Route méditerranéenne centrale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Route méditerranéenne centrale.

La route méditerranéenne centrale (RMC) est une route migratoire traversant la mer Méditerranée au niveau de la côte ouest de la Libye, et rejoignant l'Italie ou Malte. Il s'agit de la principale voie d'accès à l'Union européenne au départ de l'Afrique.

Parcours[modifier | modifier le code]

La RMC se décompose en plusieurs parcours principaux différents qui ont pour point d'origine les zones de convergences de routes mineures en Afrique du Nord ou en Afrique subsaharienne. Elles ont toutes pour caractéristiques de mener à la côtes libyennes voire tunisienne afin de rejoindre l'Italie. Ces parcours sont :

Cette dernière route peut suivre un parcours alternatif entre Bamako et Agadez en passant par Gao au Mali[1],[2].

Dans une certaine mesure, certaines personnes empruntant la route de l'ouest africain, menant généralement à la route méditerranéenne occidentale, traverse l'Algérie par la région de Ouargla pour effectuer la traverser vers l'Italie[3]

Coûts[modifier | modifier le code]

Selon le photojournaliste Narciso Contreras, une personne doit payer entre 530 et 1320 euros pour se rendre des États d'origines (Érythrée, Gambie, Nigeria, Somalie, etc.) à la Libye[4].

Risques[modifier | modifier le code]

La RMC comporte un certain nombre de risques pour les migrants.

En Libye, des migrants sont parfois abandonnés dans les villes par des passeurs. Ceux-ci, prévoyant à l'origine d'atteindre la côte libyenne pour l'Europe, sont dès lors vulnérables au trafic d'êtres humains et à d'autres formes d'abus et de violences. Des centres de détentions officiels et non-officiels sont utilisés pour retenir les migrants dont certains seront ensuite soumis à du travail forcé. De même, certains membres des garde-côtes libyens seraient associés à des groupes criminels pour exploiter les migrants[5].

Selon une enquête menée par CNN et publiée fin 2017, les migrants mis en esclavage sont venus au moins 400 dollars (pour un homme pouvant travailler), voire un peu plus lorsqu'il s'agit d'une femme pouvant être mise sur le marché du sexe[6]. Dans son enquête, CNN a également pris connaissance de neuf marchés aux esclaves tenus dans les villes de Zouara, Sabratha, Castelverde, Gharyan, Alrujban, Zentan, Cabao, Ghadamès et Sebha, tout en précisant que ce ne sont pas les seuls[7].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Les statistiques présentées ici ne concernent que les arrivées en Europe par la route méditerranéenne centrale. Elles n'effectuent pas de distinction entre les demandeurs d'asile et les autres migrants et ne peuvent inclure le taux de reconnaissance des demandes d'asile (celui-ci n'étant pas lié à la route empruntées).

Pays d'origine[modifier | modifier le code]

Les principaux pays d'origine dont les ressortissants empruntent la route méditerranéenne centrale sont des pays africains, toutefois c'est également le point d'arrivé des ressortissants bangladais[8].

Cinq premiers pays d'origine par période[9]
Janv.- Juil-déc. 2009 Janv.- Juil.-déc. 2010 Janv.- Juil.-déc. 2011 Janv.- Juil.-déc. 2012 Janv.- Juil.-déc. 2013 Janv.- Juil.-déc. 2014 Janv.- Juil.-déc. 2015
Somalie Érythrée Afghanistan Afghanistan Tunisie Tunisie Somalie Somalie Érythrée Syrie Érythrée Syrie Érythrée Érythrée
Nigeria Somalie Tunisie Égypte Non spécifié
(Afrique sub-saharienne)
Nigeria Tunisie Érythrée Somalie Érythrée Non spécifié
(Afrique sub-saharienne)
Érythrée Nigeria Nigeria
Tunisie Afghanistan Algérie Tunisie Centrafrique Afghanistan Afghanistan Tunisie Égypte Somalie Syrie Non spécifié
(Afrique sub-saharienne)
Somalie Somalie
Égypte Algérie Somalie Algérie Nigeria Centrafrique Égypte Afghanistan Pakistan Nigeria Mali Nigeria Non spécifié
(Afrique sub-saharienne)
Soudan
Maroc Tunisie Iran Irak Ghana Égypte Pakistan Pakistan Syrie Gambie Gambie Gambie Syrie Gambie
Janv.- Juil-déc. 2016 Janv.- Juil.-déc. 2017 Janv.- Juil.-déc. 2018 Janv.-fév. 2019[10]
Nigeria Nigeria Nigeria Tunisie Bangladesh
Érythrée Érythrée Bangladesh Nigeria Tunisie
Gambie Guinée Guinée Érythrée Algérie
Guinée Bangladesh Gambie Mali Guinée
Soudan Côte d'Ivoire Sénégal Soudan Sénégal

Évolution du nombre d'arrivées[modifier | modifier le code]

Nombre d'arrivées par la route méditerranéenne centrale[9]
Janv.- Juil.-déc. 2009 Janv.- Juil.-déc. 2010 Janv.- Juil.-déc. 2011 Janv.- Juil.-déc. 2012 Janv.- Juil.-déc. 2013 Janv.- Juil.-déc. 2014 Janv.- Juil.-déc. 2015
7 929 3 114 738 3 712 49 599 14 662 5 274 9 877 8 225 37 073 64 110 99 822 70 428 85 518
Janv.- Juil.-déc. 2016 Janv.- Juil.-déc. 2017 Janv.- Juil.-déc. 2018 Janv.-fév. 2019
70 226 111 150 83 533 35 429 23 485[a] 259[10]

Décès et disparitions[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce chiffre concerne l'année entière.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]