Rosemonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la Belle Rosemonde, voir Rosemonde Clifford.
Rosemonde
Pietro della Vecchia - Rosamund forced to drink from the skull of her father.jpg

Rosemonde forcée de boire du crâne de son père par Pietro della Vecchia

Biographie
Naissance
Décès
Père
Conjoint

Rosemonde († 572) est une princesse gépide fille du roi Cunimond.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vers 565, après la défaite des Gépides face à une coalition lombardo-avare servant les intérêts de l'Empire byzantin et la mort de son père, Rosemonde est prise pour épouse par le roi lombard Alboïn et doit le suivre en Italie jusqu'à son royaume.

Alboïn et Rosemonde, Peter Paul Rubens (atelier), 1615

En 572, à Vérone, elle le fait assassiner par son jeune amant, un écuyer lombard du nom d'Helmegis (ou Elmechi en italien). Rosamonde et Helmegis se marient à Ravenne, mais ils sont bientôt partagés lorsque Rosamonde, pour tenter de gagner la faveur, prend pour amant Longinus, l'exarque, qui les a aidés à planifier le meurtre d'Alboïn[1].

A l'instigation de Longinus, qui promet de l'épouser, Rosamonde tente d'assassiner son ancien amant Helmegis en l'empoisonnant, lui tendant la boisson après qu'il s'est lavé. Cependant, elle est plutôt assassinée par Helmegis, qui la force à boire le poison avant de se suicider par les mêmes moyens.[2].

Cet événement historique a inspiré de nombreuses histoires dans le folklore d'Italie du Nord jusqu'au XIXe siècle.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Rosemonde est un des personnages du film d'aventure italien Le Glaive du conquérant de Carlo Campogalliani. Le personnage est incarné par l'actrice Eleonora Rossi Drago.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Herwig, Wolfram (1997), The Roman Empire and its Germanic Peoples, University of California Press, California, p. 291
  2. Edward Gibbon (trad. François Guizot), Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, t. 8, Paris, Lefèvre, (lire en ligne), p. 329-331

Liens externes[modifier | modifier le code]