Royal Cercle sportif Visé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Royal Cercle Sportif Visé)
Aller à : navigation, rechercher
R. CS Visé
Logo du R. CS Visé
Généralités
Nom complet Royal Cercle sportif Visé
Surnoms les Oies
Fondation 1924
Disparition
Couleurs Bleu et blanc
Stade Stade de la Cité de l'Oie
(5 226 places)
Siège Rue de Mons, 15
4600 Visé
Championnat actuel disparu
Palmarès principal
National[1] Championnat de Belgique de D3 (1)
Championnat de Belgique de D4 (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Dernière mise à jour : 25 mai 2017.

Le Royal Cercle sportif Visé était un club de football belge basé à Visé. Il portait le matricule 369. Ce cercle a évolué durant 39 saisons dans les séries nationales, dont 10 en Division 2.

En proie à des difficultés financières croissantes, le club cesse ses activités à la fin de la saison 2014-2015.

Le Club[modifier | modifier le code]

  • 1924 : fondation de CERCLE SPORTIF VISETOIS en 1923 ou 1924. (Le , le Secrétaire Jules DAVAIN écrivait: "(...) sous la dénomination "Cercle Sportif Visétois", nous avons décidé de reconstituer le club local d'avant-guerre" - note foot 100 asbl : il s'agit de FOOTBALL CLUB LE PERRON VISETOIS, fondé le , affilié le à l'Union Belge des Sociétés de Sports Athlétiques (UBSSA - future URBSFA) et radié des listes le .
  • 1925 : 04/06/1925, CERCLE SPORTIF VISETOIS s'affilia à l'URBSFA.
  • 1926 : décembre 1926, le club se voit attribuer le matricule 369.
  • 1933 : 06/06/1933, CERCLE SPORTIF VISETOIS obtient le titre de "Société Royale". Il change de dénomination en ROYAL CERCLE SPORTIF VISETOIS (369) le 20/06/1933 (note foot 100 asbl: Le club, malgré son inactivité de 1912 à 1924 et l'exigence en 1933 d'une activité ininterrompue pendant au moins vingt-cinq ans pour être gratifié du titre de Société Royale, obtint cet honneur en fonction de la date de fondation (1908) de la première version du club; cependant, dans les années septante, le club considérait 1924 comme année de sa création).
  • 2004 : 01/07/2004, ROYAL CERCLE SPORTIF VISETOIS (369) change son appellation en CERCLE SPORTIF VISE (Société Royale) (369) (note foot 100 asbl: cependant la dénomination non officielle "Royal Cercle Sportif Visé" est régulièrement utilisée même par le club lui-même).
  • 2010 : CERCLE SPORTIF VISE (Société Royale) (369) est de retour en Division 2.
  • 2015 : 01/07/2015, en faillite, le CERCLE SPORTIF VISE (Société Royale) (369) est radié.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le club porteur du matricule 369 reste anonymement dans les séries régionales et provinciales jusqu'en 1948 quand il atteint la Promotion (à l'époque D3). Il y évolue deux saisons. Classé 11e en 1949, il termine bon dernier et est relégué l'année suivante.

Le R. CS Visétois met près d'un quart de siècle pour reparaitre en "Nationale". En 1964, il retrouve la Promotion devenue le 4e niveau de la hiérarchie belge, en 1952. L'expérience dure de nouveau deux saisons, puis le cercle retrouve la P1 liégeoise.

Passages ponctuels[modifier | modifier le code]

Durant les trois décennies qui suivent les Oies effectuent différents passages en Promotion. Evoluant au 4e niveau pendant quatre saisons de 1971 à 1975, puis durant huit championnats de 1980 à 1989, le cercle obtient son meilleur résultat final en 1973 avec une 4e place finale. Il égale cette performance en 1982.

En dehors de ces deux "pics", le R. CS Visétois est le plus souvent dans le "ventre mou" du classement. En 1992-1993, le club de la Basse-Meuse revient en Promotion, mais l'expérience tourne court avec une avant-dernière place finale, à 8 points du premier sauvé.

L'essor[modifier | modifier le code]

alternative textuelle
Guy Thiry Président du R. CS Visétois de 1993 à 2013.

Après son dernier passage en Promotion, le matricule 369 voit arriver à sa tête Monsieur Guy Thiry. Cet Homme d'Affaires, administrateur-délégué de plusieurs sociétés et mandataire politique (MR), va "boosté" le vieux club de la Cité de l'Oie.

En 1994, Visé remporte un nouveau titre et remonte en Promotion. Après une saison calme, terminée au 8e rang, le club est sacré champion en Promotion, dans une série composée de cercles anversois et limbourgeois, après un long coude-à-coude avec Herk Sport mais en renvoyant le troisième classé, Wellen, à dix points.

Au bout de 46 ans, le R. CS Visétois retrouve le 3e niveau. La saison des retrouvailles est celle de l'apprentissage. Le cercle assure son maintien avec un 12e place finale, 6 points devant le Stade Louvain, barragiste.

En fin d'exercice 1997-1998, Visé est vice champion, deux unités derrière Herentals. Le cercle réalise un tour final brillant, avec un tirage au sort "sympa" qui lui offre deux rencontres à domicile. Dans leur stade de la Cité de l'Oie, les Bleu et Blanc battent Tongres (1-0), puis écartent Mons (2-1). La finale, contre Ingelmunster, est jouée au stade Oscar Van Kesbeeck du Racing de Malines[2]. Visé ouvre rapidement le score, mais se fait rejoindre peu avant le repos. La seconde période est un "thriller" haletant. Le but décisif (2-1) tombe à la 89e minute, des œuvres de Christophe Philippens, fils de Jean-Pierre, l'entraîneur de l'époque[3].

L'antichambre de l'élite[modifier | modifier le code]

Le R. CS Visétois réussit sa découverte de l'antichambre de l'élite avec un place en milieu de classement en 1999. Hélas pour le club, la suite est moins amusante. La saison 1999-2000 est un long calvaire, ponctué d'une avant-dernière place, 16 points derrière le KV Kortrijk, barragiste. Visé retourne en D3.

En 2001, Visé ne termine qu'à la 4e place de sa série, à bonne distance de l'Excelsior Virton champion. Mais les "Oies" se qualifient pour le tour final car ayant remporté la "première période de 10 matchs". Désormais le TF de D3 se joue en matchs aller/retour. Au premier tour, Visé bat deux fois le Walhain (2-4 et 1-0). En demi-finale aller, le club bleu et blanc" subit la loi de Zultse VV (2-0), mais inverse superbement la tendance au retour (5-1). Avant même que soit jouée la finale, Visé est assuré de remonter en D2. En effet, l'autre finaliste est le KV Kortrijk qui a éliminé le Lyra et Deinze. Or le matricule 19 est sous le coup d'une relégation administrative (descente d'une division) eut égard à sa situation financière (faillite). La partie est disputée en une manche. Les Flandriens doivent remporter la match afin de gagner le droit de monter et ainsi effacer la relégation qui les attend. En cas de victoire de Visé, Courtrai est renvoyé en Promotion. Victorieux (2-1), les Rouge et Blanc assurent leur maintien.

Le retour en Division 2 est initialement positif pour le R. CS Visétois qui se classe 8e et même 6e en 2003. Après une troisième saison moyenne (10e), l'exercice 2004-2005 est pénible. Visé traîne en fond de classement et échoue à la place de "barragiste", deux points derrière l'Union St-Gilloise et Dessel Sport. Les Bleus doivent s'employer pour écarter Sprimont Comblain. Après un partage (2-2) en déplacement, un court succès (2-1) au stade de la Cité de l'Oie permet d'atteindre la finale contre Oud-Heverlee Leuven. Celle-ci est jouée au Stedelijkestadion d'Hasselt. Dans les jours précédents, le matricule 369 a tenté d'obtenir une autre localisation mais sans succès. La partie est intense. Les "Oies" ouvrent le score par Christian Landu-Tubi mais "OHL" égalise dans la minute suivante. Dans le dernier quart d'heure, Bjorn Ruytinx met les Louvanistes aux commandes. Le futur Diable Rouge Guillaume Gillet retablit la parité trois minutes plus tard. Dans la prolongation, c'est un Liégeois qui crucifie Visé. François Sterchele signe un doublé qui envoie OHL en D2 et condamne Visé à la D3.

