Rome (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rome (homonymie).
Rome
Titre original Rome
Genre Série historique
Création John Milius
William J. MacDonald
Bruno Heller
Musique Jeff Beal
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Italie Italie
Chaîne d'origine HBO
BBC Two
Rai 2
Nb. de saisons 2
Nb. d'épisodes 22
Durée 53 minutes
Diff. originale

Rome est une série télévisée américano-britannico-italienne en 22 épisodes répartis en deux saisons, créée par John Milius, William J. MacDonald et Bruno Heller. Elle raconte l'histoire des dernières années de la République romaine, depuis la fin de la guerre des Gaules jusqu'à l'avènement d'Auguste, mais ses deux personnages principaux sont deux soldats romains qui se retrouvent pris dans la tourmente des événements[1]. Série télévisée au budget le plus élevé de l'histoire à l'époque de sa production[2], Rome a connu un succès critique et commercial[3] et a été plusieurs fois nommée aux Emmy Awards et aux Golden Globes, remportant au total sept Emmy Awards[4]. Initialement prévu à cinq, le nombre de saisons a cependant dû être ramené à deux en raison du coût trop important des épisodes de la série[2].

Rome a été diffusée entre le et le sur HBO, entre le et le sur BBC2 et à partir du sur Rai 2.

En France, la série a été diffusée à partir du sur Canal+. Rediffusion de la saison 1 du [5] au [6] sur Paris Première. Rediffusion de la saison 1 du [7] au [8] sur M6. Rediffusion intégrale du [9] au [10] sur Arte. Enfin dès le sur D8. En Belgique francophone sur BeTV puis à partir du sur La Une ; au Québec et au Nouveau-Brunswick sur Super Écran et plus tard sur Mystère et en Suisse sur TSR1 à partir du .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette série relate à la fois les événements ayant entraîné la chute de la République romaine et la naissance de l'Empire romain, vus à travers les yeux de leurs principaux protagonistes, et la vie et les aventures de deux soldats de la Treizième légion, le légionnaire Titus Pullo et le centurion Lucius Vorenus, qui sont témoins de ces événements, et parfois même les influencent.

La première saison débute lorsque Jules César revient de Gaule à la fin de son mandat de proconsul, refuse de libérer ses légions selon l'ordre du Sénat, et s'apprête à franchir le Rubicon à la tête de ses légions et à marcher sur Rome. Dès lors, l'action retrace les luttes de pouvoir entre Pompée et César, jusqu'au triomphe de César et à l’assassinat de ce dernier aux Ides de Mars en 44 av. J.-C.. Lucius Vorenus, sous la protection de César et de Marc Antoine, y entreprend son ascension sociale qui va le conduire jusqu'au Sénat avant d'être victime d'un drame familial, alors que Titus Pullo noue des liens avec le jeune Octave tout en éprouvant des difficultés à réintégrer la vie civile.

La deuxième saison reprend le thème de la lutte de pouvoir, mais cette fois-ci entre Marc Antoine et Octave, après l'assassinat de César. Elle se termine sur la mort de Marc Antoine et de Cléopâtre en Égypte et le triomphe final d'Octave qui devient le premier empereur romain sous le nom d'Auguste. Lucius Vorenus connait une brutale descente aux enfers et devient le chef d'une bande de brigands de l'Aventin avant d'attacher son destin à celui de Marc Antoine, et Titus Pullo, récemment marié, aide son ami à sortir de sa mauvaise passe avant de devenir son second, puis de le remplacer quand Vorenus part pour l'Égypte. Quand Octave part lui-même pour l'Égypte, il emmène Pullo avec lui, permettant ainsi aux deux vieux amis d'être réunis une dernière fois.

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

John Milius et William J. MacDonald ayant soumis l'idée d'une mini-série sur l'Antiquité romaine à la chaîne HBO, celle-ci, après leur avoir adjoint le scénariste Bruno Heller, décide d'en faire une série à part entière[11]. En 2002, HBO et la BBC se mettent d'accord pour coproduire la première saison de la série, comprenant douze épisodes d'une durée d'approximativement 50 minutes, pour un budget s'élevant à 100 millions de dollars, HBO et la BBC contribuant respectivement pour des montants de 85 et 15 millions de dollars[12]. Les deux réseaux télévisés s'étaient déjà associés auparavant pour la production de la série Frères d'armes mais pas en tant que coproducteurs[13]. L'exemple à suivre, avec beaucoup plus de moyens et d'une manière plus moderne, était, pour les producteurs, la série Moi Claude empereur[14].

