Romestaing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Romestaing
Romestaing
La mairie. (sept. 2012)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Marmande
Canton Les Forêts de Gascogne
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux et Landes de Gascogne
Maire
Mandat
Pierre Grange
2014-2020
Code postal 47250
Code commune 47224
Démographie
Gentilé Romestaingais
Population
municipale
168 hab. (2016 en augmentation de 17,48 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 25′ 05″ nord, 0° 00′ 14″ est
Altitude Min. 56 m
Max. 167 m
Superficie 15,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Romestaing

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Romestaing

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Romestaing

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Romestaing

Romestaing est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le Marmandais en limite des landes de Lot-et-Garonne et du département de la Gironde.

Au milieu d'un plateau souvent vallonné, à 155 mètres d'altitude, se dresse au milieu des champs, la petite ville de Romestaing. Des pentes, assez fortes par moments, souvent boisées, descendent, au nord et à l'ouest, vers la fraîche vallée du ruisseau, le Lysos. Au sud, le vallon d'Auzac où se dressent encore, en hauteur, les ruines de son église ; à l'est coulent diverses sources formant le Sérac. Situé à deux kilomètres de la route qui va de Cocumont à Grignols, Romestaing, laisse apparaitre la tour carrée du clocher de sa remarquable église du XIe siècle, ainsi que les toitures des maisons qui l'entourent, dont quelques restes des murailles gardant, autre fois, la prospère Commanderie de Romestaing.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Romestaing est limitrophe de six autres communes dont deux en Gironde.

Communes limitrophes de Romestaing[1]
Cocumont
Grignols
(Gironde)
Romestaing Guérin
Cours-les-Bains
(Gironde)
Ruffiac Argenton

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune viendrait de Romana Sattio, un important carrefour de voies romaines. Une seconde hypothèse voudrait que le nom Romestaing soit issu du patronyme Hromstang . La commune est connue sous son nom actuel, qui apparaît dans le Regista Clementis P.P.V. de 1312, depuis le Moyen Âge[2].

Le nom de la commune est Romestanh en gascon.

Ses habitants sont appelés les Romestaingais[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La situation géographique de Romestaing , possiblement considérée comme stratégique, fut sûrement remarquée par les premières milices de l'occupation romaine si on tient compte de certaines marques très antiques visibles encore de nos jours. On peut supposer, ainsi, qu'il fut un point important dans la région, à mi-chemin entre les deux grandes villes Bordeaux « Burdigala » et Agen « Aginum » en tant que croisement des voies économiques et militaires suivant la vallée de la Garonne.
Des voies secondaires servaient les villes construites sur les points hauts des coteaux. C'est sur ces secondes voies, qui se trouvaient les villes comme Romestaing ("Romana statio") en tant qu’ étape à ceux qui venaient de Fines ("Calezun") ou d'Ussubium, (ville disparue près du Mas-d'Agenais ?), constituant un carrefour de "stationes" vers[4] :

-Bazas;
-Grignols;
-Campin;
-Cocumont;
-Gouts (non loing de Guerin);[source insuffisante]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, les habitants du village d'Obersaasheim dans le Haut-Rhin furent évacués en Lot-et-Garonne, dans les communes de Guérin et de Romestaing et ce jusqu'à l'automne 1940 où les Alsaciens furent sommés par les occupants de regagner leurs villages[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2008 Denis Gérards SE Retraité
mars 2008 En cours Pierre Grange[6] SE Ébéniste
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Obersaasheim, département du Haut-Rhin (France)[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2016, la commune comptait 168 habitants[Note 1], en augmentation de 17,48 % par rapport à 2011 (Lot-et-Garonne : +0,59 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590593586557569525517550539
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
571570532564566534486455445
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
426438391356360367353361353
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
314256214193188154180151166
2016 - - - - - - - -
168--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : côtes-du-marmandais.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lisa Amourjis

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Romestaing sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 10 septembre 2014.
  3. Nom des habitants de la commune sur la page de Romestaing sur le site de la communauté de communes des Coteaux et des Landes de Gascogne, consulté le 29 septembre 2012.
  4. La station de Romestaing fut mentionnée sous le nom latin de "Romana statio" qui a été retenu et a servi de désignation à ce lieu. C'est du reste l'opinion des étymologistes et des toponymistes. Une partie des informations ont comme source: http://www.templiers.net/departements/index.php?page=47 faisant partie d'une licence Creative Commons Attribution
  5. a et b [PDF] Haut-Rhin & Lot-et-Garonne - 70 années de tradition d’accueil 1939-2009, consulté le 29 septembre 2012.
  6. Commune de Romestaing sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 29 septembre 2012.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. (fr + la) Jacques Dubourg, « La commanderie de Romestaing », Revue de l'Agenais, Société académique d'Agen., vol. 130, no 2,‎ , p. 127-144 (présentation en ligne)
  12. « Inscription de l'église Saint-Christophe », notice no PA00084217, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 29 septembre 2012.
  13. Église Saint-Christophe sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine », consulté le 10 septembre 2014.
  14. http://www.templiers.net/departements/index.php?page=47