Rouvres-sur-Aube

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouvres.

Rouvres-sur-Aube
Rouvres-sur-Aube
Cascade pétrifiante.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Canton Villegusien-le-Lac
Intercommunalité Communauté de communes d'Auberive Vingeanne et Montsaugeonnais
Maire
Mandat
Gilles Simon
2014-2020
Code postal 52160
Code commune 52439
Démographie
Population
municipale
106 hab. (2015 en augmentation de 6 % par rapport à 2010)
Densité 5,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 30″ nord, 4° 59′ 44″ est
Altitude Min. 277 m
Max. 429 m
Superficie 20,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rouvres-sur-Aube

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rouvres-sur-Aube

Rouvres-sur-Aube est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Rouvres-sur-Aube couvre une superficie 20,18 km2 à une altitude entre 277 et 429 mètres. La commune se situe sur le cours supérieur de l'Aube à dix kilomètres du chef-lieu de canton d'Auberive au sein de la forêt éponyme.

Map commune FR insee code 52439.png

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village qui relève alors du bailliage de Gurgy-le-Château[1] est mentionné dès 936 dans une charte d’un évêque de Langres. Une première forge est recensée à Rouvres en 1508. Elle est reconstruite en 1822 avec un haut-fourneau et un foyer d'affinage. Elle périclite ensuite et est transformée en scierie en 1874[2].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Gilles Simon    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2015, la commune comptait 106 habitants[Note 1], en augmentation de 6 % par rapport à 2010 (Haute-Marne : -2,65 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
494478446429568535526508474
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
435431428400386388382375370
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
338323296349256241235225211
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
205218286240106102103103102
2015 - - - - - - - -
106--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La cascade
(carte postale ancienne).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Rouvres, bien conservé, date du XVIIe siècle. Avant la Révolution, il était fortifié et protégé par des fossés profonds. C'est une propriété privée[2].
  • L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul date du XIXe siècle. Son maître-autel, plus ancien, est attribué au sculpteur langrois Antoine Besançon[2].
  • La cascade pétrifiante d'Etuf. Sans doute l'une des curiosités les plus remarquables de Haute-Marne. C'est le tuf (dépôt de calcaire) qui lui a donné son nom. Le ruisseau plonge d'une hauteur de quinze mètres, de cascade en cascade sur environ cinquante mètres. Le calcaire, libéré et dissout par les eaux vives, pétrifie les mousses en se déposant et forme de larges bassins qui s'étagent. Avec le temps, une vingtaine de gradins se sont ainsi formés[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Actuellement situé en Châtillonnais (Côte-d'Or)
  2. a, b et c Histoire de Rouvres
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. La cascade d'Etuf