Les créateurs de la série ont adopté un ton qu'ils ont voulu le plus réaliste possible et qui comprend de nombreuses scènes de violence et de sexe, ainsi qu'un langage assez cru[15]. Ce parti pris de montrer une vision de Rome sans concession où le luxe côtoie la plus grande pauvreté, et qui démarque la série des péplums, a entraîné des problèmes en Italie, la RAI décidant de remplacer les scènes de sexe et de violence les plus explicites par des versions édulcorées[16].

La saison 2 de la série, comprenant 10 épisodes, atteint quant à elle le budget pharaonique de 125 millions de dollars[2], en raison de décors encore plus imposants et de la reconstitution de la bataille de Philippes et de la ville d'Alexandrie, nécessitant de nombreux effets spéciaux[17].

Tournage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cinecittà.

Rome est la première série anglophone entièrement tournée dans un pays non-anglophone, l'Italie. C'est en effet dans les studios romains de Cinecittà qu'ont été constitués les décors, reproductions de la Rome antique avec son Forum, ses villas patriciennes et ses bas quartiers[18], et qu'a été tournée la série entre mars 2004 et mai 2005. La construction de ces décors a nécessité la participation d'une équipe internationale de 350 personnes. Mais une partie importante de ces décors a été détruite lors de l'incendie du des studios Cinecittà[19]. Les décors ayant échappé aux flammes ont ensuite été réutilisés pour la série Kaamelott, pour la réalisation de la saison 6[20].

La série a été filmée en 35 mm avec des caméras Arriflex, et de la pellicule Kodak Vision2 200T 5217 et Kodak Vision2 500T 5218[21]. Pour donner plus de crédibilité, de nombreux figurants ont été choisis parce qu'ils exerçaient la même profession dans la vie réelle que dans la série[22].

La bande originale est de Jeff Beal, déjà connu pour ses musiques des séries Monk et La Caravane de l'étrange. Dans un souci de réalisme, Beal a composé et enregistré la musique à l'aide d'instruments qui existaient au temps de la République romaine[23].

Décors permanents créés pour la série Rome.

Diffusion et arrêt de la série[modifier | modifier le code]

Le premier épisode de la série est diffusé sur HBO le et est vu par 3,8 millions de téléspectateurs (près de 9 millions sur l'ensemble de ses diffusions)[24]. La série conserve des audiences similaires sur l'ensemble de la saison (le dernier épisode étant diffusé le ) et HBO, satisfaite de ces audiences, annonce publiquement la production d'une seconde saison au mois d'avril 2006[25]. La saison 2 est diffusée sur HBO du au .

En France, les diffusions des deux saisons de la série sur Canal+ ont attiré en moyenne 750 000 (saison 1) et 600 000 téléspectateurs (saison 2), une bonne audience pour cette chaîne[2]. Rome a également eu des audiences correctes en Grande-Bretagne sur la BBC Two, mais a été un échec en Italie, Rai 2 renonçant même à diffuser la saison 2[26].

À l'origine prévue pour comporter cinq saisons, la série s'est arrêtée au bout de deux saisons en raison du coût trop élevé des épisodes, et ce malgré son succès international[27]. Cette décision prise par HBO durant le tournage de la saison 2 a ainsi poussé Bruno Heller à intégrer les principaux éléments qui étaient prévus pour les saisons 3 et 4 dans celle-ci, ce qui explique la façon dont les événements s'accélèrent durant la deuxième partie de la saison 2[28]. On sait ainsi que les saisons 3 et 4 devaient se dérouler en grande partie en Égypte et que la saison 5 devait traiter de l'ascension d'un certain messie en Palestine[28].

En février 2008, l'acteur Ray Stevenson, interprète de Titus Pullo, a annoncé dans une interview qu'un projet de film sur Rome était en cours de développement avec Bruno Heller pour écrire le scénario[29], et, en mars 2010, il est confirmé qu'Heller a terminé le scénario et qu'il est désormais à la recherche d'un metteur en scène et d'un distributeur[30].

Distribution[modifier | modifier le code]

Saisons 1 et 2[modifier | modifier le code]

Saison 1 uniquement[modifier | modifier le code]

Saison 2 uniquement[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Première saison (2005)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 1 de Rome.
  1. Le Vol de l'aigle (The Stolen Eagle)
  2. Une république fragile (How Titus Pullo Brought Down the Republic)
  3. Le Venin de Cerbère (An Owl In a Thornbush)
  4. Bons augures, mauvais présages (Stealing From Saturn)
  5. Jeux de dupes (The Ram Has Touched The Wall)
  6. Octave devient un homme (Egeria)
  7. Vaincre ou mourir (Pharsalus)
  8. Un trône pour deux (Caesarion)
  9. Marchés de dupes (Utica)
  10. Le Triomphe de César (Triumph)
  11. Espoirs déçus (The Spoils)
  12. Les Ides de Mars (Kalends of February)

Deuxième saison (2007)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 2 de Rome.
  1. L'Héritage de César (Passover)
  2. Fils de Hadès (Son of Hades)
  3. Le Message de Cicéron (These Being the Words of Marcus Tullius Cicero)
  4. Frères ennemis (Testudo Et Lepus (The Tortoise And the Hare))
  5. Octave, jeune consul (Heroes of the Republic)
  6. La Liste d'Octave (Philippi)
  7. Le Mariage de Marc Antoine (Death Mask)
  8. Secrets et Trahisons (A Necessary Fiction)
  9. Le Voyage à Alexandrie (Deus Impeditio Esuritori Nullus (No God Can Stop A Hungry Man))
  10. Au sujet de ton père (De Patre Vostro (About Your Father))

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Helen O'Hara, du magazine Empire, donne 4 étoiles sur 5 à la première saison, affirmant que la série n'a « peut-être pas l'esthétique de Gladiator mais qu'elle bénéficie d'une histoire (raisonnablement exacte) et d'une texture plus élaborée » et que les « personnages historiques sont superbement esquissés »[31]. Sean Woods, de Rolling Stone, lui donne 3,5 étoiles sur 4, évoquant une « série magistrale et épique » qui est la « meilleure à avoir été réalisée sur la nature du pouvoir et la stratégie politique »[32].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Emmy Award[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Meilleure direction artistique pour les épisodes Un trône pour deux, Le Triomphe de César et Les Ides de Mars[4]
  • 2006 : Meilleurs costumes pour l'épisode Le Triomphe de César[4]
  • 2006 : Meilleures coiffures pour l'épisode Bons augures, mauvais présages[4]
  • 2006 : Meilleurs effets spéciaux pour l'épisode Le Vol de l'aigle[4]
  • 2007 : Meilleure direction artistique[4]
  • 2007 : Meilleure photographie pour l'épisode L'Héritage de César[4]
  • 2007 : Meilleures coiffures pour l'épisode Au sujet de ton père[4]

Directors Guild of America Award[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Meilleur réalisateur dans la catégorie Série dramatique pour Michael Apted (pour l'épisode Le Vol de l'aigle)[33]

Nominations[modifier | modifier le code]

La série a été en outre plusieurs fois nommée dans diverses catégories, et notamment pour les Golden Globes 2005, dans les catégories Meilleure série dramatique et Meilleure actrice dans une série dramatique (pour Polly Walker), et aux British Academy Television Awards 2008 dans la catégorie Meilleure série dramatique.

Fidélité historique[modifier | modifier le code]

Plusieurs inexactitudes[34] concernant les événements et les personnages historiques parsèment la série et le cocréateur Bruno Heller a déclaré à ce sujet que l'équipe « essayait de trouver un équilibre entre ce que les gens ont vu des représentations précédentes et une approche plus naturaliste. La série s'intéresse plus à la façon dont la psychologie des personnages affecte l'histoire qu'à suivre l'histoire telle que nous la connaissons. »[35] Le consultant historique de la série, Jonathan Stamp, fait également la remarque que la série recherche plus « l'authenticité » que la « fidélité historique »[14]. Néanmoins, les créateurs de la série insistent sur le fait qu'ils ont voulu retranscrire de façon aussi précise que possible la vie quotidienne et les mœurs de l'époque, et qu'ils ont montré une Rome sale, dangereuse et populeuse telle qu'elle devait l'être à l'époque, très loin de la version hollywoodienne de la ville telle qu'on la voit dans les péplums[17].

De même, bien que les personnages de Lucius Vorenus et Titus Pullo soient historiquement deux personnages anecdotiques cités dans les Commentaires sur la Guerre des Gaules par Jules César (cinquième livre), ils y sont mentionnés comme deux centurions rivaux qui se sauvent la vie à tour de rôle au combat, leurs aventures et leurs implications dans les événements de l'époque telles qu'elles sont relatées dans la série sont purement fictives. Mais la plus grande licence artistique prise par les auteurs avec l'histoire concerne la condensation de la chronologie historique pour des raisons scénaristiques car, historiquement parlant, plus de vingt années séparent le premier épisode de la saison 1 du dernier épisode de la saison 2. Malgré cela, et bien que présentant quelques anachronismes et beaucoup de libertés avec l'histoire, la série est considérée par des spécialistes comme donnant une vision crédible de l'époque et plutôt fidèle à la réalité historique[36].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Intégrale de la saison 1 de Rome en DVD, disque 1, documentaire sur les personnages.
  2. a, b, c et d « Rome », Première.fr (consulté le 7 janvier 2011)
  3. (en) Dominic Timms, « BBC holds fire on Rome 2 », The Guardian,‎ (consulté le 28 août 2010)
  4. a, b, c, d, e, f, g et h « (en) Primetime Emmy® Award Database », emmys.com
  5. « Paris Première 13/09/2007 22:35:00 01:00:00:00 Le vol de l'aigle Rome », sur ina.fr
  6. « Paris Première 11/10/2007 23:15:00 00:55:00:00 Les ides de Mars Rome », sur ina.fr
  7. « M6 31/05/2009 24:10:41 00:54:59:00 Le vol de l'aigle Rome », sur ina.fr
  8. « M6 19/07/2009 23:55:23 00:48:03:00 Les ides de mars Rome », sur ina.fr
  9. « ARTE 22/06/2011 20:42:53 00:50:02:00 Le vol de l'aigle = The stolen eagles Rome », sur ina.fr
  10. « ARTE 17/08/2011 21:40:03 01:02:11:00 Au sujet de ton père Rome », sur ina.fr
  11. (en) « Epic Roman drama unveiled », BBC,‎ (consulté le 28 août 2010)
  12. (en) « Small screen hits and misses », sur www.bbc.com, BBC,‎ (consulté le 28 août 2010)
  13. (en) « Ciaran Hinds, Kevin McKidd and Lindsay Duncan head the cast of HBO/BBC epic series Rome - this autumn on BBC TWO », BBC,‎ (consulté le 28 août 2010)
  14. a et b (en) Sally Kinnes, « There’s no place like ancient Rome », Times Online(UK),‎ (consulté le 3 septembre 2010)
  15. (en) « BBC backs its explicit Rome epic », BBC,‎ (consulté le 28 août 2010)
  16. (it) Alessandra Vitali, « Sesso, violenza e istinti animali così l'Impero si racconta in tv », La Repubblica,‎ (consulté le 28 août 2010)
  17. a et b Intégrale de la saison 2 de Rome en DVD, disque 3, Making-of de la saison 2.
  18. (en) John Walsh, « New $100m TV epic set to rewrite history », The Independent,‎ (consulté le 28 août 2010)
  19. (fr) Mélanie Roddier, « Cinécitta en cendres », Journal du dimanche,‎ (consulté le 25 août 2007)
  20. « Voir Kaamelott (à Rome) et mourir », Fluctuat.net,‎ (consulté le 21 mars 2010)
  21. (en) « Technical specifications for "Rome" », sur www.imdb.com, IMDB (consulté le 13 juillet 2011)
  22. Intégrale de la saison 1 de Rome en DVD, disque 4, Commentaire audio de l'épisode Marchés de dupes.
  23. (en) Tom Kidd, « Interview de Jeff Beal », Soundtrack.net,‎ (consulté le 28 août 2010)
  24. (en) Denise Martin, « HBO's True Blood: Audiences don't bite. », Los Angeles Times,‎ (consulté le 3 septembre 2010)
  25. (en) Garth Franklin, « Rome Second Season Underway », Dark Zone,‎ (consulté le 3 septembre 2010)
  26. (en) Nick Vivarelli, « Irritated Italos give HBO's Rome the thumbs down », Variety,‎ (consulté le 3 septembre 2010)
  27. (fr) « La fin de "Rome" », AlloCiné,‎
  28. a et b (en) James Hibberd, « Rome might not be history, series creator says », Reuters.com,‎ (consulté le 3 septembre 2010)
  29. (en) Brian Gallagher, « "Ray Stevenson Confirms a Rome Movie Is in the Works" », MovieWeb.com,‎ (consulté le 3 septembre 2010)
  30. (en) Rice, Lynette, « Exclusive: HBO series 'Rome' may finally be headed to the big screen », Entertainment Weekly,‎ (consulté le 3 septembre 2010)
  31. (en) Helen O'Hara, « Rome: Season 1 Review », Empire (consulté le 31 mars 2013)
  32. (en) Sean Woods, « Rome », Rolling Stone,‎ (consulté le 31 mars 2013)
  33. « (en)DGA Award Winners for Outstanding Directorial Achievement in Television », Directors Guild of America
  34. « L’Antiquité falsifiée - "Rome", ton univers impitoyable, Florence Dupont, avril 2007 », Le Monde Diplomatique ; Paul Marius Martin, « Marc Antoine dans la série "Rome" », Anabases. Traditions et réceptions de l'Antiquité,10, 2009, p. 253-263 (en ligne).
  35. « Rome News », HBO,‎
  36. (en) « Rome Yet Again », Archaeological Institute of America,‎ (consulté le 3 septembre 2010)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]