Roslï Näf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rösli Näf
Image dans Infobox.
Rösli Näf (à droite), château de la Hille, 1941.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Roslï Näf, ou Rosa Näf, née à 1911 à Glaris Centre, dans le canton de Glaris en Suisse, et morte en 1996 au Danemark, est une infirmière suisse, qui travaille avec Albert Schweitzer à Lambaréné au Gabon, avant de devenir directrice de la maison d'enfants au château de La Hille (Ariège, une maison refuge pour orphelins juifs, sous le contrôle du « Secours aux Enfants » lié à la Croix-Rouge suisse.

Avec la rafle du , les enfants sont incarcérés au camp du Vernet et sous la menace de déportation. Avec l'aide de Maurice Dubois (Croix-Rouge), elle obtient leur libération. Elle entreprend de faire passer en Suisse nombre d'entre eux, ce qui lui fait perdre son poste. Elle est reconnue comme une Juste parmi les Nations par Yad Vashem.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roslï Näf est née en 1911 à Glaris Centre, dans le Canton de Glaris, en Suisse.

Gabon[modifier | modifier le code]

Elle fait des études pour devenir une infirmière en psychiatrie à Zurich et en 1934, alors qu'elle finissait ses études, elle écoute une conférence d'Albert Schweitzer. Elle lui écrit qu'elle serait intéressée de travailler avec lui. Elle est surprise qu'il réponde immédiatement car il est encore en Suisse. Il lui téléphone quelques jours après, lui proposant de travailler comme infirmière à Lambaréné au Gabon. Elle travaille avec lui pendant trois ans. Elle prend un congé en Suisse au printemps de 1939 mais en septembre, avec le début de la Seconde Guerre mondiale, elle ne peut y retourner. Elle offre alors ses services à la Croix-Rouge suisse qui la met en contact avec Maurice Dubois[1],[2].

Secours aux enfants[modifier | modifier le code]

Le Cartel suisse d'aide aux enfants victimes de la guerre et vient en aide aux enfants juifs dans le sud de la France durant la Seconde Guerre mondiale. Il prend le nom en 1941 de Secours aux enfants de la Croix-Rouge suisse[3].

Maurice Dubois devient en juin 1940 délégué régional à Toulouse, supervisant une vingtaine de colonies, dont celle du château de La Hille, dans l'Ariège[3].

La rafle du 26 août 1942[modifier | modifier le code]

Depuis le printemps 1941, la Croix-Rouge Suisse-Secours aux enfants gère la colonie juive composée d'orphelins localisée au château de La Hille. La colonie est dirigée par Roslï Näf[4].

Tôt le matin du 26 août 1942, 45 jeunes de plus de 16 ans et trois employés juifs sont arrêtés par la gendarmerie, suivant les ordres des nazis et déportés au camp du Vernet, au nord de Pamiers (Ariège). Rösli Näf essaie de s'interposer, sans succès. L'emblème de la Croix-Rouge n'a aucun effet[4].

Les enfants sont sauvés par Roslï Näf[2],[5] et Maurice Dubois, qui se rendent à Vichy et obtiennent leur libération[6]. Maurice Dubois demande l'appui de la Légation de Suisse. L'ambassadeur de suisse à Vichy Walter Stucki[7],[8] étant en Suisse, il rencontre le Chargé d’affaires Decroux, qui lui fait le "meilleur accueil". Eleonor Dubois se rend en Suisse pour alerter les autorités fédérales[9]. Maurice Dubois menace de fermer toutes les maisons d'enfants de la zone libre[10] ou dans la toute France[2],[11], si les enfants arrêtés ne sont pas libérés. Il prend contact avec Gilbert Lesage, directeur du Service social des étrangers à Vichy, un Quaker, reconnu plus tard comme Juste parmi les Nations[12]. Maurice Dubois rencontre un adjoint de René Bousquet, Secrétaire général de la Police, qui vient de contribuer à l'organisation de la Rafle du Vélodrome d'Hiver des 16 et 17 juillet 1942, qui accorde la libération des enfants[13]

Les enfants reviennent à La Hille le 2 septembre 1942[14]. Roslï Näf organise immédiatement leur sauvetage, avec le passage en Espagne[15] et en Suisse[16],[17],[18],[19],[20] pour les plus âgés. Le sauvetage vers la Suisse d'une vingtaine d'enfants est une initiative personnelle de Roslï Näf. Les autorités de la Croix-Rouge suisse, n'ayant pas été consultées, exigent sa démission[3],[21]. D'autres se réfugient dans des fermes de la région. Une douzaine s'engagent dans la résistance. Un d'entre-eux, Egon Berlin, âgé de 16 ans, meurt au combat, près de Roquefixade (Ariège) et est enterré dans le cimetière de Pamiers[15]. Une douzaine arrêtés dans leur fuite de La Hille sont déportés et meurent à Auschwitz[6].

La colonie ferme fin 1945[22].

Sur la centaine d'enfants, environ 90 survivent à la guerre[6],[23].

Danemark[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, elle s'installe au Danemark[24].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Inge J. Bleier & David E. Gumpert, Inge: A Girl's Journey Through Nazi Europe, 2004, p. 104-106.
  2. a b et c Ruth Schütz-Usrad racontée par sa sœur. Mémoire juive. Bulletin 33. Février 2017, p. 11.
  3. a b et c Claire-Lise Droz. Maurice Dubois, un Juste qui sauva les enfants du château de La Hille. arcinfo.ch. 8 décembre 2007.
  4. a et b La tragédie des enfants de La Hille. histoire.redcross.ch.
  5. Edward Stourton, Le Chemin de la liberté: Echapper à Hitler à travers les Pyrénées, 2013.
  6. a b et c (en) Walter Bernstein. The children of the château de la Hille. ariege.com.
  7. Le Ministre de Suisse à Vichy, W. Stucki, au Chef du Département politique, M. Pilet-Golaz. Diplomatic Documents of Switzerland 1848–1978 • 1990–.
  8. Les 45 enfants raflés au Château de la Hille. campduvernet.eu.
  9. Les camps de la « zone libre » : Cohen (Monique-Lise) et Malo (Éric) (sous la direction de), Les camps du Sud-Ouest de la France, 1939-1940, Toulouse, Privat, 1994 (compte-rendu) Cohen Asher.Annales du Midi Année 1995 107-209 pp. 100-103.
  10. Sylvie Arsever. Des Suisses face au nazisme. Devoir de désobéissance. letemps.ch. 28 janvier 2008.
  11. name="sud">Le Secours Suisse aux Enfants dans le Sud de la France 1939 à 1947. archives.sci.ngo. Voir, p. 19.
  12. Les Suisses et le sauvetage des enfants juifs 1940-1944. shm43.free.fr. Voir, p. 20.
  13. Les Suisses et le sauvetage des enfants juifs 1940-1944. shm43.free.fr. Voir, p. 21.
  14. Les camps de la « zone libre » : Cohen (Monique-Lise) et Malo (Éric) (sous la direction de), Les camps du Sud-Ouest de la France, 1939-1940, Toulouse, Privat, 1994 (compte-rendu) Cohen Asher.Annales du Midi Année 1995 107-209 pp. 100-103.
  15. a et b (en) A young Jewish woman's escape over the Pyrenees to Spain. ariege.com.
  16. Ruth Fivaz-Silbermann, La fuite en Suisse: Les Juifs à la frontière franco-suisse durant les années de la "Solution finale", Calmann-Lévy, 2020, (ISBN 2702169376 et 9782702169377). Voir, note b.
  17. Les Suisses et le sauvetage des enfants juifs 1940-1944. shm43.free.fr.
  18. Les Français en train et les juifs... par la filière. shm43.free.fr.
  19. Daniel Bourgeois. La Suisse, les Suisses et la Shoah. memorialdelashoah.org. voir, p. 137, note 1.
  20. (en) Switzerland and Refugees in the Nazi Era. Independent Commission of Experts. Switzerland – Second World War. swissbankclaims.com. Zurich, 2001.
  21. Le Secours Suisse aux Enfants dans le Sud de la France 1939 à 1947. archives.sci.ngo.
  22. Château de La Hille. Le Musée. Histoire. chateaudelahille.com.
  23. 10 ans pour l’association “des enfants du château de la Hille”. gazette-ariegeoise.fr. 8 juin 2018.
  24. a et b (en) The "Righteous among the Nations" of Swiss nationality. Rosa NÄF (1986). phdn.org.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]