Rosier thé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les « rosiers Thé », ou rosiers à odeur de thé, sont des hybrides issus de croisements effectués par des rosiéristes.

Description[modifier | modifier le code]

'Archiduc Joseph'
'Catherine Mermet'

Les « rosiers Thé », ou rosiers à odeur de thé, sont issus de croisements entre d'une part un Rosa × odorata donc un des hybrides de Rosa chinensis × Rosa ×odorata nothovar. gigantea (soit Rosa ×odorata 'Hume's Blush Tea-scented China' soit Rosa ×odorata 'Park's Yellow Tea-scented China') et d'autre part un rosier Bourbon (Rosa chinensis × Rosa gallica ou Rosa damascena 'semperflorens' ou un rosier Noisette (Rosa moschata × 'Old Blush')[1]

Le premier rosier Thé, 'Adam', obtenu en 1833 pour certains aurait disparu, pour d'autres ce serait 'the President'[2]

Les rosiers Thé historiques, qui sont peu rustiques, ressemblent aux hybrides de thé, et beaucoup ont un port grimpant (climbing). Leur taille doit être très modérée, sinon ils fleurissent moins.

  • 'Archiduc Joseph', obtenu par Gilbert Nabonnand en 1872 est un semis de 'Mme Lombard'. C'est un buisson vigoureux à fleurs rose pourpré avec le centre rose carné
  • 'Catherine Mermet', Guillot 1809, buisson à grosses fleurs très pleines, rose carné
  • 'Devoniensis', Forster 1838 à grandes fleurs doubles blanches se teintées de rose ou de jaune, et 'Climb.Devoniensis', Parvitt Curtis 1858
  • 'Général Schablikine', G. Nabonnand 1878, à floraison très massive presque continue de fleurs carmin
  • 'Lady Hillingdon' obtenu par Lowe et Shawyer en 1910 ('Papa Gontier' × 'Mme Hoste') aux grandes fleurs mi-doubles jaune et surtout 'Climb.Lady Hillingdon', Hicks 1917, à grosse floraison continue jaune
  • 'Marie van Houtte', Ducher 1871, à fleurs très doubles, jaune tirant sur l'ivoire (climb en 1936)
  • 'Papa Gontier' G. Nabonnand 1883 et 'Climb Papa Gontier' Chevrier 1904, aux fleurs roses semi-doubles
  • 'Souvenir de Gilbert Nabonnand', Clément Nabonnand 1920, aux fleurs doubles parfumées passant du jaune au carmin
  • 'Souvenir de Mme Léonie Viennot', Bernaix 1898, aux fleurs très doubles, cuivre à reflets jaunes et roses.

hybrides[modifier | modifier le code]

  • les Thé-Polyantha, hybrides entre des rosiers Thé et de rosiers Poliantha, buissons à petites fleurs odorantes et remontantes.
    • 'Bloomfield Abundance' sport de 'Cécile Brunner', Thomas 1920, petites fleurs roses groupées en panicules portant jusqu'à 30 fleurs
    • 'Cécile Brunner' aux petites fleurs roses pâle en panicules (12 fleurs max) et 'Climb.Cécile Brunner', Hops 1914
    • 'Perle d'Or' Rambaud vers 1883, ou 'Yellow Cécile Brunner', d'un chamois virant au crème teinté de saumon.
  • les hybrides de thé issus d'Hybrides remontants et de rosiers Thé, les rosiers buissons à grandes fleurs.

La plantation[modifier | modifier le code]

Planter le rosier de préférence en exposition ensoleillée ou mi-ombre, à l'automne ou au printemps.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. p147 à 152 les roses anciennes, Charlotte Testu, la maison rustique Flammarion, (ISBN 2-7066-0139-6)
  2. Roses, Peter Beales, éd. du Chêne, (ISBN 2-85108-589-1) p349

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]