Rose de porcelaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Etlingera elatior

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir rose.

La rose de porcelaine (Etlingera elatior) est une espèce appartenant au genre Etlingera de la famille des Zingiberaceae, originaire de Malaisie. Elle est appelée ginger torch dans les pays anglo-saxons et bastón de emperador (bâton de l'empereur) dans les pays hispanophones.

Description de l'espèce[modifier | modifier le code]

C'est une plante herbacée vivace d'origine tropicale. Les feuilles et tiges ressemblent à celles du gingembre, elles viennent par touffes. Feuilles et fleurs apparaissent sur des tiges séparées à partir de tubercules souterrains.

La feuille peut atteindre 4 à 5 mètres de hauteur selon les régions.

Sa fleur est l'une des plus spectaculaires des espèces tropicales, car on la croit artificielle au premier regard, tant elle est parfaite. Les variétés les plus courantes sont de couleur rouge vif, une autre porte des fleurs roses. Quand sort un bourgeon, un parfum surprenant s'en échappe.

Habitat et culture[modifier | modifier le code]

Originaire d'Asie du Sud-Est, cette plante demande un sol riche, irrigué et protégé des vents forts.

Composition, propriétés[modifier | modifier le code]

Dans des feuilles de E. elatior, trois acides caffeoylquiniques ont été isolés, dont l'acide chlorogénique (CGA) et trois flavonoïdes, la quercitrine, l'isoquercitrine et la catéchine . La teneur en CGA était significativement plus élevée que dans les fleurs de Lonicera japonica (chèvrefeuille japonais), la source commerciale principale. Un protocole de production d'un extrait standardisé d'herbes CGA provenant de feuilles d' E. Elatior concentré à 40% a été développé, le CGA commercial des extraits de fleurs de chèvrefeuille a une concentration typique de seulement 25%.

Les feuilles d' E. Elatior ont une activité d'inhibition antioxydante , antibactérienne et tyrosinase la plus élevée parmi les cinq espèces d' Etlingera étudiées.

Les propriétés antioxydantes (PAO) des feuilles étaient significativement plus fortes que celles des fleurs et des rhizomes. Les feuilles des populations des hautes terres présentaient des valeurs de PAO plus élevées que leurs homologues des basses terres. Le séchage thermique des feuilles provoque des baisses drastiques de la PAO, tandis que les feuilles lyophilisées présentent des valeurs de PAO significativement plus élevées.

Les extraits éthanoliques des inflorescences ont une activité antimicrobienne et sont cytotoxiques pour les cellules HeLa. L'activité antioxydante des diarylheptanoïdes isolés à partir des rhizomes est supérieure à celle de l' α-tocophérol.

E. elatior a un effet antioxydant contre l'hépatotoxicité induite par le plomb chez le rat.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Les fleurs roses flamboyants se conservent pendant plusieurs jours et sont utilisées dans des arrangements floraux.

Dans le nord de Sumatra, sous le nom asam cikala (asam signifie aigre), les boutons floraux sont utilisés dans un plat appelé ikan mas arsik (Carpes ou vivaneau agrémentées d'andaliman (poivre indonésien), échalote, ail, gingembre, curcuma frais et piment). Dans la langue Indonésienne Batak Karo, la rose de porcelaine est également connue sous le nom asam cekala. Les boutons floraux, mais plus important encore, les gousses de graines matures, qui sont bourrés de petites graines noires, sont un ingrédient essentiel de la version Karo de la soupe sayur asam (soupe dont les ingrédients communs sont tamarin, arachides, jeunes fruits du jacquier, jeunes feuilles et graines de Gnetum Gnemon , bilimbi , chayotte , haricots longs, parfois enrichi avec le bouillon de boeuf et de maïs).

En Malaisie, la fleur porte le nom de bunga kantan, les tiges et les inflorescences sont coupées et ajoutées à des soupes Nonya laksa (différents types de soupes avec des nouilles au curry ou du riz).

En Bahasa indonésien, elle porte le nom bunga kecombrang ou Honje, en Thaïlande ดาหลา (Da laa).

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon Kew Garden World Checklist (26 sept 2011)[1] :

  • Alpinia acrostachya Steud., Nomencl. Bot., ed. 2, 1: 62 (1840).
  • Alpinia diracodes Loes. in H.G.A.Engler, Nat. Pflanzenfam. ed. 2, 15a: 614 (1930), nom. illeg.
  • Alpinia elatior Jack, Malayan Misc. 2(7): 2 (1822).
  • Alpinia javanica (Blume) D.Dietr., Syn. Pl. 1: 13 (1839), nom. illeg.
  • Alpinia magnifica Roscoe, Monandr. Pl. Scitam.: t. 75 (1828).
  • Alpinia speciosa (Blume) D.Dietr., Syn. Pl. 1: 13 (1839).
  • Amomum magnificum (Roscoe) Benth. & Hook.f. ex B.D.Jacks., Index Kew. 1: 108 (1893).
  • Amomum tridentatum (Kuntze) K.Schum., Bot. Jahrb. Syst. 27: 309 (1899).
  • Bojeria magnifica (Roscoe) Raf., Fl. Tellur. 4: 50 (1838).
  • Cardamomum magnificum (Roscoe) Kuntze, Revis. Gen. Pl. 2: 687 (1891).
  • Cardamomum tridentatum Kuntze, Revis. Gen. Pl. 2: 686 (1891).
  • Diracodes javanica Blume, Enum. Pl. Javae 1: 55 (1827).
  • Hornstedtia imperialis (Lindl.) Ridl., J. Straits Branch Roy. Asiat. Soc. 32: 148 (1899).
  • Nicolaia magnifica (Roscoe) K.Schum. ex Valeton, Bull. Inst. Bot. Buitenzorg 20: 35 (1904).
  • Nicolaia elatior (Jack) Horan., Prodr. Monogr. Scitam.: 32 (1852).
  • Phaeomeria imperialis Lindl., Intr. Nat. Syst. Bot., ed. 2: 446 (1836), nom. inval.
  • Phaeomeria magnifica (Roscoe) K.Schum. in H.G.A.Engler (ed.), Pflanzenr., IV, 46: 262 (1904).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :