Rouvres-la-Chétive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouvres.

Rouvres-la-Chétive
Rouvres-la-Chétive
Face nord de l'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Canton Neufchâteau
Intercommunalité Communauté de communes de l'Ouest Vosgien
Maire
Mandat
Claude Thiéry
2014-2020
Code postal 88170
Code commune 88401
Démographie
Gentilé Roburiens, Roburiennes
Population
municipale
452 hab. (2016 en augmentation de 2,73 % par rapport à 2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 31″ nord, 5° 46′ 50″ est
Altitude Min. 345 m
Max. 483 m
Superficie 11,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Rouvres-la-Chétive

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Rouvres-la-Chétive

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rouvres-la-Chétive

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rouvres-la-Chétive

Rouvres-la-Chétive est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Roburiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de Rouvres-la-Chétive

La commune est située à 10 km au sud-est de Neufchâteau, chef-lieu d'arrondissement et sous-préfecture des Vosges, et à environ 60 km à l'ouest d'Épinal, préfecture des Vosges. Le Massif des Vosges s'élève à environ 70 km à vol d'oiseau de la commune, la mer la plus proche est la Manche à environ 380 km.

Le village est situé de part et d'autre d'un ruisseau nommé la Frézelle qui le coupe en deux quartiers distincts. Le centre-bourg est implanté sur la rive gauche du ruisseau, à flan de colline d'exposition est. L'autre quartier, plus petit, nommé Jennevelle, est sur la rive droite du ruisseau, toujours à flan de colline mais d'exposition sud-ouest. Cette partie du village est traversée par la route départementale 166 qui relie Châtenois et Neufchâteau. Elle est également surplombée par la forêt domaniale de Neufeys. Une ferme est construite à environ 1,5 km au sud du centre du village[1].

Communes limitrophes de Rouvres-la-Chétive
Certilleux Vouxey
Tilleux Rouvres-la-Chétive Châtenois
Landaville Ollainville Darney-aux-Chênes

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé à la périphérie est des côtes et plateaux des Vosges. Il représente une superficie de 1 133 hectares avec une altitude variant de 345 à 483 mètres. Cet espace peut être découpé en deux grandes parties [2]:

  • En partie basse, la plaine formée par la Frézelle est principalement constituée de champs cultivés et de prairies. Elle forme un triangle en pente douce dirigé vers le nord. Le village se trouve dans cette partie, au niveau du resserrement de la vallée. Il est entouré de vergers où poussent principalement des mirabelliers, des pruniers et des pommiers.
  • En partie haute, le plateau est recouvert de forêt, de friches et de quelques champs céréaliers. La forêt communale occupe un espace de 134 ha, elle est majoritairement constituée de feuillus comme le hêtre ou le chêne. Des sangliers, des chevreuils ainsi que de quelques lièvres peuplent ces lieux qui sont aussi survolés de milans et de buses. Le loup y est également présent par intermittence.

Les roches de surface de Rouvres-la-Chétive sont exclusivement constituées de roches calcaires datant du Jurassique et plus particulièrement, du Toarcien et du Aalénien. Les berges de la Frézelle sont recouvertes d'alluvions récentes, déposées par ses crues successives. La commune ne possède pas de particularité géologique remarquable[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Rouvres-la-Chétive profite d'un climat océanique très dégradé à semi-continental lui offrant des étés généralement modérément chauds et orageux ainsi que des hivers frais avec une moyenne de 1,9 °C en janvier avec un peu de neige. Les précipitations sont relativement abondantes et globalement régulières tout au long de l'année. Les épisodes de sécheresse estivale ont tout de même tendance à ce multiplier et à se prolonger notamment en 2003, 2018 et 2019.

Relevé météorologique de Rouvres-la-Chétive
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,8 −0,7 2 4,1 8,4 11,7 13,7 13,2 10,1 6,8 2,8 0,4 6
Température moyenne (°C) 1,9 2,9 6,5 9,5 13,8 17,2 19,4 19 15,2 11 5,9 2,9 9,6
Température maximale moyenne (°C) 4,6 6,4 10,9 14,8 19,2 22,6 25,1 24,7 20,3 15,1 8,9 5,4 14,8
Ensoleillement (h) 55,9 79,7 129,1 173,9 199,1 220,9 229,1 213,7 162,8 104,8 51,7 44,3 1 665
Précipitations (mm) 65,4 55,3 59,5 49,3 67,6 69,2 62,4 63 64,7 73,8 65,9 79 775,1
Source : meteofrance.com


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée au niveau du quartier de Jennevelle par la route départementale 166 reliant Châtenois à Neufchâteau. Une voie communale, nommée Voie de Landaville, relie la commune au village de Landaville, les autres voies ne mènent qu'à la forêt ou dans les prés. Le bus de la ligne LIVO no 41 Mirecourt-Neufchâteau s’arrête à raison de quatre à cinq fois par jour ouvré pour les deux sens dans le village[4] permettant ainsi de rallier la gare SNCF de Neufchateau desservie par les TGV Metz-Toulouse et Metz-Nice ainsi que par des trains TER ralliant Nancy et Dijon et des bus à destination de Vittel, Toul et Epinal [5]. L'aéroport le plus proche est celui d'Epinal-Mirecourt (27 km) offrant des lignes saisonnières et d'affaires[6]. La sortie no 10 Neufchâteau-Châtenois de l'autoroute A31 est située à 6 km.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Rouvres-la-Chétive faisait partie du bailliage de Neufchâteau.

Son église, dédiée à saint Martin, relevait du diocèse de Toul, doyenné de Châtenois. Le patronage de la cure était à la collation de l’abbé de Saint-Èvre de Toul.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[7] :

  • total des produits de fonctionnement : 366 000 , soit 800  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 273 000 , soit 598  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 6 000 , soit 12  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 26 000 , soit 56  par habitant.
  • endettement : 142 000 , soit 310  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 21,83 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 10,14 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 18,43 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 18,74 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 juin 1995 Étienne Fuchs    
juin 1995 En cours
(au 18 février 2015)
Claude Thiéry    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2016, la commune comptait 452 habitants[Note 1], en augmentation de 2,73 % par rapport à 2011 (Vosges : -2,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
663694702771826833833800799
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
767691677634632596584570560
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
552472455442410412407419423
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016 -
381384378391412441456452-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

Festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le portail des territoires et des citoyens - Géoportail », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le 13 juin 2016)
  2. « Le portail des territoires et des citoyens - Géoportail », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le 7 août 2019)
  3. « Carte - Géoportail », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le 7 août 2019)
  4. « Lignes régulières Livo », sur www.livo-vosges.com (consulté le 6 août 2019)
  5. « Gare de Neufchateau », sur www.gares-sncf.com (consulté le 6 août 2019)
  6. « Accueil-Aeroport Epinal Mirecourt », sur www.epinal-mirecourt.aeroport.fr (consulté le 6 août 2019)
  7. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. L'église Saint-Maurice
  13. « Croix de chemin dite Croix Saint-Pierre », notice no PA00107268, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Croix de chemin », notice no PA00107269, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Monument aux morts
  16. Adrien Loir, A l'ombre de Pasteur, éd. Le mouvement sanitaire, 1938, p. 18 et 160.
  17. Philippe Decourt, Les vérités indésirables, éd. Les archives internationales Claude Bernard, 1989, p. 210 à 239 et 285 à 297 (ISBN 2-903279-15-2).
  18. Pasteur par David V. Cohn, Ph.D., Professeur émérite de biochimie de l’University of Louisville Le paragraphe sur le charbon est le suivant "Fortunately, Pasteur's colleagues Chamberlain and Roux followed up the results of a research physician Jean-Joseph-Henri Toussaint who reported a year earlier that carbolic-acid/heated anthrax serum would immunize against anthrax. These results were difficult to reproduce and discarded although, as it turned out, Toussaint was on the right track. This led Pasteur and his assistants to substitute an anthrax vaccine prepared not dissimilar to that of Toussaint and different that Pasteur had announced".
  19. Louis Pasteur avec la collaboration de Chamberland et Roux L’expérience de Pouilly-le-Fort Yale Journal of Biology and Medecine (2002); 75, 59-62. L’introduction rappelle que le vaccin utilisé à Pouilly-le-Fort n’est pas celui de Louis Pasteur mais celui d'Henry Toussaint.
  20. Pierre-Yves Laurioz, Louis Pasteur - la réalité après la légende, éd. De Paris, 2003, p. 147-155 (ISBN 2-85162-096-7).
  21. François Brice Poirson