Roy Andrew Miller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miller.
Roy Andrew Miller
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
HonoluluVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Roy Andrew Miller, né le à Winona (Minnesota) et mort le [1] à Honolulu (Hawaï)[2], est un linguiste américain, notamment connu pour avoir soutenu l'inclusion des langues japonaise et coréenne au sein du groupe des langues altaïques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Miller obtient son PhD en chinois et japonais à l'université Columbia de New York. Ses premiers travaux dans les années 50 portent sur le chinois et le tibétain[3]. En 1969, il écrit l'article d'Encyclopædia Britannica sur les langues tibéto-birmanes d'Asie du Sud.

De 1955 à 1963, Miller est professeur de linguistique à l'International Christian University de Tokyo au Japon. Il enseigne ensuite à l'université Yale à New York. Entre 1964 et 1970, il est le président du département de langues et littérature d'Asie du Sud-Est, puis il tient un rôle similaire à l'université de Washington à Seattle[4],[5]. Après cela, il a enseigné en Europe, principalement en Allemagne et en Scandinavie.

Miller a considérablement écrit sur la langue japonaise[6], avec notamment A Japanese Reader (1963), The Japanese Language (1967)[4], Japanese and the Other Altaic Languages (1971), et Nihongo: In Defense of Japanese (1986). Il a ensuite élargi son champ d'études, en liant ainsi le coréen aux langues japonaise et altaïques dans son ouvrage Languages and History: Japanese, Korean, and Altaic (1996)[4].

À l'occasion de son 75e anniversaire, les professeurs Karl Menges et Nelly Naumann ont publié un Festschrift en l'honneur de sa carrière en y insérant notamment des articles sur les langues altaïques.

Roy Andrew Miller décède le 22 août 2014[1] à Honolulu (Hawaï), à l'âge de 89 ans[2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • 1967 : The Japanese Language. Tokyo: Charles E. Tuttle.
  • 1971 : Japanese and the Other Altaic Languages. Chicago: University of Chicago Press. (ISBN 0-226-52719-0).
  • 1976 : Studies in the Grammatical Tradition in Tibet. Amsterdam: John Benjamins.
  • 1980 : Origins of the Japanese Language: Lectures in Japan during the Academic Year 1977–78. Seattle: University of Washington Press. (ISBN 0-295-95766-2).
  • 1982 : Japan's Modern Myth: The Language and Beyond. Tokyo: John Weatherhill Inc. (ISBN 0-8348-0168-X).
  • 1986 : Nihongo: In Defence of Japanese. London: Athlone Press. (ISBN 0-485-11251-5).
  • 1993 : Prolegomena to the First Two Tibetan Grammatical Treatises. (Wiener Studien zur Tibetologie und Buddhismuskunde 30.) Vienna: Arbeitskreis für Tibetische und Buddhistische Studien Universität Wien.
  • 1996 : Languages and History: Japanese, Korean and Altaic. Oslo: Institute for Comparative Research in Human Culture. (ISBN 974-8299-69-4).

Articles[modifier | modifier le code]

  • 1955 : « Studies in spoken Tibetan I: Phonemics », Journal of the American Oriental Society 75: 46–51.
  • 1955 : « Notes on the Lhasa dialect of the early ninth century » Oriens 8: 284–291.
  • 1955 : « The significance for comparative grammar of some ablauts in the Tibetan number-system », T'oung-pao 43: 287–296.
  • 1955 : « The Independent Status of Lhasa dialect within Central Tibetan », Orbis 4.1: 49-55.
  • 1956 : « Segmental diachronic phonology of a Ladakh (Tibetan) dialect », Zeitschrift der Deutschen Morganländischen Gesellschaft 106: 345–362.
  • 1956 : « The Tibeto-Burman ablaut system », Transactions of the International Conference of Orientalists in Japan / Kokusai Tōhō Gakusha Kaigi kiyō 1: 29–56.
  • 1957 : « The phonology of the Old Burmese vowel system as seen in the Myazedi inscription », Transactions of the International Conference of Orientalists in Japan / Kokusai Tōhō Gakusha Kaigi kiyō 2: 39–43.
  • 1962 : « The Si-tu Mahapandita on Tibetan phonology », 湯浅八郎博士古稀記念論文集 / Yuasa Hachirō hakushi koki kinen ronbunshu / To Dr. Hachiro Yuasa; A Collection of Papers Commemorating His Seventieth Anniversary, 921–933. Tokyo: 国際基督教大学 / Kokusai Kirisutokyō Daigaku.
  • 1966 : « Early evidence for vowel harmony in Tibetan », Language 42: 252–277.
  • 1967 : « Old Japanese phonology and the Korean–Japanese relationship »
  • 1967 : «Some problems in Tibetan transcription of Chinese from Tun-huang », Monumenta Serica 27: 123–148 (publ. 1969).
  • 1978 : « Is Tibetan genetically related to Japanese? », in: Proceedings of the Csoma de Körös memorial Symposium, ed. L. Ligeti, Budapest 1978, pp. 295–312.)
  • 2002 : « The Middle Mongolian vocalic hiatus », Acta Orientalia Academiae Scientiarum Hungaricae 55.1–3: 179–205.
  • 2008 : « The Altaic Aorist in *-Ra in Old Korean », Lubotsky, Alexander, ed. Evidence and counter-evidence : essays in honour of Frederik Kortlandt Amsterdam: Rodopi. (Studies in Slavic and general linguistics; 32-33) 267-282.

Comptes-rendus et critiques[modifier | modifier le code]

  • 1955 : Critique de 稻葉正就 Inaba Shōju, チベット語古典文法学 / Chibettogo koten bunpōgaku [Classical Tibetan Language Grammatical Studies] Kyoto: 法藏館 Hōzōkan, 1954 (昭和 Shōwa 29). Language 31: 481–482.
  • 1968 : Critique de András Róna-Tas, Tibeto-Mongolica: The Loanwords of Mongour and the Development of the Archaic Tibetan Dialects (Indo-Iranian Monographs 7), The Hague: Mouton, 1966. In Language 44.1: 147–168.
  • 1972 : (en) Roy Andrew Miller, « Linguistics: Tungusologie. W. FUCHS, IVAN A. LOPATIN, KARL H. MENGES and DENIS SINOR », American Anthropologist, vol. 74, no 6,‎ , p. 1492-1494 (DOI 10.1525/aa.1972.74.6.02a00970, lire en ligne)
  • 1974 : « Sino-Tibetan: Inspection of a Conspectus », Journal of the American Oriental Society 94.2: 195-209.
  • 1982 : « Linguistic issues in the study of Tibetan Grammar », Wiener Zeitschrift für die Kunde Südasiens und Archiv für indische Philosophie 26: 86-116.
  • 1994 : « A new grammar of written Tibetan », critique de Stephen Beyer, The Classical Tibetan Language, Albany: State University of New York Press, 1992. Journal of the American Oriental Society 114.1: 67–76.
  • 2001 : Critique de Philip Denwood, « Tibetan », (London Oriental and African Language Library, vol. 3). Philadelphia: John Benjamins, 1999. Journal of the American Oriental Society 121.1:125–128.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) In Memory of Roy Andrew Miller, Borthwick Mortuary
  2. a et b (en) Roy Andrew Miller, Star Advertiser, 20 août 2014
  3. (en) Stephan V. Beyer, The Classical Tibetan Language, SUNY Press, , 503 p. (ISBN 0791410994, lire en ligne), p. 178
  4. a b et c (en) Project MUSE: Notes on contributors
  5. (en) Roy Andrew Miller, Bloomsbury
  6. (en) Paul R. Betz et Mark C. Carnes, American National Biography : Supplement 2, Oxford University Press, , 848 p. (ISBN 0195222024, lire en ligne), p. 27

Liens externes[modifier | modifier le code]