Roquelaure (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roquelaure.

Roquelaure
Roquelaure (Gers)
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Auch
Canton Gascogne-Auscitaine
Intercommunalité Le Grand Auch Cœur de Gascogne Agglomération
Maire
Mandat
Michel Baylac
2014-2020
Code postal 32810
Code commune 32348
Démographie
Gentilé Roquelaurais
Population
municipale
576 hab. (2015 en diminution de 0,69 % par rapport à 2010)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 43′ 16″ nord, 0° 34′ 47″ est
Altitude Min. 106 m
Max. 239 m
Superficie 21,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Roquelaure

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Roquelaure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roquelaure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roquelaure

Roquelaure (Ròcalaura en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Roquelaure se situe dans le canton d'Auch-Nord-Ouest et dans l'arrondissement d'Auch, à 8,4 km au nord d'Auch. Les communes les plus proches géographiquement sont Castillon-Massas (2,5 km), Peyrusse-Massas (2,8 km), Castin (4 km), Preignan (4,6 km) et Roquefort (4,8 km). Condom est à 31,3 km et Mirande à 26,7 km[1].

Roquelaure est limitrophe avec, au sud, Auch, chef-lieu du Gers, à l'ouest, les communes de Castillon-Massas et Peyrusse-Massas, à l'est, les communes de Preignan et Sainte-Christie et au nord, la commune de Roquefort[2].

Roquelaure fait partie de la région agricole du Haut Armagnac. Historiquement, elle se rattache au pays de Fezensac[3].

Roquelaure fait partie, avec trente-huit autres communes de l'aire urbaine d'Auch.

Situation de la commune

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Roquelaure[2]
Peyrusse-Massas Roquefort Sainte-Christie
Castillon-Massas Roquelaure Preignan
Auch

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 123 ha et l'altitude varie de 106 m à 239 m[4]. Le point le plus bas se trouve au sud-est de la commune au niveau du Gers. Le point culminant est situé au sud-ouest au lieu-dit Lasarroques[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs cours d'eau traversent ou délimitent les frontières de la commune[2].

  • Le Talouch traverse le milieu de la commune du sud vers le nord, avant de confluer dans le Gers dans la commune voisine de Roquefort.
  • Le Gers délimite la frontière orientale du territoire de la commune.
  • Le Laoubadère est un petit ruisseau situé dans la partie sud-est de la commune et qui conflue dans le Gers sur le territoire de Preignan.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières

La commune de Roquelaure est traversée par différentes routes départementales[2].

  • La D 148 traverse la partie occidentale de la commune du sud vers le nord, en provenance de Castin et en direction de Peyrusse-Massas.
  • La D 272 traverse le territoire de la commune en son centre selon un axe ouest-est. Débutant au croisement avec la D 148, elle se dirige vers l'est en direction de Preignan.
Transports

Les transports en commun (interurbains, scolaires, à la demande) sont ceux organisés par le conseil général du Gers[5].

La gare SNCF la plus proche est celle d'Auch, desservie par les TER Midi-Pyrénées en provenance et en direction de Toulouse-Matabiau. L'aérodrome d'Auch-Lamothe se trouve sur la RN 21 à l'entrée d'Auch.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Roquelaure signifie le rocher couvert de laurier[6]. Ses habitants sont les Roquelaurois[7].

Durant la Révolution française, la commune est brièvement renommée La Montagne[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'occupation du site de Roquelaure est ancienne puisque des vestiges néolithiques ont été découverts aux lieux-dits le Houchet et la Sioutat[3].

Ce même site de la Sioutat est un plateau devenu le siège d'un oppidum dès l'âge du fer. Celui-ci continue à être occupé à l'époque gallo-romaine, comme le prouvent les vestiges des thermes romains, découverts en 1785 et détruits dès 1790 (les pierres ont servi pour bâtir des écuries et la grange de la ferme du château du Rieutort dont la ferme s'appelle aujourd'hui La Bordeneuve[réf. nécessaire]). Les ruines d'une vaste villa gallo-romaine y ont été trouvées en 1962, révélant notamment de riches fresques[3]. Des fouilles ont lieu à partir de 2007 et mettent au jour la partie centrale de la villa.[réf. nécessaire]

Un village fortifié a été construit sur le site actuel dans le courant du XIIe siècle sur les auspices des seigneurs de Roquelaure.

Le village reçoit sa charte de coutumes en 1244. À partir du XVIe siècle les Roquelaure construisent et entretiennent une chapelle dans l'église gothique de Saint-Loup. Plusieurs des seigneurs de Roquelaure, dont Antoine de Roquelaure, sont enterrés dans la crypte de l'église. À la fin du XVIe siècle, François Ier fait construire un fort, dont les vestiges sont encore visibles, sur la pente nord de la colline, pour surveiller le chemin vers Peyrusse-Massas. Les terrains du fort sont devenus le stade Robert-Dauzère depuis 1969.

Antoine de Roquelaure construit à proximité le château de Rieutort qui est actuellement la propriété d'Olivier de Montal[3]. Dans ce même château, Henri IV dormit une nuit avec Antoine de Roquelaure.[réf. nécessaire]

Il existe un passage souterrain entre le château du Rieutort dans la bâtisse des écuries et le château d'Arcamont, lequel était un château destiné à recevoir les dames afin qu'elles puissent voir leur mari au pavillon de chasse. Un autre passage souterrain va de Rieutort à l'église de Castillon-Massas, mais il a été bouché à cause de l'état du tunnel. En 2010, le toit de la tour (pigeonnier) d'Arcamont s'est effondré en raison de la pluie et de la vétusté de la bâtisse.

L'ancienne commune d'Arcamont est rattachée à Roquelaure en 1950[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Commune française du département du Gers en région Midi-Pyrénées, Roquelaure fait partie du canton d'Auch-Nord-Ouest lui-même situé dans l'arrondissement d'Auch.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Michel Baylac[8] DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Si Roquelaure fait partie des 39 communes de l'aire urbaine d'Auch elle n'appartient pas pour autant à sa communauté d'agglomération dont les communes sont situées plutôt au sud-est du chef-lieu, mais, avec 18 autres communes, à la communauté de communes Cœur de Gascogne.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2015, la commune comptait 576 habitants[Note 1], en diminution de 0,69 % par rapport à 2010 (Gers : +1,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
795756808814820811758776780
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
710642658660635593571562581
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
576544446433457471422460432
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015
424338392464454503558574576
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Note : À partir de 1954, le recensement inclut la population d'Arcamont.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Roquelaure dispose d'une école primaire publique (64 élèves en 2013)[13]. Celle-ci est en regroupement pédagogique avec celle de Castillon-Massas[7].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 1er dimanche de septembre[14] ;
  • Festival de théâtre de rue : 3e week-end de juillet[7].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture est présente sur la commune ainsi que la viticulture. On y produit des vins de pays côtes-de-gascogne, du floc de Gascogne ainsi que des armagnacs.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Orthodromie de Roquelaure sur le site lion1906.com
  2. a, b, c, d et e Carte IGN sous Géoportail
  3. a, b, c et d Pascale Urizzi, « Roquelaure », dans Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. I : Arrondissement d'Auch, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers, , 460 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF39151085)
  4. a, b et c Notice Cassini
  5. Conseil général du Gers : routes et transports
  6. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie gasconne, Éditions Sud-Ouest, coll. « Sud-Ouest Université » (no 2), , 125 p. (ISBN 2-87901-693-2, notice BnF no FRBNF40160701)
  7. a, b et c Roquelaure sur le site de la Communauté de communes Cœur de Gascogne
  8. Site de la préfecture - Fiche de Roquelaure
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, École primaire publique de Roquelaure
  14. Michel de La Torre, Gers : Le guide complet de ses 462 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5032-2, notice BnF no FRBNF35576310)