Pour son retour au 3e étage, le CS Visétois loupe l'accès au tour final, en se classant 5e, 1 point derrière l'Olympic de Charleroi. La saison suivante est plus terne avec un modeste 9e rang.

En 2007-2008, Visé termine une nouvelle fois cinquième mais est placé pour le tour final. Le matricule 369 a remporté la 3e période qui ne compte que 8 matchs. Ce championnat est joué à 15 en conséquence du pénible feuilleton "Geel-Namur" qui a défrayé la chronique durant l'intersaison. Les deux clubs concernés ont été placés en D2 par l'URBSFA, pressée par des décisions de tribunaux civils, et aucun remplaçant n'a été désigné en D3. Au premier tour, Visé et le K. RC Mechelen ne se départagent pas (2 fois 0-0). Visé se qualifie aux tirs au but 5-6. En demi-finale, les "Oies" prennent deux fois la mesure de l'Eendracht Alost (1-3 et 2-1). La finale oppose le club de la Basse-Meuse à... l'UR Namur. En 210 minutes de jeu, aucun but n'est inscrit. Les Merles assurent leur maintien dans l'antichambre de l'élite suite à une séance de tirs au but 5-6.

Excès d'ambitions ?[modifier | modifier le code]

L'échec de 2008 ne décourage pas les dirigeants visétois qui continuent à lorgner vers la Division 2. Lors de la saison 2008-2009, les "Oies" terminent vice-champion derrière Turnhout et doivent se rabattre sur le tour final. Mais le football belge connait une période de mutation. Sous l'impulsion de la Pro League, la D1 belge est réduite de 18 à 16 clubs, avec évidemment des conséquences dans les séries inférieures. Si la Ligue de D3 décide de limiter le nombre de descendants vers la Promotion et choisi de passer de 30 à 36 clubs. La Ligue Nationale (D2) ne suit pas cette exemple et tranche dans le vif. Dans le courant de cette saison 2008-2009, le règlement est changé en fin de parcours: trois clubs au lieu d'un seul sont barragistes. Sportivement sauvés, Virton et l'Olympic sont pénalisés par cette modification. Ce sont justement les Dogues qui éliminent Visé dès la première phase d'un tour final adapté aux changements évoqués. Les "Oies" pensent avoir fait le plus dur en s'imposant (1-3) au stade de La Neuville, mais les Carolos inversent la situation au retour (2-4).

Lors du championnat 2009-2010, le CS Visé est sacré champion avec neuf points d'avance sur...l'Olympic qui n'est pas parvenu à se maintenir la saison précédente.

Le matricule 369 retrouve la Division 2. Sportivement, l'exercice 2010-2011 est excellent. Le club obtient le plus haut classement hiérarchique de son Histoire: une 5e place dans l'antichambre de l'élite. Mais dans les coulisses se trame une mauvaise saga. En fin d'année 2011, Visé annonce sa reprise par le groupe Bakrie[4], originaire d'Indonésie. Des objectifs élevés sont cités pour les prochaines années. La montée en division 1 est clairement envisagée et Robert Waseige, ancien entraîneur de l'équipe nationale belge, déclare que Visé peut rapidement se faire une place parmi l'élite [5]. Cette arrivée du groupe indonésien a également été marquée par un renouvellement important dans le vestiaire. Ainsi les nouveaux patrons amènent onze joueurs étrangers, dont sept Italiens, et quatre Indonésiens provenant d’Indonesia Futból SAD, une équipe indonésienne jouant en U17 et U19 dans leschampionnats uruguayens. Un nouveau staff d'entraineurs est mis en place.

Indonésiens, Anglais, mais pas (plus) d'argent[modifier | modifier le code]

Mais les grandes promesses et les grands espoirs font long feu. Les résultats sportifs ne suivent pas la courbe ascendante escomptée. En 2012, le CS Visé termine 9e. En interne, l'ambiance se détériore. L'argent n'arrive pas en masse comme pensé. Le passif du club est effacé, mais partie sportive est défaillante. La saison 2012-2013 est médiocre. Visé est empêtré dans la lutte pour le maintien. Il termine au 15e rang, avec seulement trois points de mieux que le trio qui ferme la marche et dont seul le dernier, St-Niklaas, est relégué en raison de la disparition du Beerschot ex-Germinal. A la fin de cette même saison, l'homme qui a fait grandir le CS Visé, Guy Thiry, devenu actionnaire majoriotaire, s'en va.

