Roudaki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Roudaki
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Rudaki, Tajikistan (en) (empire samanide (en))Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Rudaki, Tajikistan (en) (empire samanide (en))Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Portrait de Roudaki sur le billet tadjik de 500 somoni.

Abdullah Jafar Ibne Mohammed Roudaki[1] (en tadjik : Абӯабдуллоҳ Ҷафар Ибни Муҳаммад Рӯдакӣ ; en persan : ابوعبدالله جعفربن محمدبن حکیم‌بن عبدالرحمن‌بن آدم رودکی) aussi transcrit Rudagi ou Rudhagi, né en 859 et mort en 941, est un poète Perse (iranien). Connu comme le premier grand génie du persan moderne[2], il composa des poèmes dans l'alphabet perso-arabe.

Il est le fondateur de la littérature persane classique[2]. Son œuvre très éclectique embrasse nombre d'anciens genres poétiques persans, notamment le quatrain[3]. Seuls quelques fragments de ses écrits nous sont parvenus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abdullah Jafar Ibne Mohammed Roudaki nait à Rudak, un village situé près de Samarcande en Transoxiane, dans ce qui est maintenant Panjakent, en Tadjikistan actuel. Beaucoup de ses biographes affirment qu'il était totalement aveugle, mais sa connaissance des couleurs dans ses poèmes rend cette affirmation très douteuse. L'anthropologue russe Mikhaïl Guerassimov avance l'hypothèse qu'il a été aveuglé seulement vers la fin de sa vie, pour son opposition au souverain[4].

Il fut poète à la cour du dirigeant samanide Nasr II (914-943), à Boukhara, qui le combla de richesses et d'honneurs. À la disgrâce de son protecteur, le vizir Abol-Fazl, il tomba dans la pauvreté et retourna finir ses jours dans son village natal[5].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Roudaki dispose d'une œuvre des plus éclectiques, donnant dans le panégyrique, l'élégie funèbre ou encore le lyrisme amoureux. Son style est simple et coulant, caractéristique majeure de l'école de Khorassan. On lui attribue également l’invention du rubaï, mètre poétique persan proche du quatrain occidental. Il aurait aussi mis en vers Kalila et Dimna, célèbre recueil de fables orientales. La plus grande partie de son œuvre, estimée à environ 100 000 vers[4], est aujourd'hui perdue[6].

Hommages et célébrations[modifier | modifier le code]

Roudaki dépeint aveugle sur un timbre iranien (années 1960).

Son œuvre, en Union soviétique est redécouverte à l'époque de la déstalinisation. En 1958, l'inauguration d'un mausolée en son honneur dans son village natal est accompagnée de parution d'un recueil de ses poésies en arabe et en cyrillique[7]. L'histoire romancée de sa vie est portée à l'écran dans le film L'Histoire d'un poète (Sudba poeta) par Boris Kimiagarov (ru) en 1959[7].

Pour fêter le 1100e anniversaire de sa naissance, le gouvernement Iranien publie une série de timbres à son effigie. Un séminaire international est organisé dans la salle Vahdat (autrefois connue sous le nom de « salle Roudaki ») à Téhéran le pour marquer son 1150e anniversaire, avec le président Ahmadinejad et le Ministre de la culture Tadjik. Dans ce séminaire, Roudaki est célébré comme le père de la littérature persane moderne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rudaki », Encyclopaedia Britannica.
  2. a et b (en) Charles-Henri de Fouchécour, « Iran viii. Persian literature (2) Classical », sur Encyclopédie Iranica.
  3. Sassan Tabatabai, "Father of Persian Verse: Rudaki and His Poetry", Amsterdam University Press, Feb 15, 2011.
  4. a et b (en) Hamid Wahed Alikuzai, A Concise History of Afghanistan in 25 Volumes, vol. 14, Trafford Publishing, (ISBN 9781490714417, lire en ligne), p. 40-41.
  5. (en) Unesco, History of Civilizations of Central Asia, vol. 2, coll. « Age of achievement: A.D. 750 to the end of the fifteenth century », (ISBN 9789231036545, lire en ligne), p. 372.
  6. Mohammad-Javad Mohammadi, Roudaki, le père de la littérature persane, La revue de Téhéran, février 2006.
  7. a et b (en) François Pouillion, Jean-Claude Vatin, After Orientalism: Critical Perspectives on Western Agency and Eastern Re-appropriations, Brill, coll. « Leiden Studies in Islam and Society », (ISBN 9789004282537, lire en ligne), p. 126.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fa) (la) Sadruddin Eini et Seminov, Professeur Rudaki, Stalinabad, 1940
  • (fa) M. Zand, L'auteur du kéran est Maître Rudaki, Stalinabad, 1957.
  • (fa) (tg) Abdul Ghani Mirzayev, Rudaki et le développement de la poésie lyrique les soirs de 10 à 15, Stalinabad 1957.
  • (tg) Abdul Ghani Mirzayev, Échantillon de folklore à Rudaki, Stalinabad 1958.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :