatro[modifier | modifier le code]

En 1999, le Royal Court Theatre a reçu le Vème Prix Europe Réalités Théâtrales[1], décerné à Sarah Kane, Mark Ravenhill, Jez Butterworth, Conor McPherson, Martin McDonagh, avec cette motivation :

A quoi le théâtre britannique moderne doit-il sa réputation? A ses acteurs? Certainement. A ses metteurs en scène? Eventuellement. Mais le symbole majeur de la vitalité du théâtre britannique, ce sont ses auteurs. Or, le Royal Court Theatre, lauréat du Prix Europe Réalités Théâtrales, s'est fait plus que tout autre le promoteur de la nouvelle écriture. Depuis 1956, il a créé les travaux de bon nombre des auteurs britanniques les plus connus: Osborne, Wesker, Pinter, Bond, Barker, Brenton, Hare et Churchill. Cependant, le Prix ne récompense pas le palmarès historique du Royal Court, mais bien sa défense, au cors des dernières années, d'une nouvelle génération d'écrivains qui nous interrogent, et souvent, nous troublent profondément, et dont les œuvres ont circulé dans toute l'Europe: entre autres Sarah Kane (Blasted et Cleansed), Mark Ravenhill (Shopping and Fucking) et Jez Butterworth (Mojo), qui expriment visuellement leur horreur face à la vacuité morale et au matérialisme brut du monde dont ils ont hérité. Leurs pièces sont chargées d'images de violence, mais derrière la violence, on perçoit leur colére et leur confusion à l'idée d'exister dans une société postmarxiste, postchrétienne, postutopique. Ayant dû quitter son siège permanent au Sloane Square de Londres en 1996 pour cause de travaux de restauration, le Royal Court a pursuivi ses activités dans deux théâtres du West End, sans rien perdre pour autant se son goût du risque et de son dynamisme. Dirigé d'abord par Stephen Daldry, puis à présent par Ian Rickson, il a mis en scène des coproductions en collaboration avec des compagnies telles que Out of Joint et le Théâtre de Complicité (dont une sensationnelle reprise des Chaises de Ionesco). Il a présenté le pièces remarquables de jeunes Irlandais comme Conor McPherson et Martin McDonagh. Il a également lancé un programme international d'échanges avec d'autre théâtres du monde entier. Et surtout, il a donné la parole à une nouvelle génération de jeunes écrivains dont la colère moraliste, le désespoir urbain et la désillusion politique se sont répercutés dans l'Europe entière[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bergan, Ronald (1992).The Great Theatres of London: An Illustrated Companion. London: Trafalgar Square Publishing. (ISBN 1-85375-057-3)
  • MacCarthy, Desmond (1907).The Court Theatre 1904-1907 A Commentary and Criticism. London: A. H. Bullen
  • Roberts, Philip (1999). The Royal Court Theatre and the modern stage. Cambridge, UK ; Cambridge University Press. (ISBN 0-521-47962-2)

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « VII Edizione », sur Premio Europa per il Teatro (consulté le )
  2. « Prix Europe pour le Théâtre - VIIème Edition - Motivations », sur archivio.premioeuropa.org (consulté le )