Roselin de Thura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Carpodacus thura

Carpodacus thura
Description de cette image, également commentée ci-après
Dessin d'un couple de roselins de Thura par Keulemans
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Fringillidae
Genre Carpodacus

Espèce

Carpodacus thura
Bonaparte & H. Schlegel, 1850

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Roselin de Thura (Carpodacus thura) est une espèce de passereaux de la famille des Fringillidae.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cet oiseau peuple le Nord de l’Afghanistan et du Pakistan, l'Himalaya, le nord et nord-est de l’Inde, le sud du Tibet et l'ouest de la Chine.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après Alan P. Peterson, cette espèce est constituée des sous-espèces suivantes :

  • C. t. thura Bonaparte & Schlegel, 1850 : centre de l’Himalaya, de l’ouest du Népal au Bhoutan, sud du Tibet ;
  • C. t. blythi (Biddulph, 1882) : nord-est de l’Afghanistan et nord de l’Inde ;
  • C. t. deserticolor (Stegmann, 1931) : nord-est du Tsinghaï ;
  • C. t. femininus Rippon, 1906 : sud-est du Tibet, nord-est de l’Inde, nord d’Arunachal Pradesh, ouest de la Chine, nord du Yunnan.

Les formes charmensis et chayulensis ne sont plus reconnues actuellement et incluses dans femininus.

Une sous-espèce supplémentaire est reconnue par Clements (6e édition, révisée 2009) et Howard & Moore (3e édition, 8e correction) :

  • C. t. dubius Przevalski, 1876 ; est du Tibet, nord du Seutchouan, est du Tsinghaï, est du Kansou, ouest de la Chine.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Rasmussen (2005), en raison de différences dans le plumage, les proportions et la voix, élève dubius au rang d’espèce propre, Ottaviani (2008) la maintient comme simple sous-espèce.

Habitat[modifier | modifier le code]

Son habitat recouvre les broussailles, les fourrés de genévriers, de saules et de rhododendrons, les formations de bambous, les arbustes et les arbrisseaux d’altitude, les prairies alpines et les lisières de forêts.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Elle comprend des baies des genres Juniperus, Berberis et Rubus, des graines de différents buissons et de plantes herbacées. Des parties végétales d’autres plantes comme un plantain nain (Plantago sp.), une potentille basse (Potentilla sp.) et un groseillier (Ribes sp.) ont également été décrites et illustrées.

Mœurs[modifier | modifier le code]

Plusieurs séquences vidéo extraites du site « Internet Bird Collection » révèlent que l’espèce se déplace avec une grande agilité sur le sol, se faufile au milieu des herbes, évolue sur le sol du sous-bois en quête de nourriture (pousses, petites feuilles et graines de plantes herbacées).

Nidification[modifier | modifier le code]

La saison de nidification a lieu à la fin-juillet et en août. Le nid est une large coupe de tiges d’herbes et de mousses assemblées avec du crin. Il est placé dans un buisson bas ou un genévrier rampant. La ponte compte trois ou quatre œufs bleu verdâtre tachetés de noir vers le gros pôle.

Déplacements[modifier | modifier le code]

Le roselin de Thura est un sédentaire commun, sujet à des déplacements d’altitudes. Il gagne des zones plus basses en hiver mais certains sujets ont été observés en haute montagne même au cours d’hivers rigoureux à fortes chutes de neige.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ottaviani, M. (2008) Monographie des Fringilles (fringillinés – carduélinés) – Histoire Naturelle et photographies. Volume 1, 488 pages. Editions Prin, Ingré, France.
  • Rasmussen, P. C. (2005). Revised species limits and field identification of Asian Rosefinches, Birding Asia, vol. 3 (2005), p. 18-27.

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :