Roseau commun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sagne.

Phragmites australis

Le Roseau commun ou Sagne (Phragmites australis) est une espèce de plante vivace de la famille des Poaceae, sous-famille des Arundinoideae.

Elle est présente naturellement ou introduite en Asie, en Europe, en Amérique, en Afrique et en Australie.

Elle a une tendance à devenir envahissante.

Dans la province de Québec, au Canada, cette plante exotique est très présente dans les ruisseaux aux abords des routes et elle a envahi de telle sorte que les quenouilles (Typha) ont perdu leur domination dans ces ruisseaux, tout autour de Montréal du moins.

Description[modifier | modifier le code]

Cette graminée a de longues tiges fines ornées d'un plumeau argenté et peut mesurer jusqu'à 3 m de haut. En colonie, elle constitue une roselière, végétation rencontrée généralement dans les zones humides, sur des sols gorgés d'eau et peu oxygénés.

C'est une plante aquatique qui doit avoir sa racine dans l'eau. Elle pousse sur un sol argileux ou tourbeux.

Sa numération chromosomique est 2n=36, 48, 54, 96

Aire de distribution et habitats[modifier | modifier le code]

Utilisations[modifier | modifier le code]

Les roseaux étaient utilisés localement, dans les toitures des maisons et pour fournir de la litière aux animaux. Ils constituent un abri de choix pour les passereaux et les petits mammifères. Les patronymes Sagne, Sagnes, Sagnier, etc. sont liés aux anciens métiers d'exploitation de ces roseaux. Ils sont aussi largement utilisés dans les stations d'épurations à filtre planté de roseaux (phytoépuration).

Toxicité[modifier | modifier le code]

La sous-espèce P. a. australis est connu pour sécréter de l'acide gallique, qui est dégradé en acide mesogallique sous l'effet des ultraviolets naturels (photodécomposition). Ces deux acides sont fortement toxiques pour de nombreuses plantes.

Phragmites et cycles des métaux lourds[modifier | modifier le code]

Durant le temps de décomposition des feuilles de roselières (phragmites australis) dans l'eau ou sur la vase, on observe que le taux d'éléments traces métalliques et de métaux lourds augmente dans la matière organique en décomposition. Il augmente au même rythme que le taux d'ergostérol, ce qui laisse penser que ce sont les champignons aquatiques qui se nourrissent des feuilles en décomposition qui y fixent des ions métalliques collectés dans l'eau[1]. Les tourbières pourraient ainsi jouer un certain rôle dans la dépollution de l'eau, et interférer avec le cycle des polluants métalliques dans les zones humides[2].

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Arundo phragmites L.
  • Arundo australis Cav.
  • Phragmites communis Trin.
  • Arundo vulgaris Lam.
  • Phragmites vulgaris (Lam.) Crép.
  • Phragmites longivalvis Steud.
  • Phragmites communis var. longivalvis (Steud.) Miq.
  • Phragmites vulgaris var. longivalvis (Steud.) W.Wight

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Notes et autres références[modifier | modifier le code]

  1. Gijs Du Laing, Gunther Van Ryckegem, Filip M.G. Tack, Marc G. Verloo (2006), Metal accumulation in intertidal litter through decomposing leaf blades, sheaths and stems of Phragmites australis ; Chemosphere Volume 63, Issue 11, June 2006, Pages 1815–1823 (résumé)
  2. G. Du Laing, A.M.K. Van de Moortel, W. Moors, P. De Grauwe, E. Meers, F.M.G. Tack, M.G. Verloo (), Factors affecting metal concentrations in reed plants (Phragmites australis) of intertidal marshes in the Scheldt estuary ; Pollution control by wetlands  ; Ecological Engineering Volume 35, Issue 2, 9 February 2009, Pages 310–318 (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]