Rosetta (Mac OS X)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rosetta (basée sur la technique de Transitive) est un traducteur à la volée de code binaire d'architecture PowerPC en x86, permettant l'exécution sans modification des logiciels conçus et compilés pour Mac OS X sur PPC sur les ordinateurs Apple à base de processeurs Intel.

Le code est traduit en binaire x86 par bloc, puis est exécuté.

Rosetta a été intégré dans Mac OS X depuis le par Apple pour assurer la transition en douceur des applications entre les ordinateurs Macintosh à base de processeurs PowerPC vers les Mac à base de processeurs Intel x86[1]. Rosetta n'est utilisée que par les applications non universelles (qui ne sont pas compilées pour x86) qui peuvent ainsi fonctionner sur les Mac à processeur Intel x86.

Les applications tournant dans Rosetta fonctionnent plus lentement que les applications universelles et sont également jusqu'à 50 % plus gourmandes en mémoire vive.

Mais certaines applications ne peuvent pas fonctionner avec Rosetta, comme Virtual PC de Microsoft qui a besoin d'avoir accès directement au processeur PowerPC. Les applications écrites pour Mac OS 9 ne fonctionnent pas avec Rosetta.

Les applications dites universelles sont prévues pour tourner de façon optimisée à la fois sur Macintosh PowerPC et x86.

À noter qu'à partir de Mac OS 10.7 (Lion), Rosetta n'est plus intégré.

Rosetta 2[modifier | modifier le code]

Une nouvelle version, Rosetta 2, a été inclue à macOS Big Sur[2] pour permettre une nouvelle transition des applications compilées pour x86 vers les nouveaux processeurs Apple M1. En plus de la traduction à la demande (just-in-time) présente dans la première version de Rosetta, la version 2 permet la traduction au moment de l'installation[3]. L’amélioration de vitesse apportée par les nouveaux processeurs est telle que, malgré le principe coûteux en performance de traduction des binaires, l’exécution d’une application traduite avec Rosetta 2 peut être plus rapide que l'application source sur processeur Intel[4].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stephen Shankland, « The brains behind Apple's Rosetta: Transitive », sur CNET (consulté le 17 novembre 2020)
  2. (en) Tom Warren, « Apple is switching Macs to its own processors starting later this year », sur The Verge, (consulté le 17 novembre 2020)
  3. (en) « Keynote - WWDC 2020 - Videos », sur Apple Developer (consulté le 17 novembre 2020)
  4. « Même avec Rosetta 2, l’Apple M1 reste plus rapide que les Mac Intel », sur MacGeneration (consulté le 17 novembre 2020)