Rosnay-l'Hôpital

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rosnay-l'Hôpital
Rosnay-l'Hôpital
Fresque de l'école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Bar-sur-Aube
Canton Brienne-le-Château
Intercommunalité Communauté de communes des Lacs de Champagne
Maire
Mandat
Brice Martin
2014-2020
Code postal 10500
Code commune 10326
Démographie
Population
municipale
181 hab. (2017 en diminution de 19,2 % par rapport à 2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 37″ nord, 4° 30′ 16″ est
Altitude Min. 111 m
Max. 172 m
Superficie 12,47 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Rosnay-l'Hôpital
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Rosnay-l'Hôpital
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rosnay-l'Hôpital
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rosnay-l'Hôpital

Rosnay-l'Hôpital est une commune française située dans le département de l'Aube, en région Grand Est.

Ses habitants sont les Rosnaysiennes et les Rosnaysiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 118 mètres d'altitude, la commune est traversée par la Voire.

Elle est proche du parc naturel régional de la forêt d'Orient, à environ 2 km.

Les communes limitrophes sont :

Rose des vents Yèvres-le-Petit Blignicourt Blignicourt Rose des vents
Lassicourt N Blignicourt
O    Rosnay-l'Hôpital    E
S
Lassicourt Lassicourt Perthes-lès-Brienne

La cadastre du début XIXe siècle cite au territoire : Aigremont Bois-le-Roi, Garenne, l'Hôpital, la Maladière, le Metz, Mont-Aigu, Porte-Rouge, Presle-Neuf, Presle-Vieux, Pute-Ville, Saint-Lou. Les faubourgs qui existaient étaient Saint-Nicolas et Champagne ou Saint-Sauveur sur les aveux du XVIIe et XVIIIe siècles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier comte de Rosnay connu est Adson cité en 968 dans une donation faite à l'abbaye de Montier-en-Der. Puis Isembard et Isembard II vers 1035 où l'évêque de Troyes Ménard donne aux chanoines du château l'église Notre-Dame à Rosnay. La seigneurie passe en 1139 au comte de Troyes et devint l'apanage de Henri qui la rattachait au comté en devenant comte de Champagne en 1314.

Elle passe ensuite à la couronne de France et fit partie du comté de Vertus avec Moymer et la Ferté-sur-Aube en 1361 pour Isabelle de France puis, par elle dans la famille Visconti. Valentine Visconti (1368-1408) comtesse de Vertus se mariait avec Louis d'Orléans, le comté passait alors en la famille d'Orléans. Le comté de Rosnay fut détaché de celui de Vertus en 1602 lorsqu'il fut vendu, pour solder une créance de Odet d'Avaugour à François de Luxembourg (duc de Piney). En 1700, la famille Piney-Luxembourg vendait à Gédéon Berbier du Metz le comté, famille qui s'éteignit en 1839.

En 1789 Rosnay était de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection de Troyes et du bailliage de Chaumont.

Rosnay devient Rosnay-l'Hôpital le 13 janvier 1957.

Maladrerie[modifier | modifier le code]

La maladrerie de Rosnay aurait été fondée à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle et aurait à la charge des chanoines du château[réf. nécessaire]. La continuité se fit par les moines de l'abbaye de Montier-en-Der.

Château[modifier | modifier le code]

Il dut exister dès les premiers comtes et se trouvait sur la motte qui avait 23 m à sa base et 10 m à son sommet. Il fut occupé par les Anglais en 1358 et par les Français en 1361 ; le comté de Vertus l'a signalé comme bonne tour. Il est dans les mains de Henry VI en 1424 et sur l'aveu de 1636 est cité forteresse fermée de terrasse et de profonds fossés ; de la rivière de Voire avec pont levis. Dans l'enclos est la motte seigneuriale.

Commanderie hospitalière[modifier | modifier le code]

La commanderie de Rosnay est une commanderie hospitalière de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem fondée en juin 1231 sur des terres vendues par le comte de Brienne Gautier IV.

Foires[modifier | modifier le code]

Il y avait deux foires annuelles, à la Saints-Jacques-et-Christophe, 25 juillet et à la Saint-Thomas de Cantorbery, le 29 décembre. Elles se tenaient en la halle qui appartenait au seigneur ainsi que le pressoir.

La Naurois[modifier | modifier le code]

C'est un ancien fief mouvant relevant de Rosnay, tenu en 1366 par Pierre de Baugis qui faisait l'aveu pour sa terre de Noureie emprès Clareux. En 1516 elle est tenue en indivision par Germaine de Foix, reine d'Aragon et Isabelle de Fay, veuve de Jean de Sommièvre[1]. En 1636 elle est tenue par François de l'Hospital.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rosnay-l'Hôpital

D’azur au pont de bois de six arches posé sur une rivière mouvant de la pointe, surmonté de deux épées passées en sautoir cantonnées en chef et au flancs de trois colombes le tout d’argent accompagné en chef d’une lambel de cinq pendants d’or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Rosnay.

Rosnay était le siège d'une chastellenie qui regroupait une centaine de fiefs, elle fut modifié avec la réunion au comté de Vertus et se trouvait en grande partie dans la Marne actuelle. Elle était le siège d'une prévôté qui disparu en 1636 pour être réunie au bailliage qui fut créé en 1361.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Régis Suzanne    
mars 2008 En cours Brice Martin[2] DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2017, la commune comptait 181 habitants[Note 1], en diminution de 19,2 % par rapport à 2012 (Aube : +1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
535548522530561572610610632
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
568550560512482451436434421
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
412394375313353329339334322
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
273247242227215215215215224
2017 - - - - - - - -
181--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts, œuvre de l'artiste Eugène Bénet intitulée Le Poilu victorieux.

Église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame est classée Monument historique depuis 1846. Elle comporte une crypte. Cette crypte, contrairement à d'autres, n'est pas une ancienne église souterraine mais a servi à agrandir la surface disponible pour l'édification de l'église sise au sommet d'une butte.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le lavoir[modifier | modifier le code]

Le lavoir de la Voire rénové en 2010 par l'artisan menuisier-charpentier local, monsieur Denis Mirofle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'école[modifier | modifier le code]

Une école dirigée par les religieux existait déjà au XVIIIe siècle. La fresque de l'école a été réalisée en juin 2011 par des enfants aidés par des artistes.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Le château de Rosnay-l'Hospital - bâti en 1610 - privé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cénotaphe de Claude Berbier du Metz par Girardon, gouverneur de Gravelines.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site consacré à Rosnay-l'Hôpital

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis-François Le Fèvre de Caumartin, Recherche de la noblesse de Champagne...., Chaalons, Jacques Seneuze, , Sommiève.
  2. Site officiel de la préfecture de l‘Aube « Copie archivée » (version du 26 août 2009 sur l'Internet Archive)
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. Site consacré à A. Romand
  8. Etienne Geroges, Les Berbiers du Metz derniers comtes de Rosnay, Annuaire de l'Aube, 1891.

Bibliographie

Liez (Jean-Luc), ''Corpus de la statuaire médiévale et Renaissance de Champagne méridionale'', vol. VI, ''Canton de Brienne-le-Château'', éd. Dominique Guéniot, 2012, 235 p.