Rosso (Mauritanie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rosso.
Rosso
La mosquée avec, à l'arrière-plan, le fleuve Sénégal
La mosquée avec, à l'arrière-plan, le fleuve Sénégal
Administration
Pays Drapeau de la Mauritanie Mauritanie
Région Trarza
Département Rosso
Maire Sidi Diarra[1]
Démographie
Population 56 000 hab. (2001)
Géographie
Coordonnées 16° 30′ 46″ N 15° 48′ 18″ O / 16.512778, -15.80516° 30′ 46″ Nord 15° 48′ 18″ Ouest / 16.512778, -15.805
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mauritanie

Voir la carte administrative de Mauritanie
City locator 14.svg
Rosso

Géolocalisation sur la carte : Mauritanie

Voir la carte topographique de Mauritanie
City locator 14.svg
Rosso
Liens
Site web http://mairierosso.org/

Rosso est une ville et une commune du sud de la Mauritanie, située sur la frontière avec le Sénégal. C'est le chef-lieu du département de Rosso et la capitale de la région (wilaya) du Trarza.

Administration[modifier | modifier le code]

Rosso est le chef-lieu du département de Rosso

Le maire de la commune est Sidi Diarra[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2007, Rosso comptait 15 922 habitants[2].

Transport[modifier | modifier le code]

La digue vers le barrage de Diama.

C'est depuis Rosso que s'effectue la traversée du fleuve Sénégal à raison de 4 à 5 bacs par jour (la fréquence des rotations ayant été réduite depuis le conflit entre la Mauritanie et le Sénégal), de l'autre côté du fleuve le débarquement s'effectue à Rosso-Sénégal. Le passage de la frontière se fait sans véritable problème administratif dans un sens comme dans l'autre, une attente est cependant à prévoir de chaque côté du fleuve.

Pour les audacieux et en dehors de la saison des pluies il est possible de passer la frontière sénégalaise à 90 km à l'ouest de Rosso par le barrage de Diama, à condition d'avoir un véhicule adapté et d'accepter de rouler sur la crête des digues de canalisation du fleuve Sénégal.

Économie[modifier | modifier le code]

"Rosso est connue comme étant une grande ville agronomique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Rosso a joué un rôle important à l'époque de la colonisation en tant que trait d'union entre la Mauritanie et Saint-Louis, capitale coloniale de la région Mauritanie-Sénégal. La ville a été érigée sur la rive droite du fleuve Senegal, dans la zone de l'ancien Empire du Walo (issu de l'éclatement de l'empire du Jolof (ou Djolof) au XVIe siècle et dont la capitale était Njurbel (ou Diourbel). Le quartier Est de l'actuel Rosso porte le nom de Njurbel . Ce fut un carrefour pour les échanges entre l'Afrique du nord (y compris le Nord de la Mauritanie actuelle) et l'Afrique subsaharienne. Comme pendant la période de l'Empire du Walo, Rosso est peuple à l'origine par des Wolof, Maures ( surtout Maures Noirs) et fulbe Aynabe ( Peulh pasteur) essentiellement ururbe et Jasarnabe (ou Diassarnabe). Avec sa position de carrefour ( commerce et militaire) d'autres populations du reste du pays et même d'autres pays de l'Afrique de l'ouest s'y sont installés. C'est probablement l'une des rare villes de la Mauritanie où il y a eu le plus grand métissage de sa population. Rosso est aussi appelle Liguarib (bateaux ou pirogues) par les Maures et Daal par les Peulh Jasarnabe.

Pendant la période coloniale, des compagnies coloniales (tels que Lacombe) ainsi qu'une base militaire française y avait élu domicile. Au moment de l'indépendance, le président Moktar Ould Daddah a failli choisir cette ville comme capitale de la nouvelle nation mauritanienne, mais la trouvant trop imprégnée de présence coloniale, il a préféré créer une capitale de novo, c'est ainsi qu'est née Nouakchott. Cette décision n'a pas été sans conséquence sur le développement de la ville de Rosso qui a été totalement délaissée. Aucun des gouvernements qui se sont succédé depuis l'indépendance n'a fait de la renaissance de cette ville une priorité.

Rosso a marqué au cours de l'histoire les limites du royaume marocain et le grand-père du souverain actuel, Mohamed V, a prononcé un discours qui n'a eu de cesse d'inquiéter les Mauritaniens en proclamant que son royaume devait s'étendre jusqu'à Rosso-Sénégal.

C'est à Rosso qu'à été construit le Collège Xavier Copolani (du nom du fondateur de l'actuel Mauritanie) qui a formé la plupart des cadres du pays. Ce collège deviendra le Lycée de Rosso après l'indépendance puis l'actuel Institut Supérieur d'Enseignement technique de Rosso.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Sidi Diarra : Qui est le député-maire de Rosso ? , CRIDEM, 16 mars 2014 [1]
  2. « Recensement général de la population et de l'habitat (RGPH) de 2007 », sur République Islamique de Mauritanie (consulté le 23 avril 2007)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dan Covu, Étude des échanges inter-frontaliers Rosso-Mauritanie, Rosso-Sénégal, Dakar, Université de Dakar, 1971, 105 p.
  • Jean-Paul Laborie, Jean-François Langumier et Cheikh Saad Bouh Kamara, L'urbanisation de la Mauritanie : enquête dans trois villes secondaires : Rosso, Kiffa et Aioun-el-Atrouss, La Documentation française, Paris, 1988, 92 p. (ISBN 2-11-002060-1)
  • (en) Anthony G. Pazzanita, « Rosso », in Historical dictionary of Mauritania, Scarecrow Press, Lanham (Maryland) ; Toronto, Plymouth (Royaume-Uni), 2008 (3e éd.), p. 440 (ISBN 9780810855960)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :