Route 167 (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
B167
Route 167

Image illustrative de l'article Route 167 (Québec)
Informations
Gérée par le MTQ
Longueur 411,8 kilomètres (255,9 mi)[1],[2]
Direction Nord / Sud
Localisation
Régions Saguenay-Lac-Saint-Jean, Nord-du-Québec
MRC Le Domaine-du-Roy
Villes Saint-Félicien, Chibougamau
Intersections
Extrémité sud B169 R-169 à Saint-Félicien
Intersections B113 R-113 à Chibougamau
Extrémité nord Lac Albanel à Baie-James
Image
Image illustrative de l'article Route 167 (Québec)
Réseaux
Routes du Québec
Précédent B165 R-165 R-169 B169 Suivant

La route 167 (R-167) est une route nationale québécoise d'orientation nord/sud située au nord du fleuve Saint-Laurent. Elle dessert les régions administratives du Saguenay-Lac-Saint-Jean et du Nord-du-Québec.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin des années vingt, les compagnies minières s’intéressent à la prospection au Nord du Québec[3] et particulièrement aux environs du lac Chibougamau[4]. Pour y accéder, il était nécessaire de compter sur une voie de communication entre le Lac-St-Jean et cette région minière tant convoitée[5].

Grâce aux pressions exercées[6] par les Chambres de commerce, les politiciens et les minières[7], le gouvernement de Maurice Duplessis accepte en 1936 de construire une route d’hiver pour relier les deux régions.

Il faudra attendre en 1949 pour que la route St-Félicien-Chibougamau soit construite[8] et finalisée sur une distance de 126 milles.

En 1967, le Ministère de la voirie réalise une étude préliminaire[9] de la route St-Félicien-Chibougamau afin d’analyser les conditions de cette voie de communication et évaluer les coûts afin d’y apporter des améliorations.


Tracé[modifier | modifier le code]

La route 167 relie Saint-Félicien, à l'extrémité nord-ouest du Lac Saint-Jean, à Chibougamau. Par la suite, elle devient une route en gravier à partir de l'unique route menant à Mistissini et se termine en bordure du Lac Albanel à Baie-James. Elle est principalement une route utilisée par l'industrie forestière du nord du Québec.

Prolongement futur[modifier | modifier le code]

Le , le gouvernement du Québec a annoncé une entente avec la société Diamants Stornoway pour réaliser le prolongement de cette route nationale de 243 km jusqu'aux monts Otish. En plus de permettre aux compagnies minières l'accessibilité au gisement Renard, la route permettra l'accès à la réserve de biodiversité projetée Albanel-Témiscamie-Otish. En mai 2012, le ministre québécois des Ressources naturelles et de la Faune, Clément Gignac, a aussi évoqué la possibilité de prolonger la 167 jusqu'à la route Transtaïga, une route de gravier qui relie les différentes installations hydroélectriques du complexe La Grande, de la route de la Baie James jusqu'au réservoir de Caniapiscau[10].

Localités traversées (du sud au nord)[modifier | modifier le code]

Liste des municipalités dont le territoire est traversé par la route 167, regroupées par municipalité régionale de comté.

Saguenay-Lac-Saint-Jean[modifier | modifier le code]

Le Domaine-du-Roy

Nord-du-Québec[modifier | modifier le code]

Hors MRC

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère des Transports du Québec, Distances routière, Québec, Les Publications du Québec, , 206 p. (ISBN 2-551-19693-0, ISSN 0714-2153, lire en ligne), p. 74
  2. Google Maps, « Carte de la route 167 » (consulté le 3 octobre 2011)
  3. https://archive.org/stream/rapportsurlageol00comm#page/n3/mode/2up
  4. Chibougamau, métropole d'un nouveau district minier, Le Progrès du Saguenay, 8 mars 1955, p.15.
  5. Russel Bouchard, Saint-Félicien, fleuron de l'industrie touristique régionale, SHS, Histoire des municipalité, no 9, 1990, 44 p.
  6. Russel Bouchard, Le pays du Lac-St-Jean. Vers la région de Chibougamau, Chicoutimi, 1988, p. 240-247.
  7. Route Lac-StJean Chibougamau, le Progrès du Saguenay, 28 décembre 1933.
  8. La route St-Félicien-Chibougamau est sur le point d'être terminée, La Progrès du Saguenay, 10 novembre 1949.
  9. http://www.bv.transports.gouv.qc.ca/mono/0476741.pdf
  10. Alexandre Shields, « 100 kilomètres plus au nord : Dans le cadre de son Plan Nord, Québec prolongera la route 167 », Le Devoir, Montréal,‎ (lire en ligne)