Rosemarie Castoro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rosemarie Castoro
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Formation

Rosemarie Castoro (née à Brooklyn en et morte à New York en ) est une artiste américaine associée au courant minimaliste new-yorkais[1].

Vie et œuvre[modifier | modifier le code]

Rosemarie Castoro pratique plusieurs arts dont le dessin, la peinture, la sculpture et d'autres. Elle est associée au minimalisme, mais aussi à l'art conceptuel et à la poésie concrète. C'est une pionnière de la peinture monochrome et de l'abstraction. Le corps humain en mouvement à travers l'espace physique est un thème récurrent dans son travail. Dans les années 1960, elle participe à plusieurs représentations avec une pionnière de la danse minimale, Yvonne Rainer[1]. Elle fait des études de chorégraphie à l'Institut Pratt et obtient son diplôme de BFA cum laude en 1963. Dans les années 1970, Castoro se concentre sur la sculpture. En 1971, elle crée une série de sculptures minimales géantes, appelées Free Wall Wall Pieces, qui permettront les interactions performatives. La surface des panneaux enduite d'un mélange de graphite, de gesso et de marbre, appliqué abondamment pour créer des coups de pinceau rugueux et massifs.

À la mort de Rosemarie Castoro, sa galerie déclare qu'« elle avait une conscience aigüe de la façon dont les artistes femmes travaillant dans un style formaliste n'étaient pas épargnées en leur temps par les discriminations de genre », même si son travail était resté « strictement voué à un style abstrait non représentationnel[2],[3] ».

Rosemarie Castoro à Artpark[modifier | modifier le code]

L'affiche d'Artpark de 1979 présente la sculpture Flashers de Rosemarie Castoro sous le titre « Sculpture publique à l'ère post-héroïque[4] ». Artpark propose de la sculpture, de la performance et de l'art public. Rosemarie Castoro y réalise une série de formes figuratives en tôle noire de sept pieds de haut[5]. Dans cette exposition, présentée à New York du au ,l'artiste donne une voix à l'art figuratif et un moyen de l'explorer.

Collections[modifier | modifier le code]

Bourses[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-US) « Rosemarie Castoro (1939–2015) », sur www.artforum.com (consulté le 15 juin 2019)
  2. (en) « Rosemarie Castoro (1939-2015) » (consulté le 5 avril 2019)
  3. « news - sp-arte laments the passing of artist rosemarie castoro », Sp-arte.com (consulté le 17 janvier 2016)
  4. Artpark. Affiche « Artpark '79 », 1979. Archives Artpark. Archives du centre d'art de Burchfield Penney, Centre d'art de Burchfield Penney, Buffalo.
  5. « Rosemarie Castoro: Flashers: About the Exhibition », Public Art Fund (consulté le 25 mars 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]