L'expérience indonésienne tourne totalement au fiasco lors du championnat 2013-2014. Irrémédiablement largué au classement, le CS Visé termine dernier avec 15 unités de retard sur Hoogstraten qui est "barragiste", en raison du refus de licence que subit le "FC Brussels" (qui est ensuite déclaré en faillite et arrête ses activités).

Renvoyé en Division 3, le CS Visé est repris par un « groupe anglais » qui place l'ancien international anglais Terry Fenwick à la tête du club[6] & [7].

Mais les espoirs de retour vers le football professionnel restent minces car les soucis financiers un temps oubliés ont refaits surface. La saison 2014-2015 est à nouveau pénible. Le club est mêlé à la lutte pour le maintien. Après un début d'exercice correct, tombe la nouvelle redoutée le , le Tribunal de Commerce de Liège prononce la faillite de la société anonyme gérant le club[8] ! Alors que plusieurs éléments s'en vont, le club s'enfonce lors de la deuxième période. La troisième est un peu meilleure mais permet juste d'éviter la relégation directe. Visé est barragiste.

Dans les coulisses l'espoir est mince. La trou financier est redevenu tel que peu croient à l'arrivée d'un repreneur miracle. Guy Thiry, l'ancien président, propose ses services "pour trouver une solution"[9]. Comme souvent l'heure est à la lutte d'égos et aux règlements de compte politiques. La "piste Thiry" est délaissée (sabordée ?) par certains. Il faut trouver entre 700 et 800.000 euro pour sauver le club ! La mission semble impossible, mais en attendant, le CS Visé participe aux barrages. Il entretient l'espoir en franchissant le premier tour qu'il lui est demandé de jouer: victoire (0-2) au K. SC City Pirates. Mais en finale, Hamoir met fin au rêve de maintien sportif (0-1). Les "Oies" boivent lme calice jusqu'à la lie. Ils perdent aussi le repêchage (1-1, tirs au but 4-3) à l'Entente Sportive Acrenoise qui...est repêchée suite à la disparition de l'AEC Mons.

Pour les sympathisants du R. CS Visétois reste...l'attente. Mais aucun miracle ne se produit. Le , un des curateurs, Maitre Laurent Stas de Richelle écrit à l'URBSFA pour lui signifier qu'aucune solution fiable n'est trouvée et qu'il est contraint d'arrêter les activités de l'équipe "A" [10].

Mis en faillite, le matricule 369 est radié des listes de l'URBSFA le .

Richelle - URSL[modifier | modifier le code]

La disparition du CS Visé (et celle du CS Verviétois) profite entre-autres au FC United Richelle (matricule 9487) qui est repêché en P1 liégeoise et monte en Promotion. "United Richelle" est un club de l'entité de...Visé !

Dans le même temps, l'ancien président du CS Visé, Guy Thiry s'est rapproché de l'URS Lixhe-Lanaye (matricule 1352) qui vient de réussir deux montées et est en P2 Liégeoise. Ce club continue son ascension et, via le Tour final interprovincial 2017, accède à la Division 3 Amateur, sous la dénomination de URSL Visé.

A partir de la saison 2015-2016, "Richelle" et "URS Lixhe-Lanaye" (désormais URSL Visé) se partagent le stade de la Cité de l'Oie du désormais ex-CS Visé.

Résultats dans les divisions nationales[modifier | modifier le code]

Statistiques clôturées - Clubs disparu

Palmarès[modifier | modifier le code]

Bilan[modifier | modifier le code]

Saisons jouées en nationales
Niv Divisions Jouées Titres TM Up TM Down
I 1re nationale 0 0
II 2e nationale 10 0 1
III 3e nationale 11 1 4 1
IV 4e nationale 18 1
V 5e nationale 0 0
 
  TOTAUX 39 2 4 2
  • TM Up= test-match pour départager des égalités, ou toutes formes de Barrages ou de Tour final pour une montée éventuelle.
  • TM Down= test-match pour départager des égalités, ou toutes formes de Barrages ou de Tour final pour le maintien.

Classements[modifier | modifier le code]

Ordre Saison Nom du club Niveau Classement final Remarques
1 1948-49 R. CS Visétois Promotion (D3) série C 11e/16
2 1949-50 R. CS Visétois Promotion (D3) série C 16e/16 Relégué!
séries provinciales
3 1964-65 R. CS Visétois Promotion série A 12e/16
4 1965-66 R. CS Visétois Promotion série B 16e/16 Relégué!
séries provinciales
5 1971-72 R. CS Visétois Promotion série B 9e/16
6 1972-73 R. CS Visétois Promotion série A 4e/16
7 1973-74 R. CS Visétois Promotion série B 11e/16
8 1974-75 R. CS Visétois Promotion série B 16e/16 Relégué!
séries provinciales
9 1980-81 R. CS Visétois Promotion série D 8e/16
10 1981-82 R. CS Visétois Promotion série D 4e/16
11 1982-83 R. CS Visétois Promotion série D 9e/16
12 1983-84 R. CS Visétois Promotion série C 12e/16
13 1984-85 R. CS Visétois Promotion série C 9e/16
14 1985-86 R. CS Visétois Promotion série D 6e/16
15 1986-87 R. CS Visétois Promotion série D 9e/16
16 1987-88 R. CS Visétois Promotion série C 10e/16
17 1988-89 R. CS Visétois Promotion série C 15e/16 Relégué!
séries provinciales
18 1992-93 R. CS Visétois Promotion série D 15e/16 Relégué!
séries provinciales
19 1994-95 R. CS Visétois Promotion série D 8e/16
20 1995-96 R. CS Visétois Promotion série C 1er/16 Champion et promu!
21 1996-97 R. CS Visétois Division 3 série B 12e/16
22 1997-98 R. CS Visétois Division 3 série B 2e/16 Promu via tour final!
23 1998-99 R. CS Visétois Division 2 10e/18
24 1999-00 R. CS Visétois Division 2 17e/18 Relégué!
25 2000-01 R. CS Visétois Division 3 série B 4e/16 Promu via tour final!
26 2001-02 R. CS Visétois Division 2 8e/18
27 2002-03 R. CS Visétois Division 2 6e/18
28 2003-04 R. CS Visétois Division 2 13e/18
29 2004-05 R. CS Visé Division 2 16e/18 Relégué après barrages![saisons 1]
30 2005-06 R. CS Visé Division 3 série B 5e/16
31 2006-07 R. CS Visé Division 3 série B 8e/16
32 2007-08 R. CS Visé Division 3 série B 5e/16 Tour final![saisons 2]
33 2008-09 R. CS Visé Division 3 série B 2e/16 Tour final![saisons 3]
34 2009-10 R. CS Visé Division 3 série B 1er/16 Champion et promu!
35 2010-11 R. CS Visé Division 2 5e/18
36 2011-12 R. CS Visé Division 2 9e/18
37 2012-13 R. CS Visé Division 2 15e/18
38 2013-14 R. CS Visé Division 2 18e/18 Relégué!
39 2014-15 R. CS Visé Division 3 16e/18 Relégué après barrages![saisons 4]

Anciens joueurs[modifier | modifier le code]

Visé peut se féliciter d'avoir vu certains joueurs évoluant en Division 1 formés ou ayant transités dans le club

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Notes sur les classements saison par saison[modifier | modifier le code]

  1. Le club élimine d'abord Sprimont Comblain mais est ensuite battu en finale par Oud-Heverlee Louvain et est donc relégué en Division 3.
  2. Le club élimine le KRC Malines puis l'Eendracht Alost mais est battu en finale par l'Union Royale Namur.
  3. Le club est éliminé au premier tour par le Royal Olympic Club de Charleroi-Marchienne.
  4. Le club doit disputer le tour final de Promotion pour assurer son maintien. Il élimine le K. SC City Pirates Antwerpen mais est ensuite battu par le R. RC Hamoir puis par la R. ES Acrenoise en finale de repêchage et est donc relégué en Promotion.

Références[modifier | modifier le code]

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]