Route nationale 86 (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Route nationale 86.

Route nationale 86
Cartouche de la route
Historique
Déclassement D 86, D 386, D 486, D 1086, D 6086
Caractéristiques
Longueur 256 km
Direction nord / sud
Extrémité nord Lyon
Intersections
Extrémité sud Nîmes
Réseau Route nationale déclassée en grande partie
Territoire traversé
2 régions Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie
5 départements et collectivités territoriales Métropole de Lyon, Rhône, Loire, Ardèche, Gard
Villes principales Givors, Saint-Romain-en-Gal, Sarras, Tournon-sur-Rhône, Cruas, Bourg-Saint-Andéol, Bagnols-sur-Cèze, Remoulins
Exploitation
Gestionnaire Conseils départementaux
Notes
Tracé avant déclassement

RN 86 après 2006
Caractéristiques
Direction nord-est / sud
Extrémité nord-est N7 D994 à Lamotte-du-Rhône
Intersections D994 D6086 à Pont-Saint-Esprit
Extrémité sud N580 à Bagnols-sur-Cèze
Réseau Route nationale
Territoire traversé
2 régions Provence-Alpes-Côte d'Azur, Occitanie
2 départements Vaucluse, Gard
Villes principales Pont-Saint-Esprit
Exploitation
Gestionnaire État
Notes
Tracé actuel

La route nationale 86, ou RN 86, était une route nationale française reliant Lyon à Beaucaire puis Nîmes. Elle est transférée en quasi-intégralité aux départements par la réforme de 2005. Actuellement, elle relie Lamotte-du-Rhône à Bagnols-sur-Cèze.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1952, la RN 86 reliait Lyon à Beaucaire, ce fut la RN 87 qui depuis Remoulins desservait Nîmes, Montpellier et Pézenas pour se raccorder à la RN 9 (l'ancien tracé entre Remoulins et Beaucaire devenant la RN 86L). Depuis 1974, le Quai Perrache (où passait cette route) situé dans le 2e arrondissement de Lyon est absorbé par l'autoroute A7. La section entre les ponts Gallieni et de La Mulatière est déclassée de la voirie nationale en 1973[1].

La construction du boulevard périphérique sud de Nîmes (ouvert en 1968) a entrainé la déviation de cette route en son terminus sud, ne desservant plus le centre urbain. D'autres ouvertures de déviations plus ou moins importantes en ont progressivement modifié le tracé, comme à Bourg-Saint-Andéol, au Teil, à la Voulte-sur-Rhône et à Mauves en Ardèche.

La section de Lyon à Brignais est déclassée en 1990 en route départementale 486[2].

En 1998, une portion de voie nouvelle a été intégrée à la RN 86 à Luzin, sur la commune de Chavanay[3].

Le décret no 2005-1499 du 5 décembre 2005 ne conserve que la section de route située « entre Pont-Saint-Esprit (route départementale 994D) et Bagnols-sur-Cèze (route départementale 6) » ainsi qu'une partie de la RD 994D entre la RN 7 et la RN 86 qui est classée dans le réseau routier national[4]. Les autres tronçons sont reversés aux départements qui en assurent la gestion :

  • dans le Rhône, entre Brignais et la limite Rhône-Loire : D 386 ;
  • dans la Loire : D 1086 ;
  • en Ardèche : D 86 ;
  • dans le Gard : D 6086 entre la limite Ardèche-Gard et Pont-Saint-Esprit et entre Bagnols-sur-Cèze et Nîmes.

La seule section subsistante relie Pont-Saint-Esprit à Bagnols-sur-Cèze. D'ailleurs, elle reprend le tracé de la RD 994 de Pont-Saint-Esprit à Bollène pour se raccorder sur la RN 7 puis sur l'A7.

Tracé[modifier | modifier le code]

L'ancienne route nationale 86 assure la desserte de l'ensemble de la vallée du Rhône en traversant l'Ardèche ; la desserte du département du Gard se fait en revanche à l'écart de cet axe fluvial, au milieu de la garrigue et des contrées viticoles.

Elle constitue une alternative à la route nationale 7 souvent encombrée en été, qui dessert la Drôme.

De Lyon à Rochemaure[modifier | modifier le code]

Les communes traversées sont :

De Rochemaure à Nîmes[modifier | modifier le code]

Borne de l'ex-nationale 86
Panneau d'indication vers Nîmes avec la nouvelle numérotation de la route (D86)

Les communes traversées sont :

Antennes et franchissements du Rhône[modifier | modifier le code]

Des voies enjambant le Rhône relient les nationales 86 et 7 entre l'Ardèche et la Drôme.

Antennes de la route nationale 86
Numéro Tracé Déclassement (ou reclassement)
N 86A Lyon à La Mulatière réforme de 1972 : D 487
N 86B Andance à Andancette réforme de 1972 : D 86B
N 86C Sarras à Saint-Vallier réforme de 1972 : D 86C et D 886
N 86D Tournon-sur-Rhône à Tain-l'Hermitage ancienne passerelle détruite[5]
N 86E La Voulte-sur-Rhône voirie communale (sans lien avec la D 86E actuelle)
N 86F La Voulte-sur-Rhône à Livron-sur-Drôme réforme de 1972 : D 86F et D 86
N 86G Le Pouzin à Loriol-sur-Drôme renumérotée N 104 puis N 304
réforme de 2005 : D 104 et D 104N
N 86H Rochemaure à Ancône réforme de 1972 : D 86H et D 11
N 86I Viviers à Châteauneuf-du-Rhône réforme de 1972 : D 86I et D 73
N 86J Viviers-Sud à Donzère réforme de 1972 : D 86J et D 486
Viviers-Sud à Pierrelatte renumérotée N 93, déclassée D 93 et D 93N
N 86K Bourg-Saint-Andéol à Pierrelatte réforme de 1972 : D 86K et D 59
N 86L Remoulins à Beaucaire réforme de 1972 : D 986L

Les déclassements de 1972, pour ces antennes, prennent effet au dans les départements de l'Ardèche[6], du Gard[7] et du Rhône[1] et au dans la Drôme[8].

Autres franchissements du Rhône entre les routes nationales 86 et 7 :

Trafic[modifier | modifier le code]

Certaines sections reversées aux départements sont classées route à grande circulation par le décret no 2010-578 du 31 mai 2010 modifiant le décret no 2009-615 du 3 juin 2009 :

  • dans le Rhône : entre La Mulatière et la RD 50 à Oullins (RD 486) puis entre l'autoroute A450 à Brignais et la limite avec la Loire (RD 386)[9] ;
  • dans la Loire : intégralité[10] ;
  • dans l'Ardèche : intégralité[11] ;
  • dans le Gard : à Pont-Saint-Esprit entre la limite du département et la N 86, entre la RD 135 à Marguerittes et l'échangeur 24 de l'autoroute A9 à Nîmes[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fac-similé de l'arrêté interministériel du 16 novembre 1972 concernant le transfert de routes nationales du Rhône au département (Journal officiel du 16 p. 11889 et du 2 juillet 1976 p. 3145) et rectificatif paru au JO du 3 septembre 1976 p. 4561 [PDF] (consulté le 21 février 2016).
  2. WikiSara
  3. Arrêté du 16 septembre 1998 portant classement dans la voirie nationale d'une voie nouvelle, sur Légifrance.
  4. Décret no 2005-1499 du 5 décembre 2005 relatif à la consistance du réseau routier national, sur Légifrance.
  5. « Route nationale française 86d », sur routes.wikia.com (consulté le 21 février 2016).
  6. Fac-similé de l'arrêté interministériel du 22 décembre 1972 concernant le transfert de routes nationales de l'Ardèche au département [PDF], Journal officiel du 31 p. 13880 (consulté le 21 février 2016).
  7. Fac-similé de l'arrêté interministériel du 20 décembre 1972 concernant le transfert de routes nationales du Gard au département (Journal officiel du 27 p. 13541) et rectificatifs parus au JO du 10 avril 1973 p. 4143 et du 6 mai 1973 p. 5081 [PDF] (consulté le 21 février 2016).
  8. Fac-similé de l'arrêté interministériel du 25 janvier 1973 concernant le transfert de routes nationales de la Drôme au département [PDF], Journal officiel du 28 p. 1121 (consulté le 21 février 2016).
  9. Décret no 2009-615 du 3 juin 2009 fixant la liste des routes à grande circulation (départements 60 à 69)
  10. Décret no 2009-615 du 3 juin 2009 fixant la liste des routes à grande circulation (départements 39 à 44)
  11. Décret no 2009-615 du 3 juin 2009 fixant la liste des routes à grande circulation (départements 05 à 09)
  12. Décret no 2009-615 du 3 juin 2009 fixant la liste des routes à grande circulation (départements 30 à 34)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]