Rouget du porc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rouget du porc
Description de cette image, également commentée ci-après
Détail des lésions cutanées sur un porc vivant.
Spécialité InfectiologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 A26Voir et modifier les données sur Wikidata
CIM-9 027.1Voir et modifier les données sur Wikidata
DiseasesDB 4432
MedlinePlus 000632
eMedicine 1054170Voir et modifier les données sur Wikidata
MeSH D004887
Symptômes Érythème, Papule, lymphangite, adénopathie et fièvre légère (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Maladie transmissible Transmission par contact (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Causes Erysipelothrix rhusiopathiaeVoir et modifier les données sur Wikidata
Médicament Benzylpénicilline, amoxicilline, ceftriaxone et clindamycineVoir et modifier les données sur Wikidata

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le rouget du porc est une maladie bactérienne des porcins, parfois des agneaux, des veaux et occasionnellement de l'homme. Cette zoonose est causée par le bacille Erysipelothrix rhusiopathiae.

Carcasse de porc atteint du rouget.

Historique[modifier | modifier le code]

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Symptômes cutanés humains.
Détail des lésions cutanées lors de l'inspection à abattoir.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Porc vivant atteint du rouget.

Signes fonctionnels[modifier | modifier le code]

Examen clinique[modifier | modifier le code]

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

Traitements[modifier | modifier le code]

Le traitement de choix est une dose unique de benzathine benzylpénicilline administrée par injection intramusculaire, ou une cure de cinq jours à une semaine de pénicilline orale ou de procaïne benzylpénicilline intramusculaire[1]. L'érythromycine ou la doxycycline peuvent être données à la place aux personnes allergiques à la pénicilline. E. rhusiopathiae est intrinsèquement résistant à la vancomycine[1].

Évolution et complications[modifier | modifier le code]

Prévention[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Vinetz J, « Erysipelothrix rhusiopathiae » [archive du ], sur Point-of-Care Information Technology ABX Guide, Johns Hopkins University, (consulté le 10 mars 2009) Retrieved on October 28, 2008. Freely available with registration.