Rosemonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rosemonde
Pietro della Vecchia - Rosamund forced to drink from the skull of her father.jpg
Rosemonde forcée de boire dans le crâne de son père, par Pietro della Vecchia (XVIIe siècle)
Titre de noblesse
Reine consort
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Père
Conjoints
Alboïn
Helmichis (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Rosemonde († Ravenne, 572) est une reine lombarde, épouse du roi Alboïn.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rosemonde est la fille de Cunimond, roi des Gépides.

Vers 566, Cunimond est vaincu et tué par Alboïn, roi des Lombards, qui s'empare de Rosemonde et l'épouse de force avant d'envahir l'Italie en 568.

Alboïn et Rosemonde, par Peter Paul Rubens (1615)

Lors d'un festin qu'il donne à Vérone, Alboïn a la cruauté de tendre à Rosemonde une coupe faite du crâne de Cunimond et d'ajouter : « Buvez gaiement avec votre père ». Rosemonde dissimule toute son horreur mais jure dès lors de se venger.

En 572, à Vérone, elle parvient à le faire assassiner par son jeune amant, un écuyer lombard du nom d'Helmichis (en) qui cherchait à monter sur le trône. Rosemonde et son amant, menacés de mort par les partisans d'Alboïn, fuient à Ravenne, capitale d'un territoire appartenant à l'Empire byzantin.

Le gouverneur de Ravenne, Longinus, qui avait aidé les amants à planifier le meurtre d'Alboïn[1], persuade Rosemonde de se débarrasser d'Helmichis et de l'épouser. Rosemonde accepte et tente d'assassiner son ancien amant en l'empoisonnant : elle lui offre une coupe empoisonnée au moment où il sort de son bain mais celui-ci, sentant qu'il vient de boire un breuvage mortel, tire son épée et force Rosemonde à boire ce qui reste dans la coupe[2].

L'histoire des « amants de Vérone » a inspiré de nombreux artistes italiens, mais aussi allemands, flamands, français et britanniques.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Hans Sachs (1494–1576) et Friedrich de La Motte-Fouqué (1777–1843) mentionneront également Rosemonde dans leurs poésies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Herwig Wolfram, The Roman Empire and its Germanic Peoples, University of California Press, California, 1997, p. 291.
  2. Edward Gibbon (trad. François Guizot), Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, t. 8, Paris, Lefèvre, (lire en ligne), p. 329-331

Sources primaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :