Rosières (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Usines de Rosières
logo de Rosières (entreprise)

Création 1869
Dates clés 22 juin 1982 immatriculation société actuelle

1987 : rachat par Candy

Fondateurs Jules Roussel
Personnages clés Henri Magdelénat
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan Prenez goût à l'innovation
Siège social Lunery
Drapeau de France France
Direction Yannick Fierling
Actionnaires Haier
Activité Électroménager
Société mère Candy Hoover Group
Effectif 96 en 2018
SIREN 324 479 302
Site web http://www.rosieres.fr

Fonds propres 5 432 300 € fin 2018
Chiffre d'affaires 19 651 100 € en 2018
Résultat net -419 700 € en 2018 (perte)

Usines de Rosières est un fabricant d'appareils de cuisson (fours, tables de cuisson, cuisinières, hottes…) et électroménagers (réfrigérateurs, laves-vaisselle, laves-linge…)[1] propriété du groupe Candy Hoover (racheté par Haier) issue d'une ancienne société française basée à Lunery, près de Bourges, qui était à l'origine une fonderie[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Création de la forge[modifier | modifier le code]

Les usines de Rosières sont créées sur la commune de Lunery en 1836 : le marquis de Boissy, propriétaire du moulin de Rosières (établi en 1102 et longtemps propriété des moines de l'abbaye de la Prée), fit construire à sa place des forges comprenant deux hauts-fourneaux, une fonderie avec six feux de forge et un laminoir. En 1844, il y ajoute un 3e haut-fourneau. De 1852 à 1856, Rosières est vendue successivement à MM. Gouin, Violette et Gallicher. En 1858, le marquis de Vogüé en fit l’acquisition, puis par suite des traités de libre-échange, il fut obligé de fermer l’usine.

Création de la fonderie de Rosières[modifier | modifier le code]

Rosières reprit son activité en 1869 lorsque Jules Roussel, maître de forges de la Mayenne, en devint propriétaire. Il transforma l’établissement en fonderie. L'usine fabrique divers produits en fonte «des objets de la vie quotidienne aux rails de chemins de fer.»[3]

Production de cuisinières et poêles en fonte[modifier | modifier le code]

À la mort de Jules Roussel, une société anonyme est alors créée par ses héritiers et ses ingénieurs. En 1909, Henri Magdelénat, polytechnicien, développe les moyens de production, réorganise et agrandit la fonderie, le montage, l'entretien et le magasin d'expédition. Il oriente la production vers le secteur des cuisinières et poêles en fonte.

Œuvres patronales[modifier | modifier le code]

À côté de l'usine, Jules Roussel crée une cité ouvrière, une ferme [4], deux écoles publiques gratuites (garçons et filles), un asile, une école maternelle, une chapelle. Après sa mort, les œuvres patronales seront poursuivies : société de secours mutuels (1878) qui prend en charge les frais de santé des ouvriers, caisse de retraites (1894).

Chronologie[modifier | modifier le code]

Entrée des usines de Rosières
  • 1836 : construction des forges de Rosières et du premier haut-fourneau par le marquis de Boissy ;
  • 1850 : reprise par le marquis de Vogüé qui développe l'activité vers la production de rails et de pièces lourdes pour le bâtiment et les travaux publics ;
  • 1869 : rachat par l'industriel Jules Roussel, qui transforme la forge en fonderie et crée la marque Rosières ;
  • 1870 : création par Jules Roussel d'une école de garçons et d'une école de filles destinée aux enfants des ouvriers de l'usine ;
  • 1877 : création de la société anonyme de Rosières qui se spécialise dans la fabrication d'appareils de cuisson [5] ;
  • 1892-1893 : grèves des ouvriers pour obtenir des augmentations de salaires (ils obtinrent satisfaction) ;
  • 1900 : 900 salariés ;
  • 1907 : fermeture définitive des hauts-fourneaux (fin de l'activité forges) [6];
  • 1909 : Henri Magdelénat oriente la fonderie vers l'émaillage de la fonte, la fabrication des cuisinières, poêles à bois et à charbon ;
  • 1920 : embauche des premiers immigrés polonais. En 1931, ils représenteront 98 % des 954 étrangers habitants à Lunery (soit le tiers de sa population) [7] ;
  • 1934 : obtention de la licence exclusive des célèbres cuisinières en fonte AGA inventées en Suède par Gustaf Dalén, prix Nobel[8]. La devise de l'entreprise est alors Rosières médite le passé, soigne le présent, prépare l'avenir.[9]
  • 1967 : création d'une usine à Saint-Doulchard ;
  • 1970 : 1 350 salariés, début du déclin de l'activité de l'entreprise ;
  • 1985 : partenariat avec Paul Bocuse qui signe l'une des cuisinières haut de gamme de la société «La Bocuse» ;
  • 1987 : rachat de Rosières par la famille Fumagalli, propriétaire du fabricant italien d'électroménagers Candy ;
  • 1989 : le siège social de la filiale française de Candy est installé sur le site de Rosières ;
  • 1993 : 708 salariés ;
  • 1998 : 115 salariés ;
  • 2006 : fermeture de la fonderie. Le site de Lunery s'oriente vers une activité de logistique.
  • 2015 : relance de la marque avec une nouvelle signature commerciale Rosières, prenez goût à l’innovation[10] ;
  • 2016 : 200 salariés sur le site de Lunery : environ 100 personnes travaillent à la fabrication d'appareils de cuisson[11],[12] (centre d'art culinaire de Rosières), environ 100 autres travaillent pour le SAV du groupe Candy-Hoover (GIAS)[13].
  • Juillet 2020 : Haier Europe annonce la fermeture des activités de production d'ici 2021 entrainant 72 suppressions d'emplois[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Catalogue 2016-2017 », sur www.rosieres.fr (consulté le 9 janvier 2017)
  2. « Usines de Rosières », sur www.societe.com (consulté le 11 juillet 2019)
  3. « Comment rester vigilant face à l’oubli ? Le musée de la fonderie à Rosières », sur Conversation mémorielle (revue transdisciplinaire) (consulté le 9 janvier 2017)
  4. « Les usines Rosières de Lunery (3) », sur http://www.genberry.com/ (consulté le 9 janvier 2017)
  5. « Il y a dix ans, la fonderie de Rosières s'éteignait », sur Le Berry républicain (consulté le 9 janvier 2017)
  6. « Les usines Rosières de Lunery (2) », sur http://www.genberry.com/ (consulté le 9 janvier 2017)
  7. « Travailleurs polonais et travailleurs français à Rosières entre 1920 et 1939. Une coexistence sans conflits? », sur http://barthes.ens.fr/ (consulté le 9 janvier 2017)
  8. « Rosières, une épopée de plus de 150 ans ! », sur www.rosieres.fr (consulté le 9 janvier 2017)
  9. « Rosières, une épopée de plus de 150 ans ! », sur www.cc-fercher.fr/tourisme.php (consulté le 9 janvier 2017)
  10. LSA – Libre Service Actualités, « Rosières prend un coup de jeune avec l’agence We love », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 août 2017)
  11. « ROSIERES HOOVER (LUNERY) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 324479302 », sur www.societe.com (consulté le 26 janvier 2017)
  12. Centre France, « Pluie de médailles aux usines de Rosières », www.leberry.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2017)
  13. « CANDY HOOVER SERVICE (LUNERY) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 379888845 », sur www.societe.com (consulté le 26 janvier 2017)
  14. Centre France, « Social - 72 suppressions de postes annoncées à l'usine de production Rosières à Lunery », sur www.leberry.fr, (consulté le 2 août 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]