Rouhollah Zam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rouhollah Zam
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 42 ans)
Téhéran (Iran)
Nom dans la langue maternelle
روح‌الله زمVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Activités
Père
Mohammad Ali Zam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Mahsā Rāzāni
Autres informations
Condamné pour

Rouhollah Zam (en persan : روح‌الله زم), né le à Téhéran et mort le dans la même ville, est un opposant iranien en exil et ancien journaliste.

L'engagement de Rouhollah Zam a débuté lors du soulèvement postélectoral de 2009. Connu pour gérer le groupe Telegram Amadnews qu'il a fondé en 2015, Rouhollah Zam a couvert en tant qu'observateur indépendant les manifestations de 2017 et 2018. Il est capturé par les Gardiens de la révolution en et se voit inculpé de plusieurs chefs d'accusation passibles de la peine de mort. Condamné, il est exécuté le par les autorités iranniennes, soulevant une série de protestations internationales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rouhollah Zam est né en 1978 à Téhéran dans une famille cléricale[1],[2]. Son père, Mohammad Ali Zam (fa), est un réformiste qui a occupé des positions élevées au gouvernement dans les années 1980 et 1990[3]. Rouhollah Zam commence son engagement contre le système politique iranien avec le soulèvement postélectoral de 2009. Dans le cadre de ses activités, il est emprisonné à la prison d'Evin. En 2011, il fuit l'Iran et se réfugie en France[4],[5].

Activités avec Amadnews[modifier | modifier le code]

Rouhollah Zam créé un groupe Telegram, intitulé Anadnews, en 2015. Ainsi, il couvre à l'aide de ce média les manifestations de 2017 et 2018 en tant qu'observateur indépendant[3].

Il est fréquemment l'invité de Voice of America's Persian service, service de diffusion, en persan, par radio et télévision, du gouvernement américain[1],[6].

Arrestation, procès et exécution[modifier | modifier le code]

Le , les Gardiens de la révolution annoncent avoir attiré Rouhollah Zam dans un piège pour le faire revenir en Iran, où il est arrêté[7]. Les gardiens prennent alors le contrôle du groupe Telegram Amadnews qu'il administrait comprenant plus d'un million de personnes, et y annoncent la nouvelle de son arrestation[5].

Rouhollah Zam est inculpé par les autorités iraniennes pour 17 chefs d'inculpation[8][Note 1]. Treize sont liés, selon le porte parole du système judiciaire iranien Gholam Hossein Esmaïli (fa), à la « corruption sur la terre », un crime à la définition très large et passible de peine de mort[9]. Son procès commence le matin du devant la quinzième chambre du tribunal révolutionnaire (en) de Téhéran présidée par Abolqassem Salavati (en). Le , Rouhollah Zam est condamné à mort[10]. Sa peine est confirmée le par la Cour suprême iranienne[11].

En application de la condamnation, Rouhollah Zam est exécuté par pendaison le [12],[13]. Ce geste des autorités iraniennes est critiqué sur le plan international[14]. L'Union européenne ou la France exprime leur réprobation ainsi que plusieurs organisations non-gouvernementales (comme Reporters sans frontières) ou activistes engagés pour les droits humains. Outre les critiques concernant le recourt à la peine capitale, la pratique des aveux télévisés tout comme les suspicions d'aveux sous la torture sont dénoncés[15].

Références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Dans le détail, Rouhollah Zam est accusé de 1) corruption sur Terre (Efsad-e fel-arz (en)) ; 2) formation et gestion des chaînes Amadnews (fa) et la Voix du peuple dans le but de perturber la sécurité nationale ; 3) espionnage au profit du service de renseignement israélien par le truchement du service de renseignement d'un des pays de la région ; 4) espionnage au profit des services de renseignement français ; 5) oopération avec le gouvernement américain contre la République islamique d'Iran ; 6) association de malfaiteurs et collusion d'intérêts dans le but de commettre des crimes contre la sécurité nationale, intérieure et extérieure, 7) participation à des activités de propagande contre le régime de la République islamique d'Iran et au profit de groupes et d'organisations largement opposés au régime ; 8) adhésion et gestion du site d'actualités Sahamnews (fa) dans le but de perturber la sécurité nationale ; 9) participation à inciter le peuple à la guerre et au meurtre dans le but de perturber la sécurité nationale ; 10) participation à la collecte d'informations classifiées dans le but de les fournir à des tiers afin de perturber la sécurité nationale ; 11) participation à la diffusion de mensonges à grande échelle ; 12) incitation effective des combattants et des personnes qui servent d'une manière ou d'une autre dans les forces armées à se rebeller, à fuir, à se rendre ou à ne pas s'acquitter de leurs fonctions militaires ; 13) insulte au caractère sacré de l'Islam ; 14) insulte au fondateur de la République islamique d'Iran et au guide suprême ; 15) Insulte à l'égard de fonctionnaires ou d'officiers en service ou en raison de celui-ci ; 16) acquisition illégale de biens d'un montant total de 97 550 euros ; 17) plaintes de certaines personnes, morales et civiques.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Tehran’s campaign against the opposition raises questions | Ali Alfoneh », sur AW (consulté le 30 juin 2020)
  2. (en) « Controversial Exile Using Social Media To Try To Bring Down Iranian Government », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le 30 juin 2020)
  3. a et b « Protests in Iran fanned by exiled journalist, messaging app », sur AP NEWS, (consulté le 30 juin 2020)
  4. (de) « Founders of the Iranian protest-platform „Amadnews“ - »With highspeed internet, the regime would be gone in a month », sur bild.de (consulté le 30 juin 2020)
  5. a et b « Le directeur d’un canal d’information iranien réfugié en France enlevé par le régime islamiste | Reporters sans frontières », sur RSF, (consulté le 30 juin 2020)
  6. (en) IranWire, « The App Powering the Uprising in Iran, Where Some Channels Pushed for Violence », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le 30 juin 2020)
  7. « Iran: arrestation de l'opposant Rouhollah Zam, à la tête d'Amadnews », sur RFI, (consulté le 30 juin 2020)
  8. (fa) « روح‌الله زم؛ برگزاری اولین جلسه دادگاه به ریاست قاضی صلواتی », sur BBC.com,‎ (consulté le 13 décembre 2020)
  9. (en) Al-Monitor Staff, « Iran sentences dissident journalist to death », sur Al-Monitor, (consulté le 2 juillet 2020)
  10. Le Figaro avec AFP, « Iran: condamnation à mort d'un opposant autrefois exilé en France », sur Le Figaro.fr, (consulté le 30 juin 2020)
  11. « L’Iran exécute un ancien chef de l’opposition », Le Journal de Montréal, (consulté le 12 décembre 2020)
  12. « L’Iran exécute l’opposant Rouhollah Zam, qui avait vécu en exil en France avant d’être enlevé par Téhéran », Le Monde, (consulté le 12 décembre 2020)
  13. jop et ats, « L'ancien journaliste et opposant iranien Rouhollah Zam a été exécuté samedi », RTS Info,‎ (lire en ligne)
  14. Le Monde (rédaction) et AFP, « L’Union européenne et plusieurs ONG condamnent l’exécution de l’opposant iranien Rouhollah Zam », LeMonde.fr,‎ (lire en ligne)
  15. Belga, « Iran : l'opposant Rouhollah Zam a été exécuté, l'UE condamne », RTBF.be,‎ (lire en ligne)