Ronan Le Coadic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ronan Le Coadic
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Anne Guillou (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ronan Le Coadic, né à Saint-Brieuc dans les Côtes-d'Armor le , est un sociologue breton. Il est professeur de culture et langue bretonne à l'Université Rennes 2. Il mène une triple activité de recherche, de vulgarisation et de bénévolat associatif sur trois thèmes corrélés : l'étude de la Bretagne contemporaine, la conceptualisation des situations minoritaires, et l'analyse des cas concrets de minorités à travers le monde.

Parcours[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris en 1986, il travaille brièvement dans une entreprise privée de formation permanente avant de reprendre ses études et de préparer l'agrégation de sciences sociales. Reçu en 1989, il enseigne les sciences économiques et sociales en lycée pendant quatre ans. Puis il prend la direction éditoriale d'une maison d'édition pédagogique en langue bretonne, TES, où il demeure sept ans, tout en poursuivant ses études de sociologie.

Reçu au doctorat de sociologie à l'Université de Bretagne occidentale (Brest) en 1997, puis à l’habilitation à diriger des recherches à l’Université Rennes 2 en 2002, il devient maître de conférences à l'Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) de Bretagne de 1999 à 2010, puis professeur de langue et culture bretonnes à l’Université Rennes 2 en 2010. Il est membre du site rennais du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC, EA 4451), où il anime un groupe de recherche pluridisciplinaire intitulé Ermine, « Équipe de recherche sur les minorités nationales et les ethnicités », auquel a participé le philosophe Juvénal Quillet.

Ronan Le Coadic est, par ailleurs, président de l'association Mignoned Anjela depuis 1998 et de Bretagne Culture Diversité de 2012 à 2015.

En 2021, il se sépare du fonds d’archives Anjela Duval dont il était dépositaire depuis 1998 et le met à disposition du public, auprès de la médiathèque de la ville de Lannion[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Choix d'articles[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les archives d’Anjela Duval, un trésor désormais accessible à Lannion », sur Le Télégramme, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]