Rose Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rose Blanc
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 23 ans)
AuschwitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Rose Blanc, dite Rosette Blanc, née à Elne (Pyrénées-Orientales) le et morte en déportation à Auschwitz (Pologne) le du typhus, est une militante communiste et résistante française[1].

Elle a été membre de l'Union des jeunes filles de France formé en 1937.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rose Blanc est née à Elne dans une famille d'agriculteurs modestes, dont elle est la cinquième enfant sur huit et la deuxième fille. La famille déménage à l'ouest de Perpignan, au Soler, en 1932, où elle poursuit sa scolarité jusqu'à l'âge de quatorze ans, obtenant son certificat d'études[1]. En 1940, elle entre dans l'organisation clandestine du Parti communiste et devient résistante sous le nom d'Amélie Garrigue. Deux ans plus tard, elle est prise dans les filets des brigades spéciales puis envoyée entre les mains des Allemands.

Elle est déportée avec le convoi des 31000 à Auschwitz le 24 janvier 1943. Son matricule 31652 est tatoué sur son avant bras gauche.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Balent, « Blanc (Rose, Émilie, Louise) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414)
  • André Balent, « Plaque en hommage à la résistante Rose Blanc », sur Musée de la résistance en ligne
  • Charlotte Delbo, Le Convoi du 24 janvier, Éditions de Minuit, 1965 (réédité en 2002), 304 p. (ISBN 2-7073-1638-5)
  • Étienne Frenay, « Rose Blanc une militante, une héroïne », Le Travailleur Catalan,‎
  • Monique Houssin, Résistantes et résistants en Seine-Saint-Denis : un nom, une rue, une histoire, Editions de l'Atelier, (ISBN 9782708237308)
  • Georges Sentis, Rose Blanc : une jeune résistante catalane déportée à Auschwitz avec le convoi des 31.000 (janvier 1943), Perpignan, Éditions M./R. [Marxisme/Régions], (ISBN 9782916921488)
  • Fédération du Parti Communiste Français des Pyrénées-Orientales, Face à l'occupant et à la collaboration Rose Blanc et Francine Sabaté : deux jeunes catalanes dans la résistance, Mouvement de la Jeunesse communiste des Pyrénées Orientales, Fédération du Parti communiste français des P. O., Union des Femmes françaises,
  • « Rose dite « Rosette », BLANC – 31652 », sur Mémoire Vive
  • « Hommage à Rosette Blanc », L'Indépendant,‎ (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b André Balent, « Blanc (Rose, Émilie, Louise) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414)