Romont (Berne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Romont
Romont (Berne)
Blason de Romont
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Berne Berne
Arrondissement administratif Jura bernois
Communes limitrophes Court, Sorvilier, Péry, Plagne, Vauffelin, Perles, Longeau, Granges
Maire Yvan Kohler
NPA 2538
No OFS 0442
Démographie
Gentilé Rominat
Population
permanente
199 hab. (31 décembre 2018)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 25″ nord, 7° 20′ 30″ est
Altitude 755 m
Superficie 7,03 km2
Divers
Nom officiel Romont (BE)
Langue Français
Localisation
Localisation de Romont
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Berne
Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Romont
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Romont
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Romont
Liens
Site web www.romont-jb.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Romont est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif du Jura bernois. Le nom allemand du village est Rothmund[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Romont se trouve à 9 km à vol d’oiseau au nord-est de Bienne. Le point culminant de la commune se situe à 1 100 m d'altitude[4]. Le village se situe à 750m d'altitude[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de Romont date de 1335[réf. nécessaire]. On rencontre plusieurs toponymes : Redemont, Rodemont, Rotmund[3]. Une notice de Pierre César sur le pays d'Erguël signale l'existence, vers l'an 1300, d'une maison de Romont appartenant à la famille vivant à Nidau. La commune était rattachée à la Seigneurie d'Erguël, elle-même possession des princes-évêques de Bâle[3]. Au niveau religieux, la commune de Romont se rattachait à la paroisse bilingue de Perles[3].

De 1797 à 1815, Romont a fait partie de la France, au sein du département du Mont-Terrible, puis, à partir de 1813, du département du Haut-Rhin, auquel le département du Mont-Terrible fut rattaché[3]. Le village passe alors dans la paroisse de Bienne, puis, sur demande des habitants, dans celle de Vauffelin[4]. Par décision du congrès de Vienne, le territoire de l’ancien évêché de Bâle fut attribué au canton de Berne, en 1815[3]. Romont retourne donc à ce canton et, parallèlement, à la paroisse de Perles[4].

En 1839, Romont, qui faisait jusque-là partie du district de Büren, rejoint le district de Courtelary[3]. Le village quitte simultanément la paroisse de Perles pour celle de Vauffelin[3]. En 1863, elle obtient le statut de commune municipale et bourgeoisiale[3].

Langues[modifier | modifier le code]

Romont est une commune bilingue : en 2014, 50,9 % parlaient le français et 47,6 % l'allemand, même si la langue officielle reste le français[5],[6].

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • Levée de terre, remontant probablement au Moyen Âge, fossé et traces de murs visibles.
  • Galenweg : il pourrait s'agir d'une route romaine entre Allerheiligen et Romont.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. a b c d e f g h et i Christine Gagnebin-Diacon, « Romont (BE) », sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le 3 janvier 2021)
  4. a b c et d « Commune municipale Romont | Balcon sur les alpes » (consulté le 3 janvier 2021)
  5. Office fédéral de la statistique, « Karte: Population avec le français comme langue principale, en 2010-2014* [Communes] », sur www.atlas.bfs.admin.ch (consulté le 3 janvier 2021)
  6. Office fédéral de la statistique, « Karte: Population avec l'allemand comme langue principale, en 2010-2014* [Communes] », sur www.atlas.bfs.admin.ch (consulté le 3 janvier 2021)

Liens externes[modifier | modifier